La baignade

1937
La baignade
Pablo Picasso, 12 février 1937
Huile, fusain et pastel sur toile, 129,1 x 194 cm cm
Venise, musée Peggy Gugenheim

Le 8 février 1937, Malaga, la ville natale de Picasso, est prise par les troupes nationalistes. En l'espace de quelques jours, les 10, 12 et 18 février, Picasso peint trois inquiétantes scènes de plage où dominent de monumentales baigneuses. Il reprend ainsi le thème des baigneuses, déjà développé à la fin des années 1920. Thème qu'il déclinera uniquement en sculptures peu après. Au lieu de jouer à la balle ou de sauter dans les airs, les baigneuses sont désormais repliées sur elles-mêmes, leurs corps s'inscrivant dans un ovale.

Cette série est encore inspirée par la figure de Marie-Thérèse Walter, muse et compagne omniprésente dans l'œuvre des années 1930, alors que Picasso commence à vivre avec Dora Maar avec qui il passe les étés 1936-1937. Picasso déforme les corps et fait le choix d'une palette minérale. Les paysages sont réduits à quelques traits. Toute l'attention se concentre sur ces figures monstrueuses, nourries par les dialogues que Picasso entretient avec les surréalistes Man Ray et Paul Éluard.

Grand tableau en gris et en bleu, La baignade reprend la figure de La femme assise sur la plage, peinte deux jours plus tôt. Elle tient cette fois un petit bateau à voiles. A proximité se tient une autre femme alors qu'une l'étrange tête d'homme les regarde au loin. La grande baigneuse au livre du 18 février reprendra dans un format vertical une unique figure de femme.

Pour Picasso, l'année 1937 sera celle de Guernica,  exécuté en juin pour le pavillon espagnol de l'Exposition internationale.

Retour à la page d'accueil de la section Beaux -Arts