The Sacrifice of Abraham
1635
Oil on canvas, 193 x 133 cm
The Hermitage, St. Petersburg

Dans La Genèse, Dieu met la foi d'Abraham à l'épreuve. Les protestants comme les catholiques ont considéré ce sacrifice comme une importante préfiguration de celui du Christ, qui s'offrit lui-même pour sauver l'humanité. C'est un des rares sujets que Rembrandt et Le Caravage aient peints à un moment à peu près similaire de leur évolution artistique - des formats à grande échelle ; l'une et l'autre peintures considérées comme des chefs-d'œuvre.

Conformément à la tradition figurative établie, l'artiste a peint le moment décisif du récit : l'ange intervient au moment où Abraham tend la main et s'écarte du texte : l'ange retient physiquement Abraham en saisissant son bras, au lieu de s'adresser à lui depuis les cieux.

Avec le personnage d'Isaac, Rembrandt a saisi la possibilité de peindre l'un des nus les plus subtils du début de sa carrière. Il est surprenant que Rembrandt qui travaillait beaucoup les expressions du visage, ait préféré masquer le visage d'Isaac sous la main d'Abraham. Il est possible que Rembrandt ait dissimulé en grande partie l'horreur de l'action en faisan couvrir le visage du jeune homme par Abraham, afin de se cacher à lui-même sa propre horreur (Horace Walpone).

Le sacrifice d'Isaac
1635
Retour à la page d'accueil de la section Beaux-Arts