Bonjour ! Je suis D. J., je vais vous parler de ma famille. Vous allez voir, il y a là-dedans quelques originaux. Et soyez attentifs car c'est complexe. Ma mère, Steffi, est militante de toutes les causes : développement des Arts, réinsertion des prisonniers, réhabilitation des maisons d'arrêt, murs des cellules repeints en tons pastel, et j'en passe. Mon beau-père Bob est avocat et très libéral, son fils Scott est adolescent et très réac'. Imaginez les discussions !

Sa fille Skylar est fiancée à Holden, un jeune homme bien. On cherche beaucoup l'amour, dans ma famille. Moi-même… Mon vrai père, Joe, lui aussi. D'ailleurs, il vit à Paris. Mais toutes ses petites amies le plaquent. Il vient chaque fois nous raconter ses malheurs, donc il vient souvent…

Je suis partie en vacances avec lui à Venise et je l'ai poussé dans les bras de la belle Von. Je lui ai facilité la tâche car mes deux demi-sœurs… - pardon, je les avais oubliées : quinze ans, amoureuses du même garçon ! - donc, elles et moi avions espionné Von chez sa psy new-yorkaise, qui est la mère d'une copine. J'ai tout raconté à papa qui a pu aller au-devant de ses pensées et désirs les plus intimes ! Ça a marché… puis elle a rompu ! Quoi encore ? Skylar a failli quitter Holden, car elle a rencontré Charles Ferry, un protégé de maman, truand repenti… pas si repenti que ça. Et grand-père est mort.

Et puis… Tout s'est terminé à Paris pour un réveillon endiablé, marxiste, tendance Groucho. Papa et maman ont même fait une escapade sur les quais de la Seine, presque aussi amoureux qu'avant. Pas mal, cette histoire ! On pourrait en faire une comédie musicale…

Question simple et lumineuse : comment faire danser et chanter cette amusante et profonde inutilité de l'homme de gauche moderne, anxieux, sophistiqué et sans problème d'argent ?

Exploration des quatre saisons et des trois capitales romantiques : New York, Venise et Paris.

L'histoire démarre par la cerise sur le gâteau : la bague. Vonnie Sydelll (Julia Roberts), historienne d'art, aime Le Tintoret, Bora Bora, la quatrième de Malher, déteste l'informatique, rêve d'un ascenseur qui monte, qui monte et d'un homme qui lui souffle dans les omoplates.

Emouvante question : comment vivre (et raconter) une histoire d'amour si évidemment jouée d'avance, mais que l'on préfère à quoi que ce soit d'autre. Contraste avec le personnage du gangster, trop animal pour figurer dans le monde policé de Allen.

 

Retour à la page d'accueil

Tout le monde dit : I love you
(Everyone says I love you). Avec : Woody Allen (Joe Berlin), Edward Norton (Holden), Drew Barrymore (Skylar), Julia Roberts (Von), Tim Roth (Charles Ferry), Alan Alda (Bob). 1h41.
1996
Genre : comédie sentimentale
Thème : Venise