Vénus demande à Vulcain des armes pour Énée 1732  
Pastorale ou jeune berger dans un paysage 1740 Caen
Un été pastoral 1749 Londres, The Wallace coll.
Un automne pastoral 1749 Londres, The Wallace coll.
Pygmalion et Galatée 1767 St.Pétersbourg, Ermitage
     

François Boucher nait le 29 septembre 1703 à Paris. Il est le fils unique du peintre de l'académie de Saint-Luc Nicolas Boucher. Après une formation auprès de François Lemoyne, il remporte le Prix de Rome en 1723 et séjourne en Italie de 1727 à 1731.

Il obtient à son retour des succès de société, ainsi que la faveur de Madame de Pompadour, et devient le peintre à la mode. Membre de la célèbre goguette de la Société du Caveau, il y apporte souvent ses dessins pour les montrer. Ceux-ci, parfois, inspirent aux convives des sujets de chansons. Charles Pinot Duclos fait le pari de s'inspirer, pour écrire, d'estampes réalisées pour illustrer un texte de Charles Gustave de Tessin : Faunillane ou l’Infante jaune. Il compose alors le conte féerique Acajou et Zirphile.

François Boucher est admis à l'Académie royale de peinture et de sculpture en tant que membre en 1734 et succède à Carle Vanloo comme Premier Peintre de Louis XV en 1765. Il travaille avec une extrême facilité et se vante d'avoir gagné jusqu'à 50 000 francs par an.

Il peint notamment des scènes pastorales ou mythologiques d'une gracieuse virtuosité. Ses œuvres tardives sont sensuelles, décrivent un monde idyllique. Son style passe de mode avec l'arrivée du néoclassicisme.

Le jeune Jacques-Louis David est présenté à Boucher, qui est un cousin éloigné de sa mère, pour devenir son élève, mais celui-ci préfère le confier à Joseph-Marie Vien. Son fils Juste-Nathan Boucher est architecte et peintre d'ornement.

François Boucher meurt le 30 mai 1770 à Paris

Retour à la page d'accueil de la section Beaux-Arts
 

 
(1703-1770)
Rococo