Le sergent noir

1960

Genre : western

(Sergeant Rutledge). Avec : Jeffrey Hunter (Lt Tom Cantrell), Constance Towers (Mary Beecher), Woody Strode (Sgt Braxton Rutledge), Willis Bouchey (Colonel Otis Fosgate), Billie Burke (Cordelia Fosgate), Juano Hernandez (Sgt. Matthew Skidmore), Carleton Young (Capitaine Shattuck), Judson Pratt (Lieutenant Mulqueen), Fred Libby (Chandler Hubble), Ed Shaw (Chris Hubble), Toby Michaels (Lucy Dabney). 1h51.

Fort Linton, Arizona, le 18 aout 1881. Le sergent-chef Braxton Rutledge du 9e régiment de cavalerie comparait devant la cour martiale présidée par le colonel Otis Fosgate. Sa défense est assurée par le lieutenant Tom Cantrell, l'officier de son régiment, qui respecte sa vaillance et sa droiture. Le capitaine Shattuck, pénaliste réputé venu de l'Est est l'avocat général. Le sergent-chef Braxton Rutledge est accusé du meurtre de son commandant à Fort Linton, le major Custis Dabney, et du viol et du meurtre de sa fille, Lucy. Les premiers témoignages recueillis jusqu'alors sont accablants et toute la petite société de Fort Linton, conduite par Cordelia Fosgate, l'épouse du colonel, se délecte déjà du procès et de la pendaison qui attend le sergent noir. C'est ainsi un coup de théâtre quand Rutledge et Cantrell annoncent plaider non coupable.

Le procès est huis clôt et la salle évacuée ce qui scandalise Cordelia qui, à la maison, domine son mari. Mary Beecher est la première à témoigner. Eloignée de son père depuis 12 ans pour ses études, elle revenait en Arizona pour le retrouver dans son ranch de Spanish Wells. Dans le train entre Junction city et la gare de Spindel, elle fit la connaissance du lieutenant Tom Cantrell qui lui fit la cour et prit même un baiser. L'arrêt à Spindel fut bref et inquiétant. Son père ne l'y attendait pas. Tom Cantrell prend congé sans inquiétude : trois ans après la mort de Geronimo les apaches semblaient accoutumés à leur réserve de Rosario. Hélas en rentrant dans le bureau du chef de gare, Mary s'aperçut que le chef de gare était transpercé dune flèche. Braxton Rutledge lui apparut alors qui l'empêcha de crier et abattit les deux indiens qui étaient restés en embuscade. Il la protégea ensuite jusqu’a lendemain à l'arrivée des soldats.

C'est ensuite Cordelia Fosgate qui est appelée à la barre par le capitaine Shattuck, au grand déplaisir de son mari de colonel. elle raconte qu'elle connaissait bien la jeune Lucy Dabney qui se conduisait avec le plus grand naturel en montant en selle comme un garçon et entretenant des rapports amicaux et presque filiaux avec Braxton Rutledge qu'elle connaissait depuis toute petite. Cordelia Fosgate désapprouvait cette proximité avec un noir. Le soir du drame, elle avait vu Braxton Rutledge pénétrer chez le major, entendue deux coups de feu et vu fuir le sergent.

Apres ce témoignage accablant c'est au tour du médecin du fort, le docteur Walter Eckner, de témoigner. Il s'était précipité avec le lieutenant Cantrell chez le major .une couverture était posée sur le corps nu de Lucy dont la petite croix en or avait été arrachée à son cou. Le major atteint d'une balle était mort l'arme à la main. Cantrell avait convoqué son unité composée de soldats noirs et ceux-ci avaient immédiatement saisi la gravité de l'absence de Braxton Rutledge dont la fuite semblait prouver la culpabilité.

Braxton Rutledge explique au tribunal qu’il était venu voir le major Dabney pour le prévenir d'une attaque imminente des apaches sortis de leur réserve. Il avait découvert le corps nu de Lucy et l'avait recouvert d'une couverture quand avait surgit le major, l'arme à la main. Il avait du tirer pour se défendre après avoir reçu une balle à l'aine. Il avait ensuite été en urgence prévenir les ranches près de la réserve et trouvé la gare attaquée. C'est là qu’il avait sauvé mary Beecher.

Devant l'incrédulité de la cour, le lieutenant Cantrell poursuit. Inquiet du sort de Mary et voulant la ramener près de son père, il avait prit la tête de son unité pour rejoindre la gare et avait fait prisonnier Braxton Rutledge., Rutledge déserte a lors d'un raid indien. Mais plus tard, il revient volontairement pour avertir ses camarades qu'ils sont sur le point de faire face à une embuscade, sauvant ainsi la troupe. Il est ensuite ramené pour faire face aux accusations et aux préjugés d'un tribunal militaire entièrement blanc.

Finalement, il est reconnu non coupable du viol et du meurtre de la jeune fille lorsqu'un homme blanc s'effondre pendant l'interrogatoire et admet qu'il a violé et assassiné la jeune fille.

L'histoire est racontée à travers une série de flashbacks, élargissant le témoignage des témoins alors qu'ils décrivent les événements qui ont suivi le meurtre du commandant de Rutledge, le major Custis Dabney, et le viol et le meurtre de la fille de Dabney, Lucy, dont Rutledge est l'accusé.Le film interrompt le déroulement du procès par des flashes-back qui donnent différents points de vus sur Rutledge.

Le style est très expressionniste depuis le marquage du bord du cadre par une lanterne très visible jusqu'à la séquence presque fantastique où les soldats noirs chantent "Capitaine Buffalo" pour redonner courage à leur sergent. Celui-ci est alors filmé en contre-plongée sur un fond uni, balayé de brouillard. Il est une figure déplacée hors du temps, archétype de l'homme se dressant contre l'injustice faite à son peuple et à lui-même.

Très expressionniste aussi l'obscurcissement de la salle du procès lorsque Mary se prépare à raconter sa première rencontre avec Rutledge puis comment elle a empêché Tom de lui tirer dessus.

La reconstruction en studio de la plupart des scènes en flash-back montre que l'on ne sort en fait pas de la salle du procès. A contrario la séquence où Rutledge revient sur ses pas, franchit la rivière et fait montre d'héroïsme est le seul moment apaisé de ce film austère. À l'époque, l'armée des États-Unis avait quatre régiments dont certaines unités regroupaient des gens de couleur, dont le 9eme de Cavelerie. L'acte d'affanchissement de Rutledge date de 1861.