1935 : Max Ophuls. Liebelei
1999 : Stanley Kubrick. Eyes wide shut.
 
Arthur Schnitzler naît le 15 mai 1862 à Leopoldstadt (2e arrondissement de Vienne). Son père, Johann Schnitzler, était un laryngologue réputé. Les comédiens et cantatrices qui constituaient la plupart de sa clientèle donnèrent très tôt au jeune Arthur un goût de l'esthétique et une irrépressible envie d'écrire. À treize ans déjà, il avait écrit près de vingt pièces de théâtre dans différents genres. Après avoir étudié la médecine à l'université de Vienne en 1879, il obtient son doctorat de médecine en 1885 et travaille à l'hôpital général de Vienne, mais finit par abandonner la médecine pour se tourner vers l'écriture. Cependant, son père, qui l'avait destiné à la carrière médicale, s'oppose assez fortement à cette vocation littéraire. Aussi Arthur ne devient-il réellement écrivain qu'à trente et un ans, à la mort de Johann Schnitzler, qui survient le 2 mai 1893, à l'âge de cinquante-huit ans. Il est l'auteur de pièces de théâtre, de nouvelles et de romans. Son univers est particulièrement onirique et il est difficile, en le lisant, de ne pas penser à Freud. Celui-ci disait d'ailleurs : « Je pense que je vous ai évité par une sorte de crainte de rencontrer mon double. » Ses œuvres ont été très controversées, notamment en raison de leur description franche de la sexualité et de leur opposition à l'antisémitisme. Il a été traité de pornographe après la parution de sa pièce La Ronde (Reigen). Il meurt à Vienne le 21 octobre 1931.


Oeuvres de Arthur Schnitzler

1893 : Anatol, La question au destin... (série de pièces en un acte)
1895 : Mourir (nouvelle)
1895 : Liebelei (pièce)
1897 : La Ronde (comédie)
1899 : Paracelsus (pièce)
1899 : Der grüne Kakadu (pièce)
1901 : Leutnant Gustl (roman court)
1904 : Der einsame Weg (pièce)
1908 : Vienne au crépuscule (roman)
1909 : Komtesse Mizzi oder Der Familientag (pièce)
1910 : Der junge Medardus (pièce)
1911 : Das weite Land (tragicomedie)
1912 : Le Professeur Bernhardi (pièce)
1918 : Le Retour de Casanova (nouvelle)
1924 : Komödie der Verführung (pièce)
1924 : Mademoiselle Else (roman court)
1926 : La nouvelle rêvée (nouvelle)
1927 : Spiel im Morgengrauen (roman court)
1928 : Therèse (roman)
1931 : Flucht in die Finsternis (roman court)


Liebelei
(1895)

Christine, est la fille d'un humble violoniste du théâtre de Vienne et elle tombe amoureuse de Fritz Lobheimer, le jeune et bel officier de la garde impériale, que lui a fait connaître son amie Mizzie, modiste délurée qui flirte elle-même avec Theo, galant militaire .

Fritz est sur le point de rompre avec la baronne Eggerdorff, mais le mari de cette dernière, fort jaloux, ayant été avisé de cette liaison, le provoque en duel. L'honneur commande. L'amourette s'achève tragiquement. Fritz est tué, et Christine, de désespoir, se jette par la fenêtre.

 

1935 : Max Ophuls. Liebelei. Avec : Magda Schneider (Christine Weyring), Wolfgang Liebeneiner (Fritz Lobheimer), Luise Ullrich (Mizzi Schlager), Gustaf Gründgens (Le varon v. Eggersdorff), Olga Tschechowa (La barone v. Eggersdorff), Carl Esmond (Lieutenant Theo Kaiser), Paul Hörbiger (Le père de Christine). 1h28.

 


La Ronde
(1897)

Vienne 1900. Un décor de rêve... Apparaît un meneur de jeu, en frac et haut-de-forme, qui va faire tourner sous nos yeux le carrousel de la ronde des amours. Femmes honnêtes, grisettes tendres, aristocrates ou simples soldats, tous la danseront d'un même pas.

Voici une belle de nuit qui accoste un militaire au coin d'une rue. Leur étreinte est brève; le soldat n'a qu'une hâte, c'est d'aller, le samedi, flirter au Prater avec une soubrette. Celle-ci accorde ses faveurs, en semaine, au fils de la maison, qui en est à sa toute première expérience. Ce pas délicat franchi lui permet de réaliser son rêve : séduire une femme du monde qui, après beaucoup d'hésitations et de dérobades, s'abandonne à ses transports. Ce qui n'ira pas sans fausse note, car la nature est capricieuse... Pas un mot au mari bien sûr ! Ce dernier s'est d'ailleurs amouraché d'une grisette, qui subit sans trop se faire prier ses derniers outrages.

Après quoi, elle s'en va retrouver un poète, lequel lui préfère, tout bien pesé, une comédienne de haut vol, elle-même davantage sensible au prestige de l'uniforme d'un galant officier. Qui, après un dîner bien arrosé, échouera dans les bras accueillants de la belle de nuit

C'est ainsi que finit la ronde. Et le meneur de jeu de conclure philosophiquement : c'est l'histoire de tout le monde...

 

1950 : Max Ophuls. La ronde. Avec : Anton Walbrook (le meneur de jeu), Simone Signoret (Léocadie, une prostituée), Serge Reggiani (Franz, le soldat), Simone Simon (Marie, la femme de chambre), Daniel Gélin (Alfred, le jeune homme), Danielle Darrieux (Emma Breitkopf, la femme mariée), Fernand Gravey (Charles Breitkopf, le mari d'Emma), Odette Joyeux (Anna, la Grisette), Jean-Louis Barrault (Robert Kuhlenkampf, le poète), Isa Miranda (Charlotte, la comédienne). 1h37.

 

La nouvelle rêvée
(1926)

Vienne du début du XXe siècle. Fridolin, est un médecin prospère de 35 ans vivant avec son épouse Albertine et leur jeune fille. Un soir, Albertine lui confesse que l'été précédent, alors qu'ils étaient en vacances au Danemark, elle a eu une fantaisie sexuelle à propos d'un jeune officier militaire danois. Fridolin admet alors que pendant la même période, il avait été attiré par une jeune femme sur la plage.

Plus tard cette soirée-là, le médecin est appelé au chevet d'un patient important. Le trouvant mort à son arrivée, il est troublé quand la fille du défunt, Marianne, lui déclare son amour. Agité, Fridolin quitte l'endroit et se met à déambuler par les rues. Il refuse l'offre d'une jeune prostituée appelée Mizzi même s'il est tenté d'accepter. Fridolin rencontre ensuite son vieil ami Nachtigall, qui lui dit qu'il jouera du piano cette nuit lors d'une orgie de débauche sexuelle secrète dans la haute société. Intrigué, il se procure masque et costume pour l'occasion et suit Nachtigall à la fête dans une résidence privée. Fridolin est troublé de voir plusieurs hommes masqués et costumés ainsi que des femmes masquées et dénudées s'adonnant à diverses activités sexuelles. Quand une jeune femme lui demande de quitter les lieux, Fridolin ignore son avertissement et se trouve bientôt identifié comme étant un intrus. La jeune femme annonce alors à l'assemblée qu'elle se sacrifiera pour lui afin qu'il soit autorisé à partir.

À son retour, Albertine s'éveille et lui décrit le rêve qu'elle vient d'avoir : tandis qu'elle faisait l'amour avec l'officier danois de son fantasme, elle regardait sans sympathie aucune Fridolin se faire torturer puis crucifier devant ses yeux. Fridolin est indigné, car il croit que cela prouve que sa femme souhaite le trahir, le tromper. Il se décide à poursuivre ses propres tentations sexuelles.

Le lendemain, Fridolin apprend que Nachtigall a été emmené par deux hommes mystérieux. Il se rend ensuite au magasin du costumier pour rendre son costume et découvre alors que le propriétaire prostitue sa fille adolescente. Fridolin retrouve l'endroit où l'orgie eut lieu la veille ; avant même qu'il puisse y entrer, on lui remet une note adressée à son nom qui lui enjoint de laisser tomber cette affaire. Plus tard, il rend visite à Marianne, mais elle ne manifeste plus aucun intérêt pour lui. Fridolin part à la recherche de Mizzi, la prostituée, mais est incapable de la retrouver. Il lit qu'une jeune femme a été empoisonnée. Soupçonnant qu'il puisse s'agir de la femme s'étant sacrifiée pour lui, il se rend à la morgue pour voir la dépouille mais ne parvient guère à l'identifier.

Fridolin retourne à la maison cette nuit-là et trouve sa femme endormie, son masque de la nuit précédente placé sur l'oreiller de son côté du lit. Quand elle se réveille, Fridolin lui raconte tout ce qu'il a fait. Après l'avoir écouté en silence, Albertine le réconforte. Fridolin dit que cela ne se reproduira plus jamais, mais elle lui répond de ne pas regarder trop loin dans l'avenir. L'histoire rêvée prend fin et ils accueillent le nouveau jour en compagnie de leur fille.

1999 : Stanley Kubrick. Eyes wide shut. Avec : Avec : Tom Cruise (Dr. Bill Harford), Nicole Kidman (Alice Harford), Sydney Pollack (Victor Ziegler), Todd Field (Nick Nightingale), Sky Dumont (Sandor Szavost), Marie Richardson (Marion), Julienne Davis (Mandy), Fay Masterson (Sally),Vinessa Shaw (Domino). 2h39.