(1370-1428)
Art byzantin russe
L'annonciation 1405 Moscou, Cathédrale de l’annonciation
La nativité 1405 Moscou, Cathédrale de l’annonciation
La présentation au temple 1405 Moscou, Cathédrale de l’annonciation
Le bapteme du Christ 1405 Moscou, Cathédrale de l’annonciation
Transfiguration 1405 Moscou, Cathédrale de l’annonciation
la Resurrection de Lazare 1405 Moscou, Cathédrale de l’annonciation
l'Entree à Jérusalem 1405 Moscou, Cathédrale de l’annonciation
Saint Grégoire le Theologien 1408 Moscou, Galerie Tretiakov
Saint Jean le Theologien 1408 Moscou, Galerie Tretiakov
L'Archange Saint Michel 1408 Moscou, Galerie Tretiakov
La Sainte Vierge Marie 1408 Moscou, Galerie Tretiakov
Le Christ en Gloire 1408 Moscou, Galerie Tretiakov
Saint Jean le Précurseur, 1408 Moscou, Galerie Tretiakov
L'Archange Gabriel, 1408 Moscou, Galerie Tretiakov
Saint André Protoklite 1408 Moscou, Galerie Tretiakov
Saint Jean Chrysostome 1408 Moscou, Galerie Tretiakov
l'Annonciation 1408 Moscou, Galerie Tretiakov
la Descente aux Enfers 1408 Moscou, Galerie Tretiakov
l'Ascension 1408 Moscou, Galerie Tretiakov
Christ en Gloire 1410 Moscou, Galerie Tretiakov
Archange Saint Michel 1410 Moscou, Galerie Tretiakov
Christ Pantocrator 1410 Moscou, Galerie Tretiakov
Apôtre Saint-Paul 1410 Moscou, Galerie Tretiakov
La trinité 1411 Moscou, Galerie Tretiakov

La Russie se convertit au christianisme byzantin à la fin du Xe siècle, lequel se propagera depuis Moscou qui prendra le relais de Constantinople à sa chute en 1453. C'est à cette époque que naît à Novgorod la tradition des icônes russes dont hérite Andreï Roublev.

Il vit dans une époque difficile pour la Russie. Le pays se trouve sous l'emprise de la Horde d'Or mongole qui opprime et ruine le peuple. La principauté de Moscou commence sa lutte émancipatrice et a besoin de toutes les forces du peuple pour lutter contre les Tatars. Les centres culturels et spirituels russes de l'époque sont les monastères. Les moines, contrairement aux ermites de l'Occident, ont une vie plus active et plus tournée vers le monde. Ce mouvement avait notamment pris source au monastère de la Laure de la Trinité-Saint-Serge à Sergiev Possad grâce à son fondateur Serge de Radonège qui avait donné comme règle, entre autres, que tous les moines devaient vivre de leur travail et non plus de l'aumône. Il n'hésitait pas à envoyer les moines étudier hors du monastère dans d'autres régions de la Russie.

Andreï Roublev nait à la fin des années 1360 dans la petite ville de Radonej, non loin de la Laure de la Trinité-Saint-Serge. Il est possible qu'Andreï Rublev ait connu Serge de Radonège de son vivant et que ce soit dans ce monastère qu'il s'initia, dès l'adolescence, à l'iconographie puis qu'il y débuta sa vie monacale. Ou bien a-t-il était novice après le décès de Serge en 1392 lorsque le monastère fut dirigé par le moine Nikon ?

Par la suite, il vit comme moine dans le monastère Saint Andronikov de Moscou dans lequel il termine ses jours. Le monastère fut fondé par le métropolite Alexis au XIVe siècle. Le nom du monastère vient du moine Andronikov, un élève de Saint Serge, qui en fut le premier dirigeant. Le monastère sera brûlé par les Mongols en 1409 avant d'être reconstruit en bois prour préaprer l'édification de la cathédrale Saint Sauveur.

Vers 1400, Roublev réalise des fresques dans la cathédrale de la Dormition à Zvenigorod.

En 1918, une expédition des Ateliers de Restaurations Centraux d'Etat retrouve dans la remise d'un monastère, près de Zvenigorod, une icône de l'Archange Saint-Michel, une icône du Christ et une icône de Saint-Paul ; toutes les trois ont été attribuées à Andrei Rublev et auraient été peintes entre 1410 et 1415.

C'est en 1405 qu'un texte dans les annales fait mention pour la première fois d'Andrei Roublev. Avec Theophane le Grec et Prokhor, il participe à la création de l'iconostase de Cathédrale de l'Annonciation du Kremlin de Moscou. Il est cité en dernier sur la liste des iconographes et il est appelé "moine". Il semblerait qu'il devait être le cadet. L'iconostase est une cloison d'icônes qui sépare le sanctuaire, où se célèbre l'Eucharistie (qui est le monde divin), de la nef, où se tiennent les fidèles (qui est le monde humain). Elle est le symbole de l'Eglise Orthodoxe.C'est la première iconostase haute connue. Jusqu'à la fin du XIVe siècle, la hauteur de l'iconostase reste modeste, ce qui ne pouvait pas empêcher les fidèles de voir la liturgie dans le sanctuaire.

Icônes du registre des Fêtes de la Cathédrale de l'Annonciation du Kremlin de Moscou

Roublev aurait peint deux icônes du registre de la Déésis et sept icônes du registre de Fêtes bien qu'une étude récente démontre que toute la décoration de la cathédrale fut entièrement détruite par un terrible incendie le 21 juin 1547.

Annonciation
Présentation au temple
Bapteme du Christ
Résurection de Lazare
Entrée dans Jerusalem

L'icône de l'Annonciation : 81cm x 61 cm, 1410 L'icône du Noêl Christique : 81cm x 62 cm, 1410 L'icône de la Présentation au Temple : 81cm x 61,5 cm, 1410 L'icône du Baptème du Christ : 81cm x 62 cm, 1410 L'icône de la Transfiguration : 80,5 cm x 61 cm, 1410 L'icône de la Resurrection de Lazare : 80,5 cm x 61 cm, 1410 L'icône de l'Entree à Jérusalem : 81cm x 63 cm, 1410

En 1408, avec Daniil Tcherny, Andrei Roublev décore de peintures murales La Cathédrale de l'Assomption à Vladimir avec notamment la célèbre fresque du Jugement Dernier. Tous deux dirigent les travaux de l'iconostase. A l'époque d'Andrei Roublev, l'iconostase de l'église ne possédait que trois registres (ou rangées) d'icônes. Le premier, en bas, était réservé au icônes locales, aux personnages vénérés dans la ville ou la région. Le second registre de l'iconostase etait le plus important. C'est le Déesis, avec l'image la plus solennelle du Sauveur reflétant la grandeur du Dieu et sa domination sur le monde. Il est entouré par la Vierge Marie à sa droite et par Saint Jean Baptiste à sa gauche. Le dernier registre, en haut, était celui des Fêtes où sont racontées en image toutes les grandes fêtes célébrées par l'Eglise. Plus tard, l'iconostase de la Cathédrale de l'Assomption à Vladimir sera rehaussée par deux autres registres. Celui des Prophètes de l'Ancien Testament, puis par celui des Patriarches avec les icônes des Pères de l'Eglise

I Les icônes du registre du Déesis de l'iconostase de la Cathédrale de l'Assomption à Vladimir

 

Grégoire
Jean
Michel
Vierge
Christ
Jean-Baptiste
Gabriel
André
Jean Chrysostome

Ces icônes du Registre du Deesis sont toutes peintes sur des planches de tilleul à la tempera sur levkas. 1 - Saint Grégoire le Theologien, 3,14 m x 1,06 m, restaurée en 1947 2 - Saint Jean le Theologien, 3,14 m x 1,06 m, restaurée en 1947 3 - L'Archange Saint Michel, 3,14 m x 1,28 m, restaurée en 1923 4 - La Sainte Vierge Marie, 3,13 m x 1,06 m, restaurée en 1932 5 - Le Christ en Gloire, 3,14 m x 1,06 m, restaurée en 1947 6 - Saint Jean le Précurseur, 3,13 m x 1,05 m, restaurée de 1933 à 1935 7 - L'Archange Gabriel, 3,17 m x 1,28 m, restaurée de 1924 à 1937 8 - Saint André Protoklite 3,13 m х 1,05 m 9 - Saint Jean Chrysostome, 3,13 m x 1,05 m, restaurée en 1957 Ces neuf icônes sont conservées à la Galerie Tretyakov de Moscou

Les icônes du registre du Fête de l'iconostase de la Cathédrale de l'Assomption à Vladimir

Annonciation
Descente aux enfers
ascension

L'icône de l'Annonciation, 1,25 m x 0,94 m, restaurée en 1947 L'icône de la Descente aux Enfers, 1,24 m x 0,94 m, restaurée en 1947 L'icône de l'Ascension, 1,25 m x 0,92 m, restaurée en 1923

En 1918 lors d'une expédition des Ateliers de Restaurations Centraux d'Etat, on a retrouvé dans la remise d'un monastère près de Zvenigorod de l'Archange Saint-Michel, une icône du Christ et une icône de Saint-Paul ; toutes les trois ont été attribuées à Andrei Rublev et auraient été peintes entre 1410 et 1415. Elles faisaient partie du registre du Déesis d'une iconostase mais en aucun cas celle de la cathédrale de Zvenigorod. La taille des restes du registre est beaucoup trop grande pour qu'il ait décoré cette cathédrale et ces icônes proviennent donc d'une église plus importante. Ces icônes, très endommagées, avaient servi comme couvercle pour des tonneaux de choucroute et l'une d'entre elles, de marche d'escalier.

Saint Michel
Saint Paul

En 1409, le monastère de la Trinité-Saint-Serge est brûlé par les Mongols. Il est tout de suite reconstruit par Nikon de Radonège, le nouvel higoumène, après la mort de Serge de Radonège. Une église provisoire en bois est élevée en 1409, là où est enterré saint Serge. L'icône de la Trinité a peut-être été peinte pour l'église du monastère probablement en 1411. En 1422-1426 est érigée une nouvelle cathédrale de la Trinité en pierre blanche. C'est le plus vieil édifice de Moscou en dehors du Kremlin. Il est couvert de fresques à l'intérieur par AndreÏ Roublev et Daniil Tcherny. Mais ces fresques ont disparu. Une iconostase est également réalisée à la commande de Nikon par les deux peintres entre 1422 et 1427. Dans la composition de cette iconostase se trouve l'icône de la Trinité. Elle y reste jusqu'en 1929 avant d'etre transférée à la Galerie Tretiakov de Moscou.

Roublev se retire ensuite au monastère Saint Andronikov de Moscou dans lequel il termine ses jours. Il se peut qu'il ait alors peint certaines miniatures destinées à l'évangile de la cathédrale comme le Christ en Gloire (18 cm x 16 cm, elle date de 1410 environ Exposée à la Galerie Tretyakov) ou Le Christ en majesté. Longtemps oublié, le peintre est popularisé par le film Andrei Roublev (Andrei Tarkovski, 1966). Il n’a été canonisé par l’Église orthodoxe russe qu’en 1988.

Source : video du net