Adam et Eve chassés du Paradis
Michel-Ange 1509-10
Fresque, 280 x 570.
Vatican, Chapelle Sixtine.

Le crucifié est encore allégoriquement présent dans cette scène, puisque le bois de la croix sera taillé dans l'arbre dont Adam cueille le fruit, afin que toute faute soit remise. On remarquera comment Michel-Ange a associé le diable tentateur et l'Ange qui refoule hors du paradis nos premiers parents : comme si, dès l'origine, la chute et sa Rédemption, le Démon et l'Ange, étaient indissolublement liées.

 

Retour à la page d'accueil de la section Beaux-Arts  

Adam et Eve chassés du Paradis