Volume coordonné par Yann Calvet et Jérôme Lauté


Dans leur édito, Le tourbillon des sens, Yann Calvet et Jérôme Lauté écrivent : "Redécouvert au début des années 2000 grâce au travail de quelques passionnés (notamment les cinéastes Martin Scorsese et Bertrand Tavernier), Michael Powell est aujourd’hui considéré comme un créateur hors normes et l’un des cinéastes les plus doués de sa génération. Le sublime technicolor des films Archers (la société qu’il fonde avec son collaborateur et scénariste Emeric Pressburger), la stupéfiante beauté des cadrages du Naricisse noir (1947), le sens aigu du découpage, l’utilisation des effets spéciaux dans Le voleur de Bagdad (1940), la virtuosité opératique des Chaussons rouges (1948), constituent des exemples d’un perfectionnisme qui semble ne plus exister. Mais au-delà de cette soudaine visibilité, concentrée surtout sur la période de 1943 à 1948 et sur son film Le Voyeur (1960), une partie très importante de sa filmographie reste cependant à explorer. A n’en pas douter, l’œuvre de Michael Powell est, par bien des aspects (esthétique, historique, culturel), d’une richesse exceptionnelle..

I. Vertige des images

II. Au fil du temps

III. Pulsions et répulsions

IV. Guerre et amour

 

Retour à la page d'accueil

Michael Powell, à la lisière du monde
Eclipses n°53
141 pages. 12 euros. Décembre 2013. En librairie ou sur Le site de Eclipses.