1996-1999
 
California dreamin (Christan Nemescu, 2007)

La guerre du Kosovo (1996-1999) succède à la Guerre en Bosnie (1992-1995). sur le territoire de la République fédérale de Yougoslavie. Le conflit entre les deux principales communautés du Kosovo (Serbes et Albanais) est lié à leur conviction mutuelle d’être les seuls occupants légitimes de cette région. Du côté serbe, le Kosovo est décrit comme le « berceau de la Serbie », car il en était, entre le 11ème et le 15ème siècles, le centre politique (Pristina), économique (mines de Novo Brdo), et spirituel (monastères de Pec, de Decani, de Gracanica et bien d’autres). De leur côté, les Albanais se considèrent comme les descendants des peuples illyriens qui occupaient la région comprise entre la Grèce et la Slovénie, avant l’arrivée des Slaves, et incluant l’actuel Kosovo (Dardanie, en illyrien). Les Albanais estiment donc avoir été victimes d’une occupation militaire à partir de l’installation des Serbes au Kosovo.


Déroulement de la guerre


Le conflit débute en 1996 avec la création de l'« Armée de libération du Kosovo » (ou UCK), qui amorce une campagne de terrorisme en assassinant des dirigeants, des policiers et des gardes-frontières serbes, ainsi que les Albanais collaborant avec le régime. Les Serbes ont alors pris de sévères contre-mesures policières et militaires. Le point tournant est survenu en mars 1997, lorsque le gouvernement de l'Albanie s'est effondré à la suite d'opérations financières pyramidales ratées. Des arsenaux ont été pillés et ces armes se sont invariablement dirigées en grand nombre vers le Kosovo, où l'UCK naissante livrait aux autorités serbes une véritable guerre d'indépendance.

La communauté internationale a réagi à la crise en 1998, en créant un « groupe de contact » composé de l'Allemagne, des États-Unis, de la France, du Royaume-Uni et de la Russie qui firent d'ultimes efforts diplomatiques en février 1999 lors de la conférence de Rambouillet suite à des allégations de massacres alors que les violences intercommunautaires se multipliaient .

L'échec des négociations à Rambouillet et l'éventuelle catastrophe humanitaire poussa l'OTAN à intervenir en effectuant une campagne aérienne de bombardement appelée Opération Allied Force.

Le général Wesley Clark dirigea les opérations depuis le Supreme Headquarters Allied Powers in Europe, qui ont commencé le 24 mars 1999. Celles-ci auraient dû se limiter à des bombardements symboliques durant 3 ou 4 jours pour ramener Belgrade à la table des négociations comme cela s'était passé pour en terminer avec la guerre de Bosnie mais ces bombardements ont finalement duré 78 jours.

Le 10 juin 1999, les frappes s'arrêtent et les forces serbes commencent à se retirer du Kosovo investi par la force internationale mandatée par les Nations unies, la KFOR dans le cadre de l'opération Joint Guardian et placé depuis sous l'administration de la Mission intérimaire des Nations Unies au Kosovo en vertu de la Résolution 1244 du Conseil de sécurité des Nations unies.

Le dommage fait à la réputation de Milosevic lui fait perdre les élections présidentielles en septembre 2000. Il est arrêté le 31 mars 2001 pour être jugé devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie mais il décédera avant la fin du procès en 2006.

La situation reste encore difficile dans la province du Kosovo avec le décès de Ibrahim Rugova, président du Kosovo depuis 1989.Des négociations sont toujours en cours concernant le statut final de la région en 2007. Le 17 février 2008, le Kosovo devient un état indépendant avec l'accord de plusieurs états dEurope et des États-unis.