L'extase de sainte Cécile

1518
L'extase de sainte Cécile
Raphaël, 1518
Huile sur toile, 236 × 149 cm
Bologne, Pinacothèque Nationale

Ce tableau semble sans perspective et se composer de trois parties : un  amoncellement d'objets au premier plan,  un groupe des personnages au centre, et  ciel et divinités célestes en fond et en haut.

Chef-d'œuvre de la maturité de Raphaël, il représente le moment d'extase de sainte Cécile, dans lequel la sainte laisse glisser les tiges de l'organe portatif qui tient encore dans ses mains, symbole des joies terrestres, et tourne son regard vers le choeur des anges, emblème de l'amour divin.

L'orgue de Cécile, tenu à l'envers, renversé, semble perdre ses tuyaux détachés du sommier, qui pourraient rejoindre, à ses pieds, l'amoncellement d'instruments de musique du premier plan qui contient un tambourin, des cymbales, un triangle, des violes, une flûte... Cet amoncellement d'instruments de musique, dont personne ne joue, posés par terre, muets, symbolise la musica instrumentalis, inférieure à la musica humana des personnages terrestres, couronnée par la sublime harmonie des sphères célestes, la musica mundana, absolu de la musique.

Sainte Cécile au centre, est entourée , à gauche de saint Jean et saint Paul (en rouge et vert complémentaires) et à droite de saint Augustin et Marie-Madeleine (qui nous fixe de son regard) à droite. Ils sont dans leur degré de sainteté, placés en isocéphalité, principe pictural alignant leurs têtes sur une même ligne horizontale.

Ils sont tous représentés avec les attributs qui les caractérisent. Immédiatement à sa droite, Jean l'apôtre a un aigle dans les plis de ses habits. À côté de lui, Paul de Tarse s'appuie sur l'épée avec laquelle il était identifié dans l'art médiéval. Augustin tient sa crosse épiscopale et Marie-Madeleine détient le pot d'albâtre par lequel elle est le plus souvent identifiée.

Sur l'horizon du paysage entrevu, marqué par l'échange de regards entre Jean et Augustin, trois lignes de force se révèlent. Les verticales de l'épée de Paul et de la crosse d'Augustin. S'y oppose une diagonale partant du regard de Paul, suivant son bras, parcourant les tubes de l'orgue de Cécile, pour finir sur la jambe et le mollet de Marie-Madeleine.

Un chœur céleste remplit le haut du tableau, déchirant les nuées.

La peinture a été exécutée à Rome puis emmenée à Bologne pour être placée dans l'église de San Giovanni in Monte dans la chapelle de la famille d'Elena Duglioli dall'Olio. Autour d’Elena, une femme cultivée, dévouée et dévouée aux œuvres de charité, une profonde vénération s’était répandue dans la ville depuis 1506: la vie de la femme était unie à celle de Sainte Cécile pour la chasteté vécue dans le mariage. et pour ses visions mystiques. Le sujet tourne donc autour de l'identification entre Cecilia et Elena exprimée dans l'iconographie de l'extase et dans les thèmes collatéraux: le renoncement aux plaisirs de la vie mondaine est représenté par des instruments de musique brisés et jeté à terre, tandis que l'exaltation de la virginité est rappelée du symbole traditionnel de chasteté de la haute ceinture qui ferme la robe raffinée du saint

Retour à la page d'accueil de la section Beaux -Arts