Accueil Partie beaux-arts Histoire de l'art Les peintres Les musées Les expositions Thèmes picturaux

La résurrection

1600

The Resurrection


(partie du Retable de Dona Maria d'Aragon)
Greco, 1597 - 1600
Huile sur toile, 275 x 127 cm
Madrid, Musée du Prado,

Le Christ nu, vêtu d'un splendide manteau cramoisi et tenant une bannière blanche dans sa main gauche, symbolisant le triomphe de la mort, s'élève sans effort dans une lumière incandescente. Le violet du manteau signifie sacrifice et martyre, tandis que le halo rhomboïdal fait écho à la tradition byzantine.

Les soldats qui gardent le sépulcre au dessous, disposés en demi-cercle, semblent surpris et stupéfaits. Ils lèvent les bras et tordent leur corps, dans une grande alors que les figures raccourcies de deux autres gardiens sont renversées et un troisième, portant un casque, somnole complètement. La toile, terminée par un arc en plein cintre, est signée près du pied du soldat à l'extrémité droite.

Les bordures du tableau montrent l'apprêt de la toile, où l'artiste a testé ses couleurs et enlevé les poils trop épais de ses pinceaux.

Ce tableau, signé avec des lettres grecques sur le bord inférieur de la toile, appartenait au retable de l'église du Collège de María d'Aragon. À l'exception de la Pentecôte, chacun des sujets des tableaux du retable avait déjà été peint par El Greco, certains d'entre eux au cours de sa période italienne. Cependant, ici, ils sont repris dans une perspective particulièrement originale, imprégnée d'une spiritualité plus «expressionniste», qui à partir de 1600 est devenue encore plus personnelle et déconcertante, volontairement distanciée de la peinture contemporaine (un manque évident d'intérêt pour la représentation de l'espace en profondeur dans ses compositions).

El Greco a peint les scènes dans de petits espaces, en soulignant le format vertical et en les baignant dans une lumière fantomatique qui augmente l'irréalité des personnages, qui sont disposées dans des raccourcis très marqués avec des traits très expressifs. Les couleurs froides, intenses et contrastées sont appliquées des anatomiques puissantes et sont de parfaits exemples du style très personnel d'El Greco dans la dernière partie de sa carrière.

 

Retour à la page d'accueil de la section Beaux -Arts