Gilles Grangier

(1911–1996)
62 films
   
   
1
 

Gilles Grangier se présente spontanément aux studios Paramount de Joinville et commence en faisant de la figuration. Il devient assistant régisseur, puis régisseur. Georges Lacombe le prend comme assistant sur le tournage du Coeur dispose (1936).

C'est grâce à son amitié avec l'acteur Noël-Noël que Gilles Grangier devient réalisateur. L'acteur le recommande auprès de producteurs, et Grangier tourne Adémaï bandit d'honneur, son premier long métrage, en 1943. Le film remporte un vif succès. Le cinéaste devient rapidement un auteur à succès, dont la vocation est de plaire au plus large public. Il s'essaie à différents genres, de la comédie au drame, en passant par des histoires sur le quotidien. Ses oeuvres constituent de véritables documents sociologiques sur les années 1950, dressant un portrait réaliste des moeurs et des conditions de vie. Parmi les acteurs (qui sont ses amis fidèles dans la vie) avec lesquels il travaille régulièrement, il dirige une douzaine de fois Jean Gabin, de La vierge du Rhin (1953) à Sous le signe du taureau (1969), en passant par Le sang à la tête (1956), Le cave se rebiffe (1961) ou encore L'age ingrat (1964). Grangier fait également tourner Fernandel, Bourvil, Luis Mariano, Arletty, Lino Ventura, Martine Carol, Jean Marais, Claude Brasseur.

Filmographie :

1943 Adémaï bandit d'honneur

avec : Noël-Noël (Adémaï), Gaby André (Fortunata (sous le nom Gaby Andreu)), Guillaume de Sax (L'adjudant de gendarmerie), Georges Grey (Mandolino), Alexandre Rignault (Freddo). 1h27.

En vacances en corse chez des parents éloignés, Adémaî se retrouve pris dans une affaire de vendetta.

   
1945 Le cavalier noir
Au XVIIIe siècle, dans les Flandres, un jeune seigneur s'amuse sous un nom d'emprunt a berner Monsieur de Saint-Brissac, afin de récupérer les domaines dont il fut dépossédé.
   
1946 Leçon de conduite
Véritable mégère, la jolie Micheline se fait enlever par Jacques, bien décidé a la séquestrer et a lui donner une leçon en la confinant dans des taches ménagères. Voila que de véritables gangsters l'enlèvent a nouveau. Jacques et ses complices la libèrent. Il l'épouse mais la leçon n'aura pas suffi a la changer.
   
1946 L'aventure de Cabassou
Un architecte trompé par sa femme, se retire dans une grotte dont il ressortira pour assister a l'inauguration de sa statue et se réconcilier avec sa moitié.
   
1946 Trente et quarante
Variations musicales sur l'amour, l'argent et le jeu. Gagner au trente et quarante permettra de vaincre l'obstination des pères récalcitrants.
   
1947 Histoire de chanter
Un ténor se sert de sa voix pour séduire la femme d'un chirurgien. Celui-ci greffe ses cordes vocales a un épicier qui devient un Don Juan a son tour. Sa femme succombe a nouveau
   
1947 Rendez-vous à Paris
Une cantatrice célèbre rencontre un homme inquiétant d'apparence honnête, mais elle préfère se fier a un ami très cher qui lui prétend que l'individu en question a été l'auteur d'un crime passionnel.
   
1947 Danger de mort
Par inadvertance, Loiseau, un pharmacien confectionne un sirop pectoral avec du cyanure de potassium et en vend cinq flacons. Constatant son erreur avec épouvante, il part a la recherche des acheteurs du breuvage et en retrouve quatre. Le dernier, client de passage revient a la pharmacie, car Loiseau lui a remit un autre paquet.
   
1948 Par la fenêtre

Un peintre en bâtiment ravale la façade d'un immeuble et, tel Asmodée, observe le comportement des locataires par la fenêtre. Lui-même recherche dans Paris sa fiancée Yvette et il rencontre Fernande qui lui ressemble et qui est malheureuse a cause d'Albert. Ainsi le peintre Pilou s'occupe de toutes et de tous et retrouve par hasard sa fiancée.

   
1948 Femme sans passé
Caroline se sent délaissée par son mari le brasseur d'affaires Lorin. Elle envisage de se distraire avec un inventeur mais se retrouve, à la suite d'un concours de circonstances, enfermée dans une clinique psychiatrique. Pour en sortir, elle est obligée de prendre l'identité de la femme d'un troisième homme, à qui elle ressemble.
   
1949 Jo-la-Romance
Par amour pour la capiteuse Martine, le chanteur Georges Hyverlin abandonne sa carrière et va seconder péniblement son beau-frère dans une usine d'automobiles. Toutefois, le souvenir de ses succès le hante et il essaie de renouer avec le chant, aidé activement par Martine.
   
1950 Amour et compagnie
Il ne faut pas que la jolie Sud-Américaine se suicide, sinon, c'est la déchéance pour une compagnie d'assurance. Un comptable très original est chargé de surveiller la farouche et jolie jeune fille pour l'empêcher de commettre l'irréparable...
   
1950 Amédée
Amédée, employé dans un salon de beauté a subi une overdose de penthotal, ce qui lui fait révéler certaines vérités dont il se serait abstenu en temps normal. Ainsi il apprend a son patron qu'il le vole, a sa femme qu'il la trompe...
   
1950 Au p'tit zouave
La vie quotidienne dans un café de Paris toujours très calme, est bouleversée par l'arrivée d'un étranger qui s'avère être un assassin...
   
1950 Les femmes sont folles
Comédien de formation, Claude emploie son talent pour son ami Gaston, qui soupçonne sa femme. Il doit se faire passer pour un romancier dont son épouse s'est éprise, sans le connaitre. Cela va tromper bon nombre de personnes excentriques...
   
1950 L'homme de joie
Madame Jolivet fait appel à l'homme de joie. Son mari s'affiche avec une actrice et cela ne lui plaît pas du tout. L'homme de joie est chargé d'enjôler sa rivale d'un sourire...
   
1951 L'amant de paille
La femme d'un armurier, aidée de son amant, tente de faire peser les soupçons de son mari sur un homme de paille qui parviendra à ressouder le couple légitime et à faire prospérer leur commerce.
   
1951 Les petites Cardinal
Mai 1871. On donne " Coppélia " à l'Opéra de Paris. Au foyer de la danse, le marquis Alberto de Cavalcanti, nobliau sur le retour, lorgne les petits rats en tutu. Deux attirent particulièrement son attention : les demoiselles Cardinal, chaperonnées par leur mère à la recherche d'un beau parti, des revers de fortune s'étant abattus sur la famille, qui vit chichement dans un rez-de-chaussée du quartier des Batignolles.

Le père, Horace, pour faire face à l'adversité, a dû accepter un poste de portier. Mais il porte encore beau et a le geste - sinon le sang - noble. Il professe des idées républicaines : M. Thiers est sa bête noire. Il veut bien donner sa fille cadette, Pauline, à un roturier, Gaspard, ébéniste de son état; mais il s'oppose, provisoirement du moins, à ce que l'aînée, Virginie, épouse le marquis de Cavalcanti, qui lui fait une cour empressée. Les événements vont peut-être le faire changer d'avis : des barricades se dressent dans Paris, on tire sur les Communards...

La victoire de Thiers et le retour en force des Versaillais vont donner à penser à M. Cardinal. Il retourne sa veste en douceur. Cavalcanti, après tout, est un beau parti. Le mariage a lieu en grande pompe, et le gendre installe sa belle-famille dans une coquette villa de Saint-Cloud.

Cardinal se pare à présent du titre de professeur de sciences politiques, et se range du côté des conservateurs. Il va jusqu'à répudier Gaspard, et promettre Pauline à l'influent baron des Glaïeuls. Mais la gamine ne se laisse pas faire : elle reste fidèle à son ébéniste, tandis que sa sœur court le guilledou avec son professeur de chant, le sémillant Giuseppe Chambonini. Furieux de se voir évincé, des Glaïeuls fait arrêter Cardinal, arguant de ses anciennes opinions subversives : une photo prise avant la Commune, où il pose au milieu de conjurés, s'orne de la mention explicite : "Mort à M. Thiers !". Pauline intercède en faveur de son père, en payant de sa personne. Des Glaïeuls, bon bougre, passe l'éponge. Et la famille Cardinal pourra repartir du bon pied, en attendant le prochain régime...

   
1951 Le plus joli péché du monde
Afin d'échapper au mariage, Jacques fait passer le fils de son domestique, Popaul, pour le fruit de ses amours avec son amie Zoe. Un vieil oncle intervient...
   
1952 L'amour, Madame
François est un jeune et brillant universitaire qui vient d'être reçu a l'agrégation, mais aussi timide et gauche avec Diane, pin up qui pose pour les magazines. Dans le train qui l'emmène en vacances, François partage son compartiment avec Arletty, la célèbre vedette, a qui il n'ose parler. Mais la mère du jeune homme a une petite idée.
   
1952 Douze heures de bonheur /Jupiter
Yvette, ne rêve que de légendes. Un jour, elle rencontre, dans la forêt, un jeune homme et s'imagine que Jupiter lui est apparu. Cette rencontre lui fera oublier ses fiançailles avec son cousin, Gilbert.
   
1953 Jeunes mariés
Jacques et Gisèle Delaroche se trouvent, à cause d'un appareil photo volé, au cœur d'une lutte intestine dans le village de Montigny. Une base américaine y est en effet installée et la population est divisée entre pro et anti-américains. Heureusement la voleur est arrêté. Les villageois se réconcilient et le jeune couple part pour Monte Carlo.
   
1953 La vierge du Rhin
À Düsseldorf, un certain Martin Schmidt trouve du travail sur « La Vierge du Rhin », péniche en partance pour la France, et dirigée par le capitaine Meister, dont la fille Maria a pris l’homme en sympathie. Il s’agit en fait de Jacques Ledru, ancien propriétaire du bateau.

Porté disparu en 1940, Ledru veut aller à Strasbourg pour se venger et être rétabli dans ses droits, car sa femme Geneviève a épousé son associé Labbé, et ce dernier, devenu directeur, a engagé la société de transport fluvial dans des affaires de contrebande, avec la complicité du second de « La Vierge du Rhin », Pietr, cela à l’insu de Meister.

Mais Pietr a découvert qui était Schmidt. Avertis, Geneviève et Maurice Labbé n’ont en fait qu’une idée, conserver les biens et la situation qu’ils ont acquis. Pour cela, ils sont prêts à tout, face à l’ancien patron, devenu gênant. À peine arrivé à Strasbourg, ce dernier manque de se faire écraser par une voiture. Il est réconforté par Maria, qui a compris la situation et est tombée amoureuse de lui.

Geneviève tente d’amadouer Ledru, qui se montre intraitable. Elle lui donne rendez-vous chez elle, mais, en arrivant, il surprend des confidences, comprend que c’est sa femme qui a voulu le tuer, qu’il risque de tomber dans un nouveau piège et préfère s’éclipser. Il rejoint la fidèle Anna Berg, secrétaire de la société, qui déteste son nouveau directeur. Ils tentent tous deux de revoir les comptes pour éviter la faillite. Mais Labbé est assassiné et la police vient arrêter Ledru, accusé du meurtre par Geneviève. L’enquête du commissaire Guérin rétablit la vérité et l’assassin de Labbé est confondu : c’est Pietr, à qui la victime devait de l’argent.

Poursuivi par la police sur le port de Strasbourg, le coupable est tué par une grue en mouvement. Geneviève, qui a tout perdu, s’en va seule. Ledru peut désormais répondre à l’amour de Maria. Il reprend sa place à la tête de la compagnie et va retrouver la jeune fille sur la péniche.

   
1954 Faites-moi confiance
Illusionniste sans succès, Max veut épouser Hélène la fille de Mr Bombardon patron de music-hall, qui l'emploie. Pour être digne d'elle, il va voir son ami Merlin l'enchanteur qui lui donne une "horloge magique". Grâce à elle, Max acquiert de l'assurance et réussit ce qu'il entreprend.
   
1954 Poisson d'avril
Emile est mécano dans un garage, il économise chaque mois une part de son salaire pour acheter à sa femme Charlotte une machine à laver. Malheureusement il se fait « entortiller » par un vendeur qui lui fait faire l'emplette d'un attirail ultra-moderne de pêche.

Prétextant des dépannages en province, il se rend à Lagny tous les dimanches, chez sa cousine Annette qui est la maîtresse d'un homme marié, Gaston Prévost. Par suite d'un concours de circonstances, Gaston est contraint de présenter Emile à sa femme légitime comme un camarade de guerre et Annette comme la femme de ce dernier.

Il en résulte qu'un jour, Mme Prévost apprend à Charlotte qu'Emile sort en cachette avec une femme qu'il fait passer pour son épouse légitime. Charlotte se brouille avec Emile mais acquiert bientôt la preuve de la fidélité de son mari. Désormais les époux iront à la pêche ensemble.

   
1955 Le printemps, l'automne et l'amour
Fernand Sarrazin qui dirige parfaitement une fabrique de nougat à Montélimar est un homme heureux, nonobstant la présence acariâtre de sa belle-sœur Julie, autoritaire et jalouse, qui vit à ses côtés.

Il n'est plus tout à fait jeune, mais l'amour entre dans sa vie sous les traits d'une jeune orpheline, Cécilia, qu'il sauve de la noyade, dont il s'éprend et qu'il épouse. La perfide Julie fera tout pour semer la discorde dans le couple et se sert d'un jeune pianiste pour détourner Cécilia du droit chemin.

Elle reviendra pourtant, repentante, après un court séjour à Paris. Le bon Fernand lui pardonne, mais éclairé sur les agissements de sa belle-sœur, la chasse de sa maison.
   
1955 Gas-oil

En quittant au petit matin sa jeune maîtresse Alice, institutrice dans une petite bourgade de la région parisienne, Jean Chape, au volant de son cinq tonnes tout neuf et qu'il aura bientôt fini de payer, croit avoir écrasé quelqu'un sur la route. Après avoir averti Alice, il prévient la gendarmerie, L'autopsie établira que la victime, un gangster notoire nommé Scopo, était déjà morte lorsque Chape est passé sur son corps avec son camion. En rentrant chez lui, en Auvergne, Chape est suivi sur la route par une voiture grise dans laquelle se trouvent la veuve du gangster et trois de ses complices, qui réclament au camionneur une valise contenant cinquante millions, produit d'un hold-up.

Comme Chape ne sait rien et ne veut pas coopérer, les gangsters le harcèlent, menaçant de jeter son camion dans un ravin et fouillant sa maison de fond en comble. Refusant de se laisser intimider, Chape cache Alice chez son ami Serin, qui tient un café-restaurant, " Le Relais". lieu de rencontre des routiers. Puis il fait appel à ses collègues. Ensemble, ils font la chasse à la voiture des gangsters, la cernent sur une route de montagne et contraignent les truands à sortir leurs armes. Le père Ragondin, le vieux copain de Chape. est tué dans la fusillade mais grâce à l'initiative d'Alice, la police intervient et capture la bande.

   
1956 Le sang à la tête
Avec : Jean Gabin (François Cardinaud), Renée Faure (Mademoiselle), Paul Frankeur (Drouin). 1h23.

Ce dimanche, à La Rochelle, un cargo en provenance d'Afrique vient d'accoster : un passager, Mimile Babin, en descend, poursuivi par les invectives du commandant Drouin. Chez le riche armateur François Cardinaud, on s'apprête pour la messe. Mademoiselle, la gouvernante, s'occupe des enfants car Marthe, leur mère, est déjà partie...

   
1957 Reproduction interdite
Marchand de tableaux au bord de la ruine, Marc Kelber se fait, un jour, escroquer par un certain Lacroix, qui lui vend un faux Gauguin après lui en avoir montré un authentique. Quelques mois plus tard, Kelber retrouve par hasard son voleur dans une villa de banlieue. Mais le commerçant n’est pas de taille devant l’escroc, qui lui propose de s’associer avec lui et son complice, Watroff, un peintre dénué de talent qui vit avec la jeune Viviane.

Sur les conseils de Kelber, expert en peinture et en vieillissement des toiles, les trois hommes montent une opération fructueuse : il s’agit de faire exécuter par Watroff trois copies du vrai Gauguin, que Lacroix a hérité de sa famille et pour lequel Kelber obtient trois certificats d’expertise attestant son authenticité.

Il ne reste plus qu’à vendre les copies en empochant d’importants bénéfices. Clara, la femme de Kelber, peut de nouveau dépenser sans compter tandis que Watroff, rongé par le remords, s’adonne à la boisson. Au cours de ses séances d’ivresse, il est de plus en plus bavard, à tel point que Lacroix convainc Kelber que la seule manière de le faire taire est de l’assassiner.

Un soir que Viviane est absente, ils enivrent Watroff et l’empoisonnent à l’acide. La police conclut au suicide. Mais Viviane, qui n’est pas dupe, saura venger son amant. Alors que Kelber va vendre le troisième faux Gauguin, l’acheteur brésilien, prévenu par la jeune femme, demande une contre-expertise… La supercherie est dévoilée. Lacroix est arrêté. N’ayant pas le courage de faire face au scandale, Kelber se suicide.

   
1957 Le rouge est mis

Avec : Jean Gabin (Louis Bertain / Louis le Blond), Paul Frankeur (Fredo), Marcel Bozzuffi (Pierre), Albert Dinan (Pluvier). 1h55.

Sous son apparence de paisible garagiste. Louis Bertain, dit "Ie Blond", dirige en réalité une redoutable bande de casseurs composée de Frédo, Pépito et Raymond. Pendant ce temps, interditde séjour à Paris, Pierre, lejeune frère de Louis, se fait cueillir par la police alors qu'il sortait de chez sa maîtresse, Hélène. Le commissaire Pluvier, qui cherche à se renseigner sur les activités de Louis, tente d'obtenir sa coopération...

   
1957 Trois jours à vivre

Avec : Daniel Gélin (Simon Belin), Jeanne Moreau (Jeanne Fortin), Lino Ventura (Lino Ferrari), Georges Flamant (Inspecteur Segalier), Albert Augier (Dédé), Aimé Clariond (Charlie Bianchi). 1h25.

Unique témoin du meurtre d’un gros bonnet du milieu, Simon, jeune acteur ambitieux faisant partie d’une troupe itinérante, gagne la une des journaux, du fait de cette publicité inattendue, il obtient le rôle dont il rêvait.

Convoqué pour être confronté à l’assassin présumé, Lino Ferrari, Simon, qui guigne toujours les gros titres, affirme le reconnaître, malgré de sérieux doutes. Devenu une vedette, il coule des jours tranquilles en compagnie de Jeanne, l’habilleuse de la troupe, jusqu’au jour où Ferrari s’évade et menace de lui régler son compte d’ici trois jours. Apeuré, Simon confesse sa lâcheté à Jeanne et, sur les conseils de celle-ci, projette de quitter le Havre pour New York après la dernière représentation en cette ville.

Malgré la présence de la police dans le théâtre, Ferrari, réellement innocent et n’ayant plus rien à perdre, s’apprête à abattre Simon lorsque Jeanne s’interpose entre les deux hommes. Profitant de la confusion, la jeune femme entraîne Ferrari au-dehors et tente en vain de le séduire pour l’occuper le temps que Simon prenne la mer.

En désespoir de cause, elle le tue, et malgré la pitié qu’elle ressent pour Simon, la pire chose qu’elle puisse éprouver pour un homme, elle se retrouvera à son chevet à la suite d’une tentative de suicide théâtrale et sera acquittée pour légitime défense.

   
1958 Échec au porteur

Avec : Paul Meurisse (Le commissaire divisionnaire Varzeilles), Jeanne Moreau (Jacqueline Tourieu), Serge Reggiani (Bastien Sassey), Simone Renant (Denise Giraucourt). 1h26.

Passeur de drogue, Bastien voudrait bien abandonner ses activités de malfaiteur pour filer le parfait amour avec Jacqueline. Il accepte une ultime mission: contre la promesse d'une importante somme d'argent, trahir la bande de Stan l'Arménien au profit de Hans, chef d'un gang adverse.

Ce dernier remplace la drogue, dissimulée dans un innocent ballon de football, par une bombe à retardement qui doit éclater à dix heures du soir. Mais Bastien, qui n'a pas été averti de la substitution, échange par mégarde son ballon avec celui d'une bande de jeunes garçons croisés sur un terrain vague. Furieux, Hans ordonne à son second, Dédé, d'abattre Bastien. Avant de mourir, il aura la force de murmurer quelques mots à propos d'une bombe cachée et d'un jeune garçon portant une veste de trappeur et un blue-jean rapiécé...

C'est avec ces maigres éléments que le commissaire Varzeilles, aidé par une mobilisation générale de la police parisienne, réussira à retrouver la bombe in extremis dans une clinique où le petit Giraucourt a été transporté pour une crise d'appendicite aiguë. Tandis qu'une escouade de forces de l'ordre donnera l'assaut du repaire de Hans, à Gennevilliers...

   
1958 Le désordre et la nuit

Avec : Jean Gabin (Georges Vallois), Danielle Darrieux (Thérèse Marken), Nadja Tiller (Lucky Fridel), Paul Frankeur (Inspecteur Chaville), Hazel Scott (Valentine Horse). 1h33.

Patron de "L'Oeuf", une boîte de nuit, Albert Simoni fournit en drogue certains de ses clients, comme le jovial Blasco ou Lucky Fridel qui, malgré l'opposition de son père, un riche industriel bavarois, s'est installée à Paris dans le vain espoir de faire carrière dans la chanson. Un soir, Simoni, accompagné de Lucky, se rend à un rendez-vous clandestin afin de prendre livraison de drogue. A peine arrivé, il est abattu de plusieurs coups de revolver, tandis que Lucky réussit à s'enfuir. Le commissaire Janin met sur l'affaire deux inspecteurs qui se détestent cordialement : Chaville et Vallois. Ce dernier se laisse séduire par Lucky et découvre qu'elle est à la fois morphinomane et profondément masochiste...

   
1959 Archimède, le clochard
Archimède est un clochard qui boit du muscadet au petit déjeuner et qui étonne souvent ses compagnons par son instruction et sa culture. Chassé de l'immeuble en construction ou il vivait il tente de se faire mettre en prison pour passer l'hiver. En vain. Il décide alors de descendre sur la Cote d'Azur pour la mauvaise saison.
   
1959 125 rue Montmartre
Crieur de journaux un peu rustre, Pascal sauve de la noyade Didier, qui s’était jeté dans la Seine. Une étrange amitié naît entre les deux hommes, malgré leurs différences de milieu et de caractère. À la tête d’une solide fortune, Didier prétend que son épouse Catherine, avec l’aide de son beau-frère Philippe, veut le faire interner dans le but de s’emparer de ses biens.

Didier refuse de retourner chez lui et Pascal lui procure un emploi de vendeur de journaux aux Messageries de la Presse Parisienne. Puis, à la demande de son nouvel ami, il accepte de s’introduire, la nuit, dans le domicile de Didier, afin de récupérer une somme d’argent que ce dernier y a cachée. Mais Catherine surprend l’intrus et appelle la police. Pascal est capturé et accusé de meurtre, car un cadavre se trouve dans la bibliothèque…

Lorsqu’il apprend par le commissaire Dodelot que le mort n’est autre que le mari de Catherine, un riche industriel, Pascal comprend qu’il a été le jouet d’une machination diabolique combinée par Didier et sa maîtresse Catherine pour lui faire endosser la responsabilité de leur crime. Le commissaire Dodelot, qui ne croit guère à sa culpabilité, le remet en liberté provisoire. Pascal en profite pour se mettre sur la piste de Didier, qu’il finit par retrouver dans un cirque sous le déguisement d’un clown.

La police interviendra à temps pour sauver Didier de Pascal, qui voulait se venger de sa trahison.

   
1960 Les vieux de la vieille
Trois vieux amis, spécialistes dans les farces en tous genres, décident de quitter leur village vendéen pour aller vivre dans une maison de retraite. Ne supportant plus leur plaisanteries, les villageois sont heureux de les voir partir. Peu après, les trois vieux, s'ennuyant à l'hospice, décident de revenir s'installer au village.
 

 

1961 Le cave se rebiffe

Avec : Jean Gabin (Ferdinand Maréchal), Martine Carol (Solange Mideau), Bernard Blier (Charles Lepicard). 1h38.

Ne pouvant s'acquitter de ses dettes envers l'ancien proxénète Charles Lepicard, Éric Masson lui propose, en guise de remboursement, la préparation d'une grosse affaire de fausse monnaie. Le seul qui puisse diriger l'opération est Ferdinand Maréchal, dit "Le Dabe", maintenant éleveur de chevaux à Caracas. D'abord réticent, celui-ci finit par accepter et retrouve Paris après quinze ans d'absence....

   
1962 Le gentleman d'Epsom
Un ancien officier du Cadre Noir et d'excellente famille, a perdu toute sa fortune aux courses. Il tire ses ressources des tuyaux qu'il vend a un groupe de fanatiques. Chaque client se voit indiquer un cheval différent dans la même course et l'heureux gagnant lui verse une partie de ses gains.
   
1963 Le voyage à Biarritz
Guillaume Dodut, chef de gare et père d'un fils dans lequel il espère bien des satisfactions, rêve de connaitre Biarritz. Mais son fils, une fois diplômé, connait les obligations de la promotion sociale, et repousse sans cesse ses vacances.
   
1963 Maigret voit rouge

Avec : Jean Gabin (Inspecteur Jules Maigret), Françoise Fabian (Lily), Roland Armontel (Docteur Fezin), Paul Frankeur (Bonfils), Paul Carpenter (Harry Mc Donald). 1h27.

Un soir à Pigalle, l'inspecteur Lognon voit des tueurs en auto ouvrir le feu sur un passant. Celui-ci s'écroule et Lognon prévient aussitôt la police. Mais lorsqu'il revient, le corps a disparu. Le commissaire Maigret mène l'enquête...

   
1963 La cuisine au beurre

Avec Fernandel (Fernand Jouvin), Bourvil (André Colombey), Claire Maurier(Christiane Colombey), Andrex (Pelletan), Mag-Avril (Mme Rose) Henri Arius (Le maire), Laurence Lignières (Marinette), Henri Vilbert (Maître Sarrazin), Anne-Marie Carrière (Gerda), Michel Galabru (Maximin). 1h21.

Prisonnier de guerre Fernand Jouvin s'est évadé. Il a été recueilli par Gerda, une plantureuse autrichienne qui lui fait oublier qu'il était marié à Martigues avec Christiane. Celle-ci, le croyant mort, a épousé son chef-cuisinier André, qui a transformé son petit restaurant en un somptueux établissement : "La Sole Normande".

Tout laisse à croire qu'il en serait toujours ainsi : Gerda à travailler, Fernand à se reposer, si les Russes ne libéraient, dix ans plus tard, le mari de Gerda. Lorsque Fernand arrive à Martigues, il comprend vite la situation dramatique dans laquelle il se trouve et un stupide accident de voiture fait éclater la vérité. Feignant une extrême faiblesse, Fernand explique qu'il a été prisonnier en Sibérie. Le cœur de Christiane fond et André décide de recueillir l'ex-mari de sa femme. Mais le retour de Fernand frappe le mariage d'André de nullité et Fernand ne veut pas entendre parler de divorce.

André devient d'une jalousie féroce; de plus Fernand refuse de l'aider dans son travail. Les jours passent... les deux hommes se rapprochent et même s'entendent sur le dos de Christiane. Fernand fait partager à André sa passion pour les boules et la pêche... Un soir de bringue, André disparaît laissant une lettre d'adieu. Fernand, qui l'aime à sa manière, mais qui ne veut reprendre ni la vie avec sa femme, ni surtout son travail de cuisinier, le rattrape à la gare. Ce dernier ne veut rien entendre. Fernand lui avoue alors qu'il n'a jamais été prisonnier en Sibérie. André promet de garder le secret; il lui donne également de l'argent et la clé d'une petite maison qu'il possède en Normandie.

   
1964 L'âge ingrat
Antoine Lartigue (Provençal) et Marie Malhouin (Normande), décident de faire rencontrer leurs parents avant de se marier. Les vacances d'été sont une bonne occasion, et le soleil des Lartigue attend la famille Malhouin.

Hélas, l'austère Emile Malhouin ne semble pas ravi de l'exubérance méditerranéenne de son futur parent. Et ce dernier est déçu par l'austérité nordique. Ajoutons à cela une querelle de jalousie entre les deux amoureux et tout semble être gâché.

Mais l'amour étant plus le fort, les familles ne pourrons que se réconcilier et retourner dans la magie de la Provence.
   
1965 La fermeture et Le procès

Segments de Un grand seigneur

Le Procès: Deux petits truands ont dérobé chez une baronne quelques objets de valeur dont une lanterne, que Monsieur Charles avait donnée en guise de remerciement à la baronne, qui fut autrefois l'une de ses anciennes pensionnaires…

La Fermeture: Monsieur Charles et Madame Blanche sont bien tristes : la maison close qu'ils tiennent va fermer et ils doivent dire adieu aux jolies filles, à tous leurs amis qui fréquentaient ce lieu… En guise d'adieu, les tenanciers offrent un cadeau à chacune des pensionnaires, mais Lucette est absente pour cause de deuil. L'enseigne revient à cette pensionnaire si douée à laquelle Monsieur Charles prédit une ascension sociale.

Les Bons vivants: Léon Haudepin, agent général d'assurances et adhérent d'un club de sport, va rencontrer sur son chemin Héloïse, elle aussi une ancienne pensionnaire de la maison close. Il la tire des griffes de l'inspecteur Grannu et grâce à cette rencontre, il va devenir riche et vivre des aventures désopilantes…

   
1965 Train d'enfer
Antoine, agent du Service Secret français, enquête sur un noyé retrouvé dans un port de la Côte d'Azur. Il arrive dans une villa ou des conjurés préparent un attentat contre un émir. En se faisant passer pour un agent double, Antoine réussit a entrer dans le complot...
   
1968 Une cigarette pour un ingénu
   
   
1968 L'homme à la Buick

Au volant de sa puissante Buick, Armand Favrot ne passe pas inaperçu dans les rues d’Honfleur, où il vient d’acquérir une superbe propriété. Les notabilités locales, le notaire Dodelin et son épouse, l’assureur de La Mothe et, surtout, la charmante madame de Layrac, deux fois veuve, ont tôt fait d’adopter ce riche Parisien qui se prétend homme d’affaires. En réalité, c’est un trafiquant ! Mais du genre discret… En effet, sous prétexte d’accompagner des petits citadins en vacances de neige, Favrot se rend régulièrement en Suisse, où il prend livraison de diamants qu’il dissimule dans le boîtier d’un transistor et revend, très cher, à son retour à Paris.

Quel douanier irait suspecter de trafic illicite ce brave homme à la voiture pleine d’enfants ? Le respectable M. Armand est aussi propriétaire, près de l’Étoile, d’un hôtel où il réunit, pour monter des coups, la petite bande de truands dont il est le chef : Lucien et Paulette, gérants de l’hôtel; Maxime et «La Paluche», les moins malins de l’équipe, mais les plus vicieux; «le Marquis», bellâtre hâbleur et raffiné qui rêve d’un casse au Ritz ! On se contentera, cette fois, d’une bijouterie, car Armand a un besoin urgent de liquidités : Michèle de Layrac, devenue sa maîtresse, a en effet entrepris de décorer, avec quel luxe !, sa résidence d’Honfleur. Le hold-up se déroule comme prévu jusqu’à ce qu’un employé déclenche l’alarme. En fuyant, «le Marquis» reçoit une balle dans l’épaule; Armand le cache chez lui, à Honfleur, où un curieux inspecteur, Farjon, vient l’interroger sur son emploi du temps et ses relations avec la veuve de Layrac.

Se croyant soupçonné, Favrot se hâte de «fourguer» les bijoux volés à un receleur qui, peu après sa visite, est assassiné et dévalisé… par Maxime et «La Paluche», qu’Armand démasque au moment même où la police vient les cueillir. Armand échappe de justesse au coup de filet et retourne à Honfleur. Il y découvre une Michèle parfaitement au courant de ses activités car, en son absence, elle a identifié «le Marquis» comme un des complices du hold-up de la bijouterie ! Mais, coup de théâtre, c’est elle que Farjon vient arrêter : elle a empoisonné ses deux maris… Armand respire ! Un matin, le bon M. Favrot s’apprête à retourner en Suisse avec un nouveau chargement de gamins. Farjon surgit et l’interpelle : Maxime et «La Paluche» l’ont dénoncé…

   
1969 Sous le signe du taureau
Lors du premier essai en vol, le missile SR01 explose en plein ciel. C'est un coup dur pour son constructeur, l'industriel Albert Raynal. Ses financiers - Jérôme Laprade, son beau-frère, et Marchal - tirent aussitôt de cet échec une conclusion sans appel : "Plus un sou !". Magnin, le banquier de Raynal, informe son client qu'il ne couvrira plus le déficit de son entreprise. Profondément déçu, Raynal ne trouve aucun réconfort auprès de Christine, son épouse qu'il ne tient plus au courant de ses affaires depuis longtemps. De plus, Christine, qui part en vacances à Cannes, lui annonce son intention de divorcer. Mais Raynal n'entend pas renoncer à ses recherches reprises avec Lambert, son fidèle collaborateur. Il croit même, le temps d'une rencontre, trouver un appui auprès d'un ancien camarade, Robert Augagneur, devenu immensément riche.

Mais Augagneur prétend n'avoir aucune disponibilité ! Raynal se réfugie alors chez Rolande, sa maîtresse, qui passe la nuit avec lui et l'aide à retrouver la trace d'une vieille relation, un certain Vacher qui a fait, à Rouen, fortune dans la ferraille. Ce Vacher se révèle un profiteur cynique auquel Albert exprime son profond mépris. Après cette visite inutile, Raynal disparaît. La police retrouve sa voiture abandonnée sur les quais de Rouen; journaux et télévision se perdent en conjectures. Christine revient à Paris où elle découvre un télégramme signé Albert : "Je suis vivant".

Vivant, Raynal l'est en effet, et prêt à se battre. Dans une chambre d'hôtel, il dicte à une dactylo un rapport dans lequel il dénonce la mainmise de l'argent sur la recherche scientifique. Il compte se servir de ce rapport comme moyen de défense lorsqu'il sera inculpé d'émission de chèques sans provision : il a signé, entre autres, celui de la paie des ouvriers.

Au Palais de Justice, chez un ami juge saisi de ses projets, il apprend par Magnin que ses chèques ont été couverts et que tout est rentré dans l'ordre. Christine, qui a vendu en Bourse ses actions dans l'entreprise de son frère Jérôme, a tout réinvesti dans l'affaire de son époux ! " Pourquoi as-tu fait cela ? " lui demande ce dernier, qu'elle a retrouvé à l'usine. " Parce que j'avais envie que tu me voies " lui répond-elle. Ainsi le couple se retrouve uni autour d'un même projet : la réussite du SR02, nouvelle version du missile. " Veux-tu voir comment ça marche ? " propose Albert à Christine, radieuse.

   
1971 Quentin Durward
  Série télévisée.
   
1972 Un cave
Un escroc sans envergure sort de prison. Il est mêlé, sans le vouloir, a toute une série de meurtres et de chantages, qui feront de lui un truand redoutable.
   
1974 Gross Paris
Bernard est journaliste, son copain, Jules est boucher, et ces deux français moyens sont de véritables toques des champs de course. Puis la guerre de 40 éclate mais tellement obnubilés par leur passion, ils ne se rendent compte de rien. Et dix ans de leur vie vont passer ainsi...
   
1974 Deux ans de vacances
  Série télévisée.
   
1975 Insula comorilor
   
   
1975 Piratii din Pacific
   
   
1975 Les Mohicans de Paris
  Série télévisée.
   
1977 Ne le dites pas avec des roses
 

Série télévisée.

   
1977 Banlieue Sud-Est
  Série télévisée.
   
1979 Les insulaires
  Téléfilm
   
1979 Histoires de voyous: L'élégant
  Téléfilm
   
1980 Jean-Sans-Terre
  téléfilm
   
1980 L'aéropostale, courrier du ciel
  Série télévisée.
   
1982 Les brigades vertes
  Téléfilm
   
1982 Guillaume le conquérant