2011

Un matin tôt, Martha fuit une secte et Patrick, son charismatique leader. Elle cherche de l'aide auprès de sa soeur aînée Lucy et de Ted son beau-frère avec qui elle n'avait plus de contacts, mais elle est incapable de leur avouer la vérité sur sa longue disparition.

Martha est persuadée que son ancienne secte la pourchasse toujours. Les souvenirs qui la hantent se transforment alors en effrayante paranoïa et la frontière entre réalité et illusion se brouille peu à peu.

Martha est rebaptisée Marcy May par Patrick et se nomme Marlene quand elle prend les appels d'éventuels nouveaux membres selon le protocole établi par la secte. Elle doit accepter la dissolution de la personnalité, de la conscience pour accepter tout aussi bien l'exaltation du corps sain, de la musique que l'exploitation sexuelle (le viol comme première étape d'un "nettoyage des toxines"), le vol ou le crime (les expéditions nocturnes en gros 4x4 noir).

Si le sujet est bien tenu et le suspens assuré, le style finit par se révéler artificiel avec sa répétition des flashes-back dès que Martha perçoit un dérèglement physique ou mental dans son présent. Car il ne se passe pas grand-chose au présent de l'action. Les valeurs de la haute bourgeoisie représentées par Lucy et Ted sont trop stéréotypées : besoin d'enfant, d'espaces. Ils représentent un contrepoids insuffisant pour Martha qui tente de se reconstruire et de retrouver une vie normale. En ne creusant pas le passé d'avant la secte, les personnages sont réduits à leur rôle fonctionnel, aider ou enfoncer la jeune Martha.

 

Retour à la page d'accueil

Cannes 2011  :  Quinzaine des realisateurs Avec : Elizabeth Olsen (Martha), John Hawkes (Patrick), Sarah Paulson (Lucy), Hugh Dancy (Ted), Louisa Krause (Zoe), Christopher Abbott (Max), Brady Corbet (Watts), Maria Dizzia (Katie), Julia Garner (Sarah). 1h42.
Martha Marcy May Marlene
Genre : Drame psychologique