"Ghost" Drum Set
Claes Oldenburg, 1972
10 éléments en toile, bourrés de billes de polystyrène, cousus et peints (peinture vinylique)
MNAM
Voir : Pop art

Avec sa "batterie fantôme", en toile cousue puis peinte en blanc, Oldenburg s'empare d'un objet typique de la culture pop-rock pour lui faire subir une transformation à la fois grotesque et spirituelle. Constituée d'une matière molle, la batterie devient absurde puisqu'elle perd l'un de ses attributs essentiels, la rigidité des caisses de résonance. Mais l'objet devient encore plus fragile et tend à s'effacer, à disparaître, par le biais de sa blancheur, qui évoque le cliché enfantin du fantôme.

La version fantôme est conçue sur la base d'une version molle, qu'Oldenburg a réalisée en 1967 pour une exposition au Guggenheim Museum de New York. Parallèlement à ce travail en couleur, un projet monumental de chapiteau pour un parc de loisirs à Londres, où les tambours abritaient des auditoriums, a été imaginé dès 1966, de même que des versions miniatures portables ont vu le jour en 1970. La version fantôme en est le dernier état.

A travers cette série d'œuvres, Oldenburg parcourt un cycle qu'il se propose d'imposer à tous les objets sur lesquels il travaille. Après une première phase d'énergie et d'activité représentée par une version dure, l'objet se dégrade en s'amollissant, il subit l'entropie jusqu'à la mort, pour achever son cycle dans une version fantôme, phase de décomposition où sa matière s'efface au profit de l'idée.

 

Retour à la page d'accueil de la section Beaux-Arts  

Batterie fantôme
1972