Lavender mist

1950
Lavender Mist
Jackson Pollock, 1950
Huile, émail et aluminium sur toile, 221 x 299,7 cm
Washington, National Gallery of Art

Les peintures murales de type dripping de Jackson Pollock n'ont ​​rencontré  que des réactions mitigées lorsqu'elles ont fait leurs débuts à la galerie de Betty Parsons de New York en 1948. Les ventes ont été faibles et les critiques se sont montrés souvent sceptiques. Pourtant, un an plus tard, un article du magazine Life présente Pollock, les bras croisés et la cigarette pendue aux lèvres, debout devant l'une de ses toiles avec pour légende sous la photo la question: "Est-il le plus grand peintre vivant aux États-Unis?"

Le passage de Pollock de vilain canard noir au firmament de l'art s'est fait grâce aux conférences du puissant critique d'art Clément Greenberg dans lesquelles l'œuvre de Pollock est présentée comme le nouvel art américain authentique;  un changement dans le monde de l'art. Le succès de Pollock, tient alors au fait de faire du geste, de la ligne, de la texture et de la composition le sujet même de ses toiles.

Number One, 1950 (Lavender Mist) incarne la percée artistique Pollock atteinte entre 1947 et 1950. Elle a été peinte dans une ancienne grange transformée en atelier à côté d'une petite maison à l'extrémité est de Long Island, où Pollock vit et travaille à partir de 1945. La propriété débouche  directement sur  Accabonac Creek, où les marais  et la lumière aquatique magnifique sont  une source d'inspiration pour lui.

La méthode de Pollock était basée sur ses expériences antérieures avec des projections et des éclaboussures de peinture sur la céramique, le verre et la toile. Dorénavant, il pose une grande toile sur le sol de sa grange, couvrant presque l'espace de l'atelier. Il laisse s'égoutter la peinture de  bâtons  de bois ou de brosses qu'il promène au-dessus de la toile. Il a dit que c'était sa façon d'être «dans» son travail. Pour Pollock, qui admirait la peinture de sable des Indiens d'Amérique, réunir de la couleur sur ses toiles en veillant à les rendre équilibrées, et lyriques, était une sorte d'acte de rituel. Comme un peintre classique, Pollock "signe" Lavender Mist dans le coin supérieur gauche avec ses empreintes de mains.

Bien que le tableau ne contienne pas de lavande, les peintures industrielles noires, blanches, rousse, orange, argent et bleue de Lavender Mist rayonnent d'une lueur mauve qui a inspiré Greenberg, le défenseur de Pollock, pour suggérer ce titre  que Pollock a accepté. Les toiles de Pollock de cette phase décisive de sa carrière sont considérées comme ayant transformé l'expérience du regard face à une œuvre d'art par une immersion verticale dans la plénitude. Sa maîtrise du hasard, de l'intuition et du contrôle a amené l'expressionnisme abstrait à un nouveau niveau : l'abstraction lyrique.