Sitting Bull, le taureau assis, chef des Lakotas, Indien sioux nommé Chef Hunkpapa en 1866 qui fut tour à tour chef spirituel, guerrier et politicien. Il refusa de participer au Traité de Fort Laramie en 1868 et combattit contre les superviseurs de la Northern Pacific Rail Road en 1872. Le 25 juin 1876, Sitting Bull s’opposa à Custer dans la bataille de Little Big Horn lors de laquelle ce dernier trouva la mort. Il se retira ensuite au Canada avec sa tribu jusqu’en 1881, puis fut détenu prisonnier de guerre à Fort Randall de 1881 à 1883. En 1885, il voyagea à travers le monde en tant qu’acteur du Wild West Show de Buffalo Bill. Il fut lâchement tué par un policier Sioux en 1890.

Les autres grands chefs indiens sont Quanah Parker, chef des Comanches ; Geronimo, célèbre guerrier apache, Black Hawks...

Calamity Jane : née le 1er mai 1852 à Princeton, Missouri et morte le 1er août 1903 à Deadwood, Dakota du Sud, elle était une aventurière pendant la conquête de l'Ouest réputée pour ses capacités à pister les Amérindiens, à tuer le gibier et à tirer au revolver.

Buffalo Bill (qui s’appelait Cody) eut une vie courte, mais une illustre carrière de cavalier durant l’épisode du Pony Express (route centrale permettant l’acheminement du courrier de l’Ouest par les cavaliers lancés au galop). Cody fut ensuite, éclaireur pour l’armée américaine, puis gagna son surnom de Buffalo Bill alors qu’il était chargé de chasser les bisons pour nourrir les ouvriers construisant le chemin de fer dans l’Ouest. Cody trouva sa raison de vivre en tant qu’acteur en créant son Wild West Show en 1883. Spectacle décrivant des scènes de Far West, il rencontra un franc succès aux États-Unis, en Europe et fait une tournée en France en 1905 à Paris puis en province où il diffuse la légende de l’Ouest. La tireuse d’élite Annie Oakley (surnommée Little Sure Shot ou « petit coup sûr » par Sitting Bull) et des cow-boys célèbres en étaient les vedettes. Les attractions les plus spectaculaires incluaient une course relais du Pony Express, une reconstitution du « dernier combat de Custer » et une attaque d’Indiens contre la diligence de Deadwood. Même le grand chef indien Sitting Bull se joignit brièvement à la troupe pendant la saison 1885.

Butch Cassidy : Voleur de chevaux, de bétail, cambrioleur de banques et de trains, il est associé à Sundance Kid, avec qui il créa le « Wild Bunch », regroupant quelques-uns des meilleurs voleurs de l’Ouest, excellent dans les attaques armées des trains, jusqu’à ce que les compagnies des Chemins de Fer embauchent des détectives pour arrêter les pilleurs. Butch Cassidy fut emprisonné quelque temps à la prison du Wyoming, mais n’a, selon la légende, jamais tué un seul homme. Il a trouvé la mort lors d’une bataille, mais la date reste indéterminée.

Billy The Kid, alias Henry McCarty (23 novembre 1859 - 14 juillet 1881) est probablement le plus célèbre hors-la-loi du Wild West américain. Il est réputé pour avoir tué 21 hommes, un pour chaque année de sa vie, mais il est plus proche d'un total de neuf (quatre seul et cinq au sein d'une bande). Petit et juvénile (d'où son surnom de Kid : gamin), Billy possède une personnalité attachante mais également une attitude colérique et des qualités supérieures en maniement d'armes à feu. Il fut abattu par son ex-ami et shérif du comté de Lincoln, Pat Garrett, à Fort Sumner.


Wyatt Earp (1848-1929) et le réglement de compte d'OK Corral (26 octobre1881).

Ford prend quelques liberté avec l'histoire en situant le combat en 1882 et non en octobre 1881. James Earp, le frère assassiné, n'était pas le plus jeune, mais le plus âgé des frères de Wyatt Earp. Ce dernier n'a jamais convoyé du bétail jusqu'à Tombstone et le vieux Clanton était déjà mort lorsqu'à eu lieu le règlement de comptes d'OK Corral. Et surtout Wyatt Earp était un pistolero et joueur de cartes notoire qui s'opposa en octobre 1881 avec son frère à la famille Clanton qu'il extermina au cours de ce qui relevait davantage du massacre confus et sans gloire que du classique et chevaleresque règlement de comptes. La légende, fausse, l'avait même transformé en shérif de la ville de Tombstone en Arizona, poste occupé en fait par son frère Virgil. Ford se vantera d'avoir rencontré le véritable Wyatt Earp alors qu'il était assistant-réalisateur sur des westerns muets dans les années 1910 et d'avoir respecté au plus près les faits historiques.

Sept secondes en enfer John Sturges 1967
Reglement de compte à OK Corral John Sturges 1956
Powder river Louis King 1953
La poursuite infernale (My darling Clementine) John Ford 1946
Frontier marshal Allan Dwan 1939
Frontier marshal Lew Seiler 1934
Law an order Edward L. Cahn 1932



Le général Custer dont l'expédition imprudente en territoire Sioux en 1876 eut pour résultat le massacre de son bataillon de la 7ème de cavalerie à Little Big Horn mais dont la mort héroïque aux côtés de ses hommes a contribué à faire un héros de légende. Les propos émis par Custer suite à l’un de ses assauts sanglants "L’histoire confirmera la grandeur et la beauté morale de nos actions" se sont vérifiés pendant longtemps car l’histoire est écrite par ceux qui ont bénéficié de telles actions. En réalité, nous devons une grande partie du mythe de Custer à la personne qui fut sans aucun doute la plus grande publicitaire de l’histoire de la nation. C’est Mme Custer qui a forgé l’image héroïque de son mari lorsqu’elle s’est rendu à Little Bighorn au lendemain de la bataille et qu’elle a déclaré que le lieu serait classé monument national. »

Le massacre de Fort Apache John Ford U.S.A. 1948
Sitting-Bull Sidney Salkow U.S.A. 1954
Le Massacre des Sioux Sidney Salkow U.S.A. 1965
Custer, l'homme de l'ouest Robert Siodmak U.S.A. 1967
Little Big Man Arthur Penn U.S.A. 1970
Touche pas à la femme blanche ! Marco Ferreri Italie 1974
La charge fantastique Raoul Walsh U. S. A. 1941

 

La Charge fantastique (''They Died with their Boots on) de Raoul Walsh (1941), une version romancée de la vie de Custer, interprété par Errol Flynn, avec Anthony Quinn dans le rôle de Crazy Horse et Olivia de Havilland dans le rôle de la femme de Custer, Elizabeth.

Le Massacre de Fort Apache (Fort Apache) de John Ford (1948) allégorie sur la défaite de Little Big Horn. Thursday (Henry Fonda) meurt dans un massacre qu'il a provoqué en sous estimant les indiens, ici les Apaches de Cochise. Custer, l'homme de l'ouest, (Custer, man of the west) de Robert Siodmak (1967) avec Robert Shaw dans le rôle du général. Le général George Armstrong Custer, héros de la Guerre de Sécession, accepte un poste militaire important. Il prend le commandement du 7e Régiment de Cavalerie. Sur l’ordre du général Philip Sheridan, Custer lance une attaque contre un village cheyenne, pendant laquelle ses hommes se mettent à massacrer femmes et enfants. Lui et son régiment seront exterminés durant la bataille de Little Big Horn. La situation du massacre est présentée de telle façon qu’il soit exonéré de toute responsabilité lors de la bataille au bord de la rivière Washita.

Little Big Man d’Arthur Penn (1970) avec Dustin Hoffman, une parodie de la bataille de Little Big Horn où le général est présent tout au long du film comme artisan du génocide des Indiens.

Touche pas à la femme blanche ! de Marco Ferreri (1974), Une parodie de western, de la bataille de Little Big Horn (1876) et son célèbre général Custer, interprété par Marcello Mastroianni. Elle a été tournée au chantier du futur Forum des Halles, dans le centre de Paris.