Apollon et Daphné Le Bernin 1625
 
 
Apollon et Daphné
le Bernin, 1622-25
Marbre, h=243
Musée Borghèse, Villa Borghèse, Rome
   


Dernière commande au Bernin de la famille Borghèse, c'est aussi l'une de ses sculptures les plus populaires. L'influence de la sculpture antique (L'Apollon du Belvédère) et de la peinture contemporaine (Guido Reni) est clairement visible.

Le Bernin créé pour le cardinal Scipione Borghese ce groupe représentant la chaste nymphe Daphné, poursuivi en vain par Apollon, dieu de la lumière et transformée en un laurier.

Cette sculpture de marbre grandeur nature, commencée par Le Bernin à l'âge de vingt-quatre et exécuté entre 1622 et 1625, a toujours été exposée dans la même pièce de la villa. A l'origine, elle se trouvait toutefois sur une base plus étroite et plus basse contre le mur, près de l'escalier. En conséquence, toute personne entrant dans la salle, voyait Apollon de dos à la poursuite de la nymphe qui commençait sa métamorphose pour échapper à son agresseur divin.

L'écorce couvrira alors son corps, mais, selon Ovide, la main d'Apollon pouvait toujours sentir battre son cœur. La présence de ce mythe païen dans la villa du cardinal est "justifiée" par un petit couplet moral composé en latin par le cardinal Maffeo Barberini, futur pape Urbain VIII et gravé sur la cartouche de la base. Il dit : "Celui qui aime à poursuivre les formes fugaces du plaisir ne trouve que feuilles et fruits amers sous sa main.

 

Retour à la page d'accueil de la section Beaux -Arts