La gare Saint-Lazare

1877
La gare Saint-Lazare
Claude Monet, 1877
Huile sur toile, 54,3 x 73,6 cm
Londres, National Gallery

Les trains apparaissent dans plusieurs tableaux de Monet à partir de 1870, mais les peintures de la gare Saint-Lazare sont son étude la plus approfondie sur les chemins de fer. Après avoir obtenu en janvier la permission de peindre la gare et ses abords, Monet peint une douzaine de vues de la gare Saint-Lazare entre janvier et mars 1877.

Celle-ci est l'un des tableaux les moins finis du groupe, il est également le plus librement peint des quatre que Monet réalise dans la gare elle-même. Il s’est positionné au terminus de l’une des lignes principales, regardant au travers les quais vers le Pont de l’Europe - la forme oblongue grise au milieu en bas. Au premier plan, on aperçoit deux locomotives entourées de vapeurs et de passagers attendant probablement de monter à bord. Plus loin sur la gauche, le train sous le pont est à peine visible dans un nuage de fumée.

Bien qu'il s'agisse d'une scène industrielle et de mécanisation, Monet était principalement préoccupé par les effets de la lumière et de l'atmosphère dans le vaste espace intérieur de la station, qui est couvert par un toit en verre soutenu par des poutres pouvant atteindre 40 mètres. Monet a placé le sommet du toit près du haut du tableau, avec les trois arches des consignes à droite. La ligne angulaire sombre et dramatique du toit contraste avec les motifs aléatoires formés par la vapeur, tout comme le métal rigide des poutres est un matériau opposé à la vapeur et à la fumée translucides. En incluant le toit fermé en haut de l'image, Monet a également bouleversé les conventions du paysage - la lumière et les nuages (de vapeur) ​​normalement associés à un ciel ouvert sont maintenant à l'intérieur, contenus dans une structure distinctement moderne et conçue en verre et en fer .

Bien que le tableau semble avoir été achevé en une seule séance, au moins trois étapes distinctes peuvent être identifiées. Monet a d'abord peint le cadre principal de la composition, notamment l'architecture et la position des trains. Il a terminé la majeure partie du tableau au cours de la deuxième étape. Travaillant rapidement à l'aide de coups de pinceau vaporeux, presque calligraphiques, il a établi les principales composantes du tableau. Il a utilisé une méthode sophistiquée de construction des couleurs tout au long de sa carrière, sa méthode fournissant un aperçu des techniques de couleurs impressionnistes. Par exemple, malgré les couleurs sombres utilisées dans une grande partie de l'image, telles que les locomotives presque noires et la verrière de la gare, le pigment noir pur est très rarement présent et les tons de terre sont totalement absents. Au lieu de cela, Monet crée des teintes sombres ou atténuées en mélangeant des pigments vifs, qu'il module en modifiant le mélange. Les tons violet foncé de la canopée de la station ont été obtenus en utilisant des quantités substantielles de rouge, mais la quantité de bleu a été augmentée lorsque Monet devait indiquer une ombre bleu verdâtre. Ces pigments bleus étaient tous des créations du XIXe siècle. Le blanc était utilisé partout où des tons plus clairs étaient nécessaires, et certaines sections, telles que les zones de vapeur et de fumée et la partie du ciel, étaient presque entièrement peintes avec du blanc de plomb pur.

Après avoir peint la majeure partie du tableau, Monet y est retourné plus tard pour ajouter quelques touches finales et sobres de couleur pure au-dessus de la peinture partiellement séchée. Ces touches, telles que des touches de vermillon rouge vif pur sur certains des passagers et des reflets bleu cobalt sur les locomotives, sont les seuls exemples de pigments non mélangés dans la peinture.

Source : National Gallery

Retour à la page d'accueil de la section Beaux -Arts