Dieu séparant la lumière des ténèbres

1511
La séparation de la lumière et de l'obscurité
Michel-Ange, 1511
Fresque,180 x 260
Vatican, Chapelle Sixtine

La première scène dans l'ordre chronologique du récit, la séparation de la lumière de l'obscurité.

Dieu, vu de dessous, se lance dans l'espace infini, le bras levés, permettant à des spirales de lumière de chasser l'obscurité. Dieu, volant, se confond avec les volutes, ou plutôt le tourbillon dont le cosmos est issu.

Les quatres anges sont très différents les uns des autres, sans aucune tentative pour obtenir un effet de symétrie. Au-dessus à gauche, c'est Jérémie dont les prophéties annoncent un nouveau pacte d'alliance du Seigneur avec son peuple. Avec un profil classique et une attitude méditative il est la figure du penseur, ou du mélancolique, abîmé dans sa méditation, en laquelle on a cru reconnaître un autoportrait de Michel-Ange (c'est en effet dans une pose semblable que Raphaël a représenté Michel-Ange, dans L'École d'Athènes, sous la figure d'Héraclite).

Toutefois, Jérémie est le premier des Devins qui ne sonde que sa propre pensée, et s'affranchit du secours du texte écrit. Dans la proximité de l'origine des temps, le savoir discursif s'abolit dans l'intuition et l'immédiateté de la révélation, comme cela se fera plus évident encore dans la puissante évocation de Jonas

Les deux médaillons représentent l'Elijah montant au ciel sur le Char du feu (à gauche) et le sacrifice d'Isaac (à la droite).

Retour à la page d'accueil de la section Beaux -Arts