La nativité

1405
La nativité
Andreï Roublev, 1405
tempera sur panneau de bois, 142 × 114 cm
Moscou, Cathédrale de l’annonciation

Roublev représente la Vierge, disproportionnée par rapport aux autres personnages, allongée dans une mandorle. Elle porte le costume syrien.

En dessous, dans la partie terrestre de la représentation, des femmes préparent le bain de l’enfant. Cette scène vise à montrer la réalité de l’Incarnation : le Seigneur, comme tous les nouveaux-nés a besoin d’être lavé et habillé. Joseph, à gauche, se tient à l’écart. Méditatif, il subit la tentation du doute. Un vieillard courbé, vêtu de peaux de bête, appuyé sur un bâton rappelant un peu la forme d’un serpent, représente le tentateur : « Cette conception virginale est impossible semble-t-il lui souffler ». Dans la personne de Joseph, l’icône révèle que son doute n’est pas uniquement un drame personnel, il est celui de l'humanité qui a du mal à admettre ce qui la dépasse. À côté de Marie, l'enfant Jésus ressemble à une petite momie dans ses bandelettes ; son berceau ressemble à une tombe découpée sur fond noir sépulcral. La Vierge se détourne de l'enfant car elle connaît l'avenir. Dans la partie céleste de l'icône : les Rois mages astrologues suivant l'étoile, des bergers et leurs moutons et des anges descendus du ciel.

Sur le panneau de bois sont étalés une colle de peau animale, une toile très fine, des couches d'enduits, de la poudre d'albâtre, des feuilles d'or, des pigments naturels minéraux mêlés à du jaune d'œuf et à de l'eau.

Retour à la page d'accueil de la section Beaux -Arts