Adam et Eve chassés du Paradis

1424
Adam et Eve chassés du Paradis
Masaccio, 1424
Fresque 208 x 88
Florence, Santa Maria del carmine, Chapelle Brancacci

Archange Michel chasse Adam et Eve du paradis ; ils en franchissent la porte pour marcher sur un sol aride. Masaccio les fait pénétrer dans l'espace réel du monde contemporain en utilisant la fenetre de la chapelle comme source lumineuse qui projette sur le sol les ombres d'Adam et Eve.

Dans Adam, Masaccio décrit bien-sur un pêcheur mais qui n'a rien perdu de sa dignité. Il n'apparaît pas dégradé et la beauté de son corps est inspiré du Christ en croix de Donatello de l'église Santa Croce.

Le personnage d'Eve s'inspire encore de la Venus Pudica greco-romaine telle qu'elle a été populariséé par Giovanni Pisano au 14e siècle. L'Eve de Masaccio ne lui ressemble cependant que par la posture mais semble supporter toute la souffrance du monde.

Cette fresque a été diminuée en haut au cours des modifications architecturales opérées au 18ème siècle. C'est l'une des fresques de la chapelle qui a souffert des dommages les plus importants, ainsi le bleu du ciel a été presque complètement perdu. Il ne reste que la couche préparatoire bleue. L'azurite n'est encore présente que dans un hallo autour d'Adam. L'épé de l'archange a aussi perdu sa couche argentée.

C'est vraisemblablement en 1674, sous le règne du bigot Cosme III de Médicis, que la nudité d'Adam et Ève a été habillée de feuilles. La restauration de 1980 a permis de revenir à l'état originel et non censuré

Cette scène est souvent comparée à La tentation d'Adam et Eve, la fresque de Masolino sur le mur opposé. Le portrait réaliste et dramatique des personnages et l'esprit innovant de la Renaissance contraste violemment avec le style du gothique tardif de Masolino et son manque de profondeur psychologique.

Retour à la page d'accueil de la section Beaux -Arts