Arnaud des Pallières

né en 1961
8 films
   
   
2
 

Arnaud des Pallières est né en 1961 à Paris. Après de brèves études en littérature, il travaille au théâtre comme acteur et metteur en scène. Apprentissage du travail d’acteur (auprès notamment de Christian Rist, Attilio Magiuli et Jean-Pierre Sarrazac). Joue quelques rôles au théâtre. Fonde, avec Jean-Pierre Rehm, la compagnie Théâtre en demeure. Met en scène, avec Jean-Pierre Rehm, Oxtiern, ou les malheurs du libertinage d’après Sade au Petit Théâtre Mouffetard ; puis Le mariage secret d’après la correspondance de Nietzsche à Peter Gast au Carré Silvia Montfort.

Il fait des études de cinéma à la Fémis, où il réalise ses premiers films. Il y invite Gilles Deleuze à venir prononcer une conférence autour de questions émanant de la lecture de L’image temps et de L’image mouvement, les deux livres du philosophe consacrés au cinéma. Il tourne à cette occasion : Gilles Deleuze : "Qu’est-ce que l’acte de création ?, en co-réalisation avec Arnaud Dauphin. (1987, 49 min).

D'autres courts métrages suivront, oscillant entre fiction et documentaire : La mémoire d’un ange (1989, 22 min), Le jardin du bonheur (1991, 26 min).

Après la Fémis, il tourne encore des courts métrages, dont Avant après (1993, 20mn) et Les choses rouges (1994, 20 mn).

Il enseigne pendant trois ans la pratique cinématographique à l’École Nationale d’Arts de Cergy Pontoise.

Il réalise son premier long métrage pour le cinéma en 1996, se sera : Drancy Avenir. Suivent deux moyens métrages pour la télévision : Is Dead (Portrait incomplet de Gertrude Stein) , pour la collection Un siècle d’écrivains dirigée par Bernard Rapp, et Disneyland, mon vieux pays natal pour la collection Voyages, voyages.

Son second long métrage : Adieu (2003) avec Michaël Lonsdale, Aurore Clément, Laurent Lucas et Olivier Gourmet, croise plusieurs histoires, dressant le portrait douloureux d’une France inhospitalière, indifférente au sort des immigrés clandestins renvoyés dans leurs pays d’origine. Parc (2008) est adapté d’un roman de John Cheever et Michael Kohlhaas (2013) d'une nouvelle de Heinrich Von Kleist. Emmené par le Danois Mads Mikkelsen, le film est présenté en compétition au Festival de Cannes en 2013.


Bibliographie :

"Disneyland rattrapé par la fiction », entretien avec Arnaud des Pallières. Les cahiers du cinéma, N° 565, février 2002, p. 36-37.

Filmographie:

courts-métrages : Le jardin du bonheur (1991), Diane Wellington (2010)

Moyens et longs-métrages:

1997 Drancy Avenir

Avec : Aude Amiot (L'étudiante), Thierry Bosc (L'historien), Anna-Lisa Nathan (La chanteuse), Hanns Zischler (La voix du vieil homme), Jean-Paul Roussillon (La voix de l'explorateur), Emma Soubrier (La petite fille), Adrien Faucheux (L'étudiant qui lit). 1h24.

Le dernier homme ayant survécu à la Solution Finale dit la désolation de n'avoir pas su laisser un témoignage à l'épreuve du temps de l'horreur traversée... Une étudiante en histoire enquête sur l'ancien camps de concentration de Drancy et découvre que l'endroit, toujours habité, est aujourd'hui une cité HLM appelée "Cité de la Muette"... Sur son bateau, le capitaine raconte la lente remontée du fleuve jusqu'au point où civilisation et sauvagerie sont devenus indiscernables...

   
2001 Is Dead (portrait incomplet de Gertrude Stein)

 

Film TV dans la série Un siècle d’écrivains (16mm, 0h47)
   
2001 Disneyland, mon vieux pays natal

 

Film TV pour la collection Voyages, voyages. Avec : Emile Breton, Isabelle Poudevigne. 0h45.

Un voyage troublant et inédit au "pays magique" de Disneyland. Un documentaire prétexte à des histoires qui saisit le malaise dans le merveilleux. Inquiétant et remarquable.

"Disneyland, mon vieux pays natal" est une balade troublante dans l'univers "magique" du plus célèbre des parcs d'attractions. S'ouvrant sur l'inquiétante fable du joueur de flûte - qui donne le ton de tout le récit -, ce film à la première personne saisit le malaise au coeur du merveilleux. Il n'y a ni rires ni fanfares. Seulement des visages muets, des êtres étranges et déguisés qui s'agitent sur une musique lointaine ou au rythme de percussions lentes. Puisant dans la matière documentaire que lui offre sa visite, Arnaud des Pallières déplace le récit vers la fiction. Chaque activité, chaque rencontre est l'occasion de raconter d'autres histoires, d'autres mythes, de rêver à l'enfance perdue (l’histoire du joueur de flûte de Hamelin, 24 enfants en poussettes, une théorie sur les montagnes russes, un concentré de sentiments personnels, quelques revendications syndicales de Dingo, une réhabilitation de la cécité, une méthode de guérison du cancer des amygdales, la description attendrie de quelques êtres surprenants, un suicide dans le Mississippi, la mort de Mickey, quelques cygnes, pas mal de canards, un portrait robot de l’auteur, et un petit plan de visite de l’enfance.)

Dans ces différentes séquences ouvertes par les questions étranges d'un personnage numérique qui accueille les visiteurs à l'entrée du parc - Préférerais-tu avoir un robot ou un bébé chez toi ? Être une colombe ou un hibou ? -, le réalisateur réintroduit le poids des cauchemars dans la machine à rêves (les rapports pervertis du travail, la mort, l'abnégation...). Teinté de mélancolie douloureuse, le film observe la dimension paradoxale de Disneyland qui, bien qu'en dehors du temps et vecteur de rêves, reste un miroir de notre société et de ses désillusions.

   
2003 Adieu

Avec : Michael Lonsdale (Le père), Olivier Gourmet (Deuxième fils), Laurent Lucas (Troisième fils), Aurore Clément (L'institutrice). 2h04.

Ismaël décide de quitter l'Algérie. Il s'y sent en danger et préfère laisser sa femme et sa fille à l'abri et tenter d'obtenir le statut de réfugié politique en France. . Dans le même temps, une famille française d'agriculteurs plutôt aisée perd soudainement un de ses jeunes fils.

   
2008 Parc

John Cheever Avec : Sergi López (Georges Clou), Jean-Marc Barr (Paul Marteau), Nathalie Richard (Hélène Clou). 1h49.

Georges Clou habite au Parc, luxueuse ville privée de la Côte d’Azur. Il aime sa femme, son fils, sa maison et son chien, va au bureau le matin, à l’église le dimanche, indifférent à l’agitation sociale qui secoue le pays. Riche, solitaire, Paul Marteau traîne une existence mélancolique et désoeuvrée...

   
2011 Poussières d'Amérique

Documentaire. 1h40. Le cinéaste y raconte une histoire subjective de l’Amérique en convoquant images d’archives privées, textes romanesques, musiques américaines et création musicale originale.

   
2013 Michael Kohlhaas

Avec : Mads Mikkelsen (Michael Kohlhaas), Mélusine Mayance (Lisbeth), Delphine Chuillot (Judith), David Kross . 2h02.

Au XVIème siècle dans les Cévennes, le marchand de chevaux Michael Kohlhaas mène une vie familiale prospère et heureuse. Victime de l'injustice d'un seigneur, cet homme pieux et intègre lève une armée et met le pays à feu et à sang pour rétablir son droit.

   
2016 Orpheline

Avec : Adèle Haenel (Renée), Adèle Exarchopoulos (Sandra), Solène Rigot (Karine), Gemma Arterton (Tara), Vega Cuzytek (Kiki). 1h51.

Portrait d’une femme à quatre âges de sa vie. Petite fille de la campagne, prise dans une tragique partie de cache-cache. Adolescente ballottée de fugue en fugue, d’homme en homme, puisque tout vaut mieux que le triste foyer familial. Jeune provinciale qui monte à Paris et frôle la catastrophe. Femme accomplie enfin, qui se croyait à l’abri de son passé. Quatre actrices différentes incarnent une seule et même héroïne...