Roi légendaire d'Athènes, Thésée devint le héros le plus populaire de l'Attique. Autour de son nom forma une riche légende, qui, sur bien des points, rappelle celle d'Héraclès.

Thésée naquit à Trézène, en Argolide, de l'union d'Egée, roi d'Athènes (ou du dieu Poséidon) avec Aethra, fille de Pitthée, roi de Trézène. Avant de quitter l'Argolide, Egée avait déposé son épée et ses sandales sous un énorme rocher. Si Aethra mettait au monde un fils, ce fils, arrivé à l'âge d'homme, devait tâcher de soulever la pierre, prendre les sandales et l'épée, puis se rendre en Attique pour s'y faire reconnaître. Thésée fut élevé chez son aïeul Pitthée. Devenu grand, il souleva sans peine le rocher, s'empara de l'épée et des sandales, et partit pour l'Attique. Chemin faisant il effectua certains travaux en exterminant des monstres et des brigands. Quand il se présenta au palais d'Egée, Médée, alors femme de ce roi, voulut le faire empoisonner. Mais Thésée la démasqua, et se fit reconnaître d'Egée qui associa son fils à son pourvoir.

Ariane et Thésée
Gustave Moreau, 1890

Thésée défendit son père contre les Pallantides, dompta le taureau de Marathon, puis alla délivrer les Athéniens du tribut qu'ils payaient au Minotaure de Crète. Aidé d'Ariane, fille de Minos, il tua le Minotaure et s'échappa du Labyrinthe, s'embarqua avec Ariane, qu'il abandonna en route sur le rivage de Naxos.

Devenu roi d'Athènes, il entreprit bientôt des expéditions lointaines. Il figura parmi les Argonautes, assista au terrible combat des Lapithes contre les Centaures. Il enleva Antiope(ou Hippolytè), reine des Amazones, dont il eut un fils, Hippolyte. Puis il triompha des Amazones, qui avaient envahi l'Attique. Il va en Laconie pour y enlever Hélène, fille de Tyndare. Enfin, il veut aider Pirithoos à enlever Coré, fille d'Aidoneus, roi des Molosses. Mais Aidoneus fit dévorer Pirithoos par son chien Cerbère, et il enchaîna Thésée. Suivant une autre version, les deux héros allèrent jusqu'aux Enfers, pour y enlever Perséphone. Mais Pirithoos paya de sa vie son audace. Thésée, fut mis aux fers, et fut délivré plus tard par Héraclès. Il retourna alors à Athènes, mais pour y trouver sa maison troublée, et la ville déchirée par des factions. Il fut chassé d'Athènes, ou s'exila ; il se retira à Scyros, où le roi Lycomède lui fait bon accueil, mais pour mieux le précipiter ensuite du haut d'un rocher.

En 469 av. JC, les ossements prétendus de Thésée furent ramenés de Scyros à Athènes, en grande pompe, par Cimon. Thésée devint de plus en plus populaire en Attique, où l'on fit de lui un grand législateur, fondateur de l'unité politique.
Thésée et Aethra récupérent les armes d'Egée. par La Hire

Il avait réuni, disait-on, en un seul Etat les calatons de l'Attique, et, pour consacrer l'union politique, inauguré les fêtes des synoïkia et les panathénées. Comme héros national, Thésée était en Attique l'objet d'un culte: on célébrait en son honneur les théséies. Il tient naturellement une grande place dans la littérature des Athéniens, surtout chez les poètes tragiques.

Source : Le grenier de Clio

 

Retour à la page d'accueil de la section Beaux -Arts