Né en 1974
2 films
   
   
1

Nicolas Pariser est né à Paris en 1974. Après des études de droit, de philosophie, d’histoire de l’art et de cinéma, il est, au début des années 2000, critique de cinéma pour le magazine Sofa puis travaille quatre ans auprès de Pierre Rissient.

En 2008, il réalise son premier court métrage, Le jour où Ségolène a gagné, qui raconte la journée d’une militante socialiste le jour de l’élection de Nicolas Sarkozy. L’année suivante, il réalise le moyen métrage politique « La République » qui obtient le prix Jean-Vigo 2010. Trois ans plus tard, son court métrage « Agit Pop », comédie burlesque sur les dernières heures d’un mensuel culturel, est sélectionné à la Semaine de la critique 2013.

« Le Grand Jeu », son premier long métrage, est sélectionné au Festival de Locarno en 2015 dans la section « Cineasti del presente » et reçoit le prix Louis-Delluc du premier film. « Alice et le maire », son deuxième film est sélectionné en 2019 à la Quinzaine des réalisateurs

Filmographie :

Courts-métrages :
2008 : Le jour où Ségolène a gagné
2010 : La République
2013 : Agit Pop

Long-métrage :

2015 Le grand jeu
Avec : Melvil Poupaud (Pierre), André Dussollier (Joseph), Clémence Poésy (Laura), Sophie Cattani (Caroline). 1h39.

Pierre Blum, un écrivain de quarante ans qui a connu son heure de gloire au début des années 2000, rencontre, un soir, sur la terrasse d'un casino, un homme mystérieux, Joseph Paskin. Influent dans le monde politique, charismatique, manipulateur, il passe bientôt à Pierre une commande étrange qui le replongera dans un passé qu'il aurait préféré oublier et mettra sa vie en danger. Au milieu de ce tumulte, Pierre tombe amoureux de Laura, une jeune militante d'extrême gauche; mais dans un monde où tout semble à double fond, à qui peut-on se fier ?

   
2019 Alice et le maire
Avec : Fabrice Luchini (Paul Théraneau), Anaïs Demoustier (Alice Heimann), Nora Hamzawi (Mélinda). 1h43.

Le maire de Lyon, Paul Théraneau, va mal. Il n’a plus une seule idée. Après trente ans de vie politique, il se sent complètement vide. Pour remédier à ce problème, on décide de lui adjoindre une jeune et brillante philosophe, Alice Heimann. Un dialogue se noue, qui rapproche Alice et le maire et ébranle leurs certitudes.