2007
Boarding gate
Avec : Asia Argento (Sandra), Michael Madsen (Miles Rennberg), Carl Ng (Lester Wang), Kelly Lin (Sue), Joana Preiss (Lisa), Alex Descas (André). 1h43.

Décidé à revendre les parts de sa boîte à une entreprise de Singapour, Miles Rennberg, un homme d'affaires douteux, au bord de la faillite, reçoit la visite de Sandra, son ex-maîtresse dans son bureau. Lasse d'avoir été mal aimée et manipulée, celle qu'il utilisait comme escort girl pour espionner ses clients vient régler des comptes. Il lui donne rendez-vous un soir chez lui.

Sandra travaille dans une entreprise d'import-export avec la Chine ce qui lui permet de faire transiter de la drogue dans certains colis. Elle cherche de l'argent pour investir dans un club à Beijing. Hélas l'échange de la drogue contre paiement sur le port se passe mal. Et il faudra l'aide de Lester, son patron, pour que Sandra et sa collègue Lisa échappent à la mort. Lester se révèle aussi être l'amant de Sandra.

Le soir Sandra rend visite à Miles qui lui refuse l'argent dont elle a besoin pour investir. Après une séquence amoureuse puis sexuelle sado-maso avortée, elle l'abat.

Il s'agissait d'un contrat d'exécution pour lequel Sandra et Lester sont payés. Ils partent à Hongkong séparément. Mais au lieu de retrouver Lester selon le plan préparé par lui, Sandra se trouve confrontée à une bande de mafieux qui, sans doute par erreur, ont assassiné Lisa.

Sandra se croit trahie par Lester et cherche à le contacter. Elle ne parvient qu'à rencontre Sue qui cherche à gagner du temps, à l'endormir pour qu'elle ne puisse pas retrouver Lester.

Celui-ci est pourtant bien amoureux de Sandra et planifie une rencontre à Beijing avec elle lorsque les affaires se seront tassées. Il part récupérer l'argent du contrat auprès du commanditaire qui se révèle être d'André, le patron de la boite de Miles. Sandra, décidée à poignarder Lester, assiste à l'échange mais, finalement toujours amoureuse de lui, y renonce.

Film noir épuré constitué de blocs de longues séquences, Boarding gate parvient à renouveler le genre en se concentrant sur un personnage de femme à géométrie morale variable mais certaine. L'indécision quant à savoir ce qui motive chaque personnage reste bien tenue par Assayas qui nimbe chacun d'eux d'une auréole de mystère, de doutes et de possibles qui les rend tous particulièrement attachants.

Il est probable que le meurtre de Lisa soit dû à une initiative malheureuse d'une bande de maffieux chinois avec laquelle travaille Lester plus qu'à une commande de Sue sa compagne. Le doute reste toutefois permis comme la nature des relations entre Lisa et Lester. Dans le bar à karaoké, Sue lisse, efficace, manifestement habituée de ce lieu sans violence semble vouloir sans doute davantage droguer Sandra, pour la neutraliser que pour la tuer.

Assayas mêle plans d'ensemble et plans très rapprochés comme il mêle les tonalités les plus noires et voir les plus sordides (évocations d'un viol collectif, pratiques sado-maso, impuissances de Miles, meurtres mafieux gratuits) avec les paysages high-tech du monde contemporain (séance de tirs, bureaux rutilant, écrans d'ordinateurs, entreprise de DVD pirates).

Alternent aussi, les longues scènes dialogués où chat et la souris ne sont pas ceux que l'on croit et courses-poursuites qui sont davantage des errances au bout de la fatigue et de l'épuisement.

Dans cette auscultation d'un monde contemporain brutal et indécis la dernière porte semble vouloir se refermer sur un meurtre mais s'ouvre finalement sur un espoir possible. Les amants se retrouveront probablement dans six mois ayant quitté le port de l'angoisse hong-kongais pour ce nouveau paradis des amants en quête de renouveau que devient Beijing.

 

Jean-Luc Lacuve le 28/09/2007

Retour à la page d'accueil

Genre : Film noir