(1727 - 1788)
Romantisme

Thomas Gainsborough fut l’un des fondateurs de l’école Britannique du paysage du dix-huitième siècle, et avec Joshua Reynolds, il fut le portraitiste britannique dominant de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Le film de Mitchell Leisen La duchesse des bas-fonds, beau drame sentimental est également d'une remarquable précision sur la peinture de Thomas Gainsborough...et son opposion avec Joshua Reynolds.

Conversation dans le parc 1740 Musée du Louvre, Paris
Monsieur et madame Andrews 1749 National Gallery, London
Filles du peintre chassant les papillons 1756 National Gallery, London,
Autoportrait 1759 National Gallery, London,
Les filles du peintre avec leur chat 1761 National Gallery, London
Le garçon en bleu 1770 H. E. Huntington A. G., San Marino
Edward, second vicomte de Ligonier 1770 H. E. Huntington A. G., San Marino
Penelope, Vicomtesse de Ligonier 1771 H. E. Huntington A. G., San Marino
L'honorable madame Graham 1775 N. G. of Art, Washington
L'honorable madame Thomas Graham 1777 N. G. of Scotland, Edinburgh
Portrait d'une dame en bleu 1779 The Hermitage, St. Petersburg
Giovanna Baccelli 1782 Londres, Tate Britain

Gainsborough peignait plus selon ses observations de la nature qu’en appliquant des règles formelles.

Gainsborough est né en 1727 à Sudbury, dans le Suffolk, en Angleterre. Son père était un instituteur en relation avec le commerce de la laine. À 13 ans, il impressionna son père par ses talents de dessinateur, si bien qu’il put partir à Londres pour étudier l’art en 1740. À Londres, il fut d’abord formé par le graveur Hubert Gravelot, puis il s’associa avec William Hogarth et son école. Un de ses mentors fut Francis Hayman. Au cours de ces années, il participa à la décoration de ce qui est maintenant la Thomas Coram Foundation for Children et des supper boxes des Vauxhall Gardens.

Dans les années 1740, Gainsborough épousa Margaret Burr dont le père illégitime, le duc de Beaufort, leur versait une rente de 200 £. Son œuvre, essentiellement des paysages, ne se vendait pas très bien. Il repartit à Sudbury en 1748-1749 et concentra son activité sur les portraits.

"Un homme, dira Gainsborough, peut faire de grandes choses et pourtant mourir méconnu dans un grenier s’il ne maîtrise pas ses inclinations et ne se conforme pas à l’œil du vulgaire en choisissant la spécialité que tout le monde paiera et encouragera."

En 1752, avec sa famille qui s’était agrandie de deux filles, il déménagea à Ipswich. Les commandes de portraits augmentaient, mais sa clientèle était surtout constituée de marchands locaux et de propriétaires terriens. Il devait emprunter, gageant la rente de sa femme.

En 1759 Gainsborough et sa famille déménagèrent à Bath. Il y étudia des portraits de Van Dyck et finit par être capable d’attirer une clientèle de la haute société, plus rémunératrice. En 1761 il commença à envoyer des œuvres à la Society of Arts exhibition de Londres (devenue la Royal Society of Arts, dont il fut l’un des premiers membres) et à partir de 1769 aux expositions annuelles de la Royal Academy. Il choisit des portraits de clients célèbres pour attirer l'attention. Les expositions l’aidèrent à gagner une réputation nationale, et il fut invité à devenir un des membres fondateurs de la Royal Academy en 1768. Pourtant, sa relation avec l’Académie n'était pas facile et il cessa d’y exposer ses tableaux en 1773.

En 1774, Gainsborough et sa famille déménagèrent à Londres pour vivre à Schomberg House, Pall Mall. En 1777 il recommença à exposer ses tableaux à la Royal Academy, avec des portraits de célébrités de l'époque, notamment le frère et la belle-soeur du roi, le duc et la duchesse de Cumberland. Ces expositions se poursuivirent pendant six ans.

En 1780 il réalisa les portraits du roi George III et de la reine Charlotte, puis il reçut de nombreuses commandes royales. Cela lui donna de l’influence sur l’Académie pour définir de quelle la façon son œuvre devait être exposée. Mais, en 1783 il reprit ses peintures et les ramena à Schomberg House. En 1784, le peintre officiel de la cour, Allan Ramsay mourut et le roi dut offrir le titre au rival de Gainsborough, le président de l’Académie, Joshua Reynolds. Gainsborough resta pourtant le peintre préféré de la famille royale.

À la fin de sa vie il peignait souvent des paysages d’une composition très simple.