Le rapt de Proserpine Le Bernin 1622
 
 
Pluton et Perséphone
le Bernin 1622
Marbre, h=295
Musée Borghèse, Villa Borghèse, Rome
   

Ce grand groupe de marbre montre Pluton, puissant dieu des enfers, enlevant Proserpine, fille de Cérès (Déméter grecque), la déesse de la récolte et la fertilité. En intervenant auprès de Jupiter, Cérès obtient la permission que sa fille retourne sur la terre pour la moitié de l'année, alors qu'elle doit rester l'autre moitié dans l'Hadès.

Le groupe a été exécuté entre 1621 et 1622. Le cardinal Scipione l'a donné au cardinal Ludovisi dès 1622 qui l'a conservé dans sa maison jusqu'en 1908. A cette date, il a été acheté par l'Etat italien et est retourné à la villa Borghese.

Dans ce groupe, le Bernin combine une pose qui rappelle la torsion du maniérisme, avec une impression d'énergie vitale : Proserpine repousse le visage de Pluton alors que celui-ci enfonce sa main dans la chair de sa victime. Le Bernin, comme Rubens, met l'accent sur la qualité tactile des surfaces.

Divers moments de l'histoire sont résumées dans cette sculpture. Vu de la gauche, le groupe présente Pluton allant d'une foulée rapide pour se saisir de Proserpine. De devant, il apparaît tenant triomphalement son trophée entre ses bras. De la droite on voit les larmes de Proserpine. Elle prie le ciel, le vent souffle dans ses cheveux alors que se tient à ses pieds le gardien de l'Hadès, le chien à trois têtes.

Ce groupe a souvent été comparé à la sculpture antique comme le Niobe (Villa Médicis), en ce qui concerne le visage de Proserpine, tandis que Pluton n'est pas sans rappeler la position du Pédagogue (aux Offices) et Hercule et l'Hydre, retrouvé en 1620 et restaurée par Algardi (au Musée Capitolin).

 

Retour à la page d'accueil de la section Beaux -Arts