Le repas chez Levy
Paolo Véronèse, 1573
Huile sur la toile, 555 x 1 280
Musée de l'Academie, Venise

Ce tableau, peint pour l'ordre dominicain de saint Jean et de saint Paul pour remplacer celui du Titien détruit dans le feu en 1571, est le dernier des sompteux soupers peints par Veronese pour les réfectoires des monastères vénitiens.

La scène sumptueuse du banquet est encadrée par les grandes voûtes d'un portique. S'opposant aux effets vert pâle de l'architecture du fond, les personnages de chaque côté du Christ s'agitent dans une polyphonie chromatique et des poses et des gestes varié.

L'hédonisme du tableau - le sujet semble en fait être purement païen dans l'exaltation de l'amour de la vie au 16ème siècle Venise - semble si l'étranger au contexte religieux qu'il a réveillé les soupçons de l'Inquisition. Le 18 juillet 1573, Veronese est convoqué par le saint Office car il est accusé d'hérésie par l'Inquisition. Si les questions des inquisiteurs montrent les premiers signes des rigueurs de la Compteur-réforme, les réponses de Veronese montrent clairement sa foi indefectible dans l'imagination créatrice et la liberté artistique. Ne souhaitant pas se soummettre aux injonctions de l'Inquisition our éliminer les détails qui ont offensé la thèmatique religieuse de la Dernière Cène, il change simplement le titre en "Soupé chez lévy", un sujet qui tolére la présence des fous et des hommes d'armes habillés à la dernière mode.

 

Retour à la page d'accueil de la section Beaux-Arts  


Le repas chez Levy
1573