(1902-1968)
Dada
Nu descendant l'escalier 1912 Philadelphie, Musée des Beaux-Arts
Roue de bicyclette 1913 Milan, Collection particulière
Porte-chapeaux 1917 Paris, MNAM
Fontaine 1917 Philadelphie, Musée des Beaux-Arts
Tu m' 1918 New Haven, Connecticut
L.H.O.O.Q. 1919 Paris, Collection particulière
La jeune mariée mise à nue... 1923  
Etant donnés la chute d'eau... 1966 Philadelphie, Musée des Beaux-Arts

Marcel Duchamp ne s'inscrit pas dans l'histoire de l'art comme peintre ni comme sculpteur ou cinéaste mais comme l'inventeur d'une stratégie artistique.

"De toute manière, à partir de 1912, j'ai décidé de cesser d'être un peintre au sens professionnel du terme" : Cette phrase citée par Calvin Tomkins donne la clef de sa démarche.

Refusé au salon des artistes indépendants en 1912, le Nu descendant l'escalier avait obtenu l'année suivante a New-York un succès tel, que Duchamp incarna tout de suite le "grand artiste d'avant-garde" aux yeux d'artistes et du public américain. C'est à ce titre qu'il fut nommé président du comité d'accrochage du salon "Independant Artists" de New-York en 1917. A cette occasion, il ne voulut rien exposé sous son nom, alors que tout le monde attendait un tableau dans le style du Nu.

Il préférera opter pour un subterfuge, en inventant un artiste fictif : Richard Mutt (le mot américain Mutt signifie en langage familier "imbécile" ou encore "bâtard"), qui proposa Fontaine, 1917, le fameux urinoir. Le comité d'accrochage refusa cet objet qui risquait de discréditer le salon. Duchamp s'empressa, bien sûr de démissionner de la présidence du Comité, et ne fit savoir que bien plus tard que Richard Mutt n'était autre que son substitue artistique.

Une démonstration capitale ayant trait au statut social de l'œuvre d'art était ainsi faite, commentée par Thierry de Duve :

1) L'art n'est légitimité que par comparaison, et la comparaison ne peut se faire qu'avec ce qui est déjà légitimé. Richard Mutt, artiste inconnu, présente un objet qui en ressemble à rien de déjà légitime : il est donc écarté. Pour faire admettre la Fontaine, il aurait fallu que Duchamp l'assume lui-même en tant que personnellement légitime, mais il s'en est stratégiquement abstenu dans un premier temps.

2) Faire de l'art d'avant garde de réelle envergure signifie anticiper sur un verdict qui ne peut être que rétrospectif. Toute l'œuvre de Duchamp sera désormais anticipation et stratégie : mais, d'emblée, il aura réussi à occuper le premier rang en niant la traditionnelle légitimité de la peinture.

André Breton donnrea sa définition des ready-mades dans Le phare de la mariée en 1934 : "Objets manufacturés promus à la dignité d'objets d'art par le choix de l'artiste".

Le terme a été employé par Duchamp pour la première fois en 1915 pour qualifier sa roue de bicyclette de 1913 et son porte-bouteilles de 1914. Puis il a admis des variantes, par exemple le "ready-made aidé", quand on donne à l'objet une position inusitée : Porte-chapeau de 1917 ou le "ready-made réciproque", quand Duchamp attribue à l'objet une autre fonction que celle à laquelle il était destiné, par exemple Fontaine, urinoir renversé à 90° et posé sur un socle, comme une sculpture, ou encore "le ready made rectifié" quand il ajoute quelque chose à l'objet : une moustache et une barbiche à la reproduction de la Joconde par exemple : LHOOQ.

Même s'il a encore réalisé un ultime tableau en 1918 : Tu m', il rompt définitivement avec la peinture moderniste en 1912 ; percevant alors intuitivement que la peinture perdait sa signification historique. Si l'on est pas, comme Picasso, un peintre né, on peut éventuellement le devenir en travaillant dur, mais à quoi bon se consacrer à un travail devenu, selon lui, caduc puisque le développement de la société industrielle conduit à l'élimination des fonctions artisanales donc des peintres.

Historiquement, la première réponse artistique à l'avénement de la photographie et au déclin de la peinture comme métier fut le passage à la peinture abstraite, qui affirmait du même coup la renaissance de la peinture comme idée. Duchamp quant à lui, ne se contente pas d'anbandonner la figuration, mais bien plus radicalement le métier de peintre lui-même, sans pour autant renoncer à son ambition : devenir "le plus grand" artiste. Il passe donc à l'offensive qui, au delà de la sphère artistique, aura de multiples retombées d'ordre social et philosophique.