Le plan d'ensemble constitue déjà un choix, un ensemble au sein de la totalité du paysage ou de la pièce qui aura, ou non, été préalablement montré dans le plan général. Ce peut être, par exemple, une foule dans la ville, l'arrivée de nouveaux personnages vus de dos. L'arrière plan reste prédominant vis à vis des personnages, ce qui ne sera pas le cas du plan moyen.

Le plan d'ensemble sert, à notre avis, souvent de respiration, de ponctuation. Il clôture ainsi fréquemment une séquence en replaçant, une dernière fois, les personnages dans leur contexte avant de basculer vers un autre lieu.

(1)
(2)
   
(3)
(4)
   
(5)
(6)
   
(7)
(8)
   
(9)
(10)
(11)
(12)

Dans cette succession de plans de My darling Clementine de John Ford, le plan qui succède immédiatement au générique (1) est un plan densemble (2). Le plan général (3) est le plan fort de la séquence puisqu'il décrit la totalité de cette partie de Monument Valley pour laquelle Ford a une passion particulière.

Le plan suivant (4) est de nouveau un plan général de transition qui ne montre qu'une partie du décor. Il est suivi par un plan moyen (5) qui semble concentrer l'action sur le travail des cow-boys alors que l'on s'éloigne de ceux-ci par un nouveau plan d'ensemble (6) ... suivi par un autre plan d'ensemble (7) sur l'arrivée des Clanton qui ouvre la séquence deux.

Suivent une série de plans moyens (8) et rapprochés (9,10,11), la séquence se bouclant par un plan d'ensemble (12) de Wyatt Earp s'éloignant des Clanton avec lesquels il n'est pas arrivé à un accord.

 

Retour à l'accueil