Les filles du peintre avec leur chat

1761
The Artist's Daughters with a Cat
Thomas Gainsborough,1760-61
Huile sur toile , 75,6 x 62,9 cm
National Gallery, Londres

Gainsborough a peint six doubles portraits de ses filles Mary et Margare et des portraits séparés de chacune d’entre elles, entre 1756 et 1770 environ. Les filles des peintres chassant un papillon est probablement le plus ancien de ces doubles portraits. Les filles du peintre avec un chat q probablement été peint à Bath un an ou deux après que la famille a déménagé à la fin de 1759.

Ici, Mary semble avoir environ dix ou onze ans et Margaret environ huit ou neuf ans. Margaret penche la tête en arrière contre l'épaule de sa sœur alors qu'elle berce leur chat dans ses bras. Le chat esquissé a été en partie peint avec un jaune différent de celui utilisé par Gainsborough pour la robe de Mary. Mary pose sa joue contre le front de Margaret, ses bras enroulés autour de sa sœur, en partie pour caresser la queue du chat mais surtout avec amour et protection envers sa petite sœur. Leur père capture ce geste émouvant de tendresse.

Après avoir apprêté sa toile, Gainsborough a dessiné le sujet à la craie blanche ou au pastel, travaillant rapidement et directement sur le fond brun rosâtre. Le chat tenu dans les mains jointes de Margaret est très légèrement dessiné en traits de pinceau sombres. Des touches de peinture expressives et fluides accumulent les formes avec la couleur, la lumière et l'obscurité plutôt qu'avec la ligne. Bien que les visages soeint peints, la majeure partie de tableau n'est pas terminée. Le motif plumeux de coups de pinceau or, bleu et gris qui entoure les filles semble suggérer des nuages ​​d'orage, du soleil et des bois, créant un fond décoratif émotionnellement chargé, atmosphérique et intemporel.

Le résultat est très différent des portraits d’enfants dont Gainsborough reçoit la commande. Ces tableaux expriment le charme juvénile des enfants, la confiance sociale et la sécurité financière. Dans celui-ci où Gainsborough observe ses propres filles, il ya une compréhension émouvante de la saisie intime de leur vulnérabilité.