(1883-1946)
Réalisme socialiste
Staline et le politburo au milieu d'enfants au parc Gorky 1939 Moscou, galerie Tretiakov

Vasily Svarog, de son vrai nom Vasily Semyonovich Korochkin, est né dans la ville de Staraya Russa, dans la province de Novgorod, dans une famille paysanne. À l'âge de deux ans, il perd son père et sa mère s'occupe seule de l'éducation des enfants. Le désir de dessiner apparait très tôt et son professeur d'art Chistyakov collecte de l'argent parmi les habitants de la ville afin que l'enfant poursuivre ses études d'art. En 1896, à l'âge de treize ans, Vasily Semenovich entre à l'école centrale de dessin technique de Stieglitz à Saint-Pétersbourg dont il est diplômé quatre ans plus tard. Son pseudonyme «Svarog» lui a été donné pendant ses années scolaires.

En 1918, Svarog participe activement à la décoration de Pétrograd en vue de la célébration du premier anniversaire de la révolution d'Octobre. L'artiste lui-même a déclaré qu'il "travaillait de manière intensive, comme l'exigent les grands événements de chaque effort intense". Il crée alors des portraits de Karl Marx, Friedrich Engels, Lénine, MS Uritsky et VV Volodarsky.

Parallèlement à sa carrière d’artiste, Svarog est un musicien de talent, se produisant comme virtuose de la guitare en tournée en Russie. De 1919 à 1922, il retourne à Staraya Russa en raison de la grave maladie de sa mère. Il y organise la Maison du peuple, crée un studio d’art, des sociétés chorales et orchestrales amateurs, un opéra amateur, qui met en scène «Mermaid» de Dargomyzhsky, «Aleko» de Rachmaninoff, «Faust» de Gounod. Au cours de cette période, Svarog crée de nombreuses peintures consacrées à la ville et à ses habitants - «Portrait de Vasya Ouchakov», «Enfants» (exposés dans la galerie Tretyakov), «Portrait de Valentina Kazarina».

En 1923, il rejoint l'Association des artistes de la Russie révolutionnaire. Deux ans plus tard, Svarog reçoit une médaille d'argent à l'exposition universelle de Paris pour l'album «Le 9 janvier», pour lequel il a réalisé 11 grands dessins.

La créativité de Svarog est en phase avec l'orientation politique du pays. L'artiste lui-même appelle son genre «composition politique». Certaines peintures ont été réalisées sur la base de l'expérience personnelle, d'autres sur la base d'articles de journaux: «Pilotes héros au Kremlin avant le vol» (1934), «Rencontre de Chelyuskintsy sur la place Rouge» (1934), «Portrait de Kuibyshev sur la plate-forme (1935), «Le premier mai - pionniers» (1937), «Sedovtsy sur la place rouge» (1940), «Portrait de Tchaïkovski» (1940), «Portrait de Maïakovski» (1940).

V. Svarog a créé une série d'œuvres unies par le thème de la musique : Nature morte à la guitare (1934), un portrait du guitariste Shaumyan (1928), un portrait à l'aquarelle du guitariste espagnol Andres Segovia (1927).

Svarog créée des portraits de dirigeants de partis et de gouvernements - Lénine, Staline, Vorochilov, Kouibyshev. En 1940, le département politique du district militaire de Moscou combine des artistes martiaux professionnels du Studio des artistes militaires de Grekov avec des artistes amateurs de l'Armée rouge V. Svarog en est le chef et crée une série de peintures sur des thèmes militaires: le Conseil des commandants, Smolny en octobre, le Palais de la tempête d’hiver.

Au cours de la grande guerre patriotique de 1941-1945, l'artiste est évacué. D'abord à Naltchik, puis à Tbilissi. Le 25 mai 1942, Tbilissi accueille une exposition de ses peintures.

En 1942, Svarog termine son dernier tableau: une composition de Stepan Razin. En octobre 1942, revenant d'une évacuation à Moscou, à la gare de Samarkand, il traverse la voie de chemins de fer avec ses valises, il tombe et sa tempe gauche contre le rail. Il ne récuoérera jamais et décède le 31 décembre 1946.