pendentifs
Plafond de la Sixtine 1510
 
 

Judith et Holopherne, 1509
Punition de Aman, 1511
Serpent de bronze, 1511
David et Goliath, 1509

   

Les grands pendentifs aux quatre coins de la voûte narrent quatre épisodes du salut miraculeux du peuple d'Israël. On peut les interpréter comme des préfigurations du Messie car ils témoignent de la présence constante de Dieu dans la vie de son peuple et du renouvellement perpétuel de la promesse de la Rédemption. Ils constituent donc le trait d'union entre les épisodes de la voûte et ceux des murs.

Judith et Holopherne (Judith 13,1-10) <Judith fut laissée seule dans la tente avec Holopherne effondré sur son lit, noyé dans le vin. (Judith 13,2)... Elle s'avança alors vers la traverse du lit proche de la tête de Holopherne, en détacha son cimeterre, puis s'approchant de la couche elle saisit la chevelure de l'homme et dit : "Rends-moi forte en ce jour, Seigneur, Dieu d'Israël !". Par deux fois elle le frappa au cou, de toute sa force, et détacha sa tête (Judith 13,6-8)... Peu après elle sortit et donna la tête d'Holopherne à sa servante (Judith 13, 9)>

L'Ancien Testament relate l'épisode de Judith sauvant sa ville de Béthulie du siège de Holopherne, le général du roi assyrien Nabuchodonosor. Elle décapita Holopherne après un banquet où il s'était enivré puis porta sa tête à ses concitoyens. Trois scènes viennent illustrer cet épisode : à gauche les gardes endormis ; au centre Judith et sa servante en train de couvrir d'un linge la tête d'Holopherne, dont les traits rappellent ceux de Michel-Ange ; à droite le corps mutilé d'Holopherne.

Retour à la page d'accueil de la section Beaux -Arts