Le miracle de l'hostie profanée

1468

(1)
Une femme vend l'hostie au marchand juif
(2) Quand le marchand tente de brûler
l'hostie, elle commence à saigner
(3)
Procession religieuse pour reconsacrer l'hostie
(4) La femme est pendue
et un ange descent du ciel
(5)
Le juif et sa famille sont brûlés sur un bûcher
(6) Deux anges et deux démons
se disputent l'âme de la femme
Miracle of the Desecrated Host
Miracolo dell’ostia profanata
Paolo Uccello, 1467-68
six fois 43 x 58 cm
Urbino, Galleria Nazionale delle Marche

C’est l’histoire d’une hostie profanée qui est mise en image. Afin de pouvoir rembourser une dette contractée avec un juif usurier, une femme chrétienne se décide à voler une hostie et la lui remet comme ils l’avaient au préalable convenu. Dans les mains du juif, l’hostie commence à saigner, témoignant ainsi de la perfidie du juif.

Le panneau avec le miracle de l'hostie profanée, peint par Paolo Uccello entre 1467 et 1468, constitue la prédelle du grand retable représentant la communion des apôtres, exécuté par le flamand Giusto di Ghent (Joos van Wassenhove) entre 1473 et 1474. Les deux œuvres sont commandées pour l'église de la Confraternité du Corpus Domini d'Urbino et entrent dans les collections de l'État en 1861.

La prédelle raconte une histoire qui s’est déroulée à Paris vers 1290 et se situe dans le climat anti-juif du milieu des années 1400 qui a vu naître en Italie les "Monti di Pietà", institutions financières à but non lucratif créées par quelques ordres de frères, pour la gestion de prêts modestes dans le but de remplacer les banquiers juifs. À Urbino, en effet, le Monte di Pietà a été créé en 1468 à la demande de la comtesse Battista Sforza, épouse de Federico.

L'histoire, qui se déroule de nuit et de manière fabuleuse consiste en six scènes divisées par des colonnes torsadées. Dans la première scène, une femme, après avoir volé une hostie consacrée, la vend à un prêteur juif. Dans la seconde, le Juif et sa famille, après avoir tenté de brûler l'hostie, l'ont vu saigner et sont arrêtés par des hommes en armes. Dans le troisième épisode, l'hostie est à nouveau consacrée. La femme sacrilège est pendue au quatrième épisode alors que dans le cinquième, le Juif et sa famille sont brûlés sur le bûcher. Dans la dernière scène les anges et les démons se disputent l'âme de la femme.

L'œuvre est peinte dans le style mature de Paolo Uccello, caractérisé par des formes et des couleurs fantastiques et par ses inventions originales en matière de perspective.

Les images de toutes les perpendiculaires au tableau concourent au point de fuite principal. Les diagonales du carrelage donnent les points de distance.

source : cARTatble, la perspective

Retour à la page d'accueil de la section Beaux -Arts