(1917-2000)
Primitif moderne
Jacob Lawrence avec ses ses fameuses peintures "Brown Stones" est un peintre important de La Renaissance de Harlem, mouvement de renouveau de la culture afro-américaine, dans l’Entre-deux-guerres.
La grande migration, panneau 1 1941 New York, MOMA
La grande migration, panneau 2 1941 New York, MOMA
     

Lawrence est né le 7 septembre 1917 à Atlantic City, New Jersey. Avec sa soeur, Geraldine, son frère, William., ils ont déménagé plusieurs fois au cours de sa vie. En 1930, à harlem , il étudie à l'Utopia Children's House et au Harlem Art Workshop sous Henry Bannarn et Charles Alston. Lawrence épouse Gwendolyn Knight lorsqu'il obtient un emploi à la Works Progress Administration à l'époque du New Deal. Il s'installe finalement à Seattle et devient professeur d'art à l'Université de Washington où certaines de ses œuvres sont exposées au Centre Paul G. Allen pour l'informatique et l'ingénierie et au Meany Hall for the Performing Arts. La pièce dans le hall principal de Meany Hall intitulée «Théâtre» a été commandée pour la salle en 1985. En 1998, il a reçu la plus haute distinction de l'État de Washington, la médaille du mérite de Washington.

Jacob Lawrence avec ses ses fameuses peintures "Brown Stones" est un peintre important de La Renaissance de Harlem, mouvement de renouveau de la culture afro-américaine, dans l’Entre-deux-guerres. Son berceau et son foyer se trouvent dans le quartier de Harlem, à New York. Cette effervescence s’étend à plusieurs domaines de la création, les Arts comme la photographie, la musique ou la peinture, mais c’est surtout la production littéraire qui s’affirme comme l’élément le plus remarquable de cet épanouissement. Soutenue par des mécènes et une génération d’écrivains talentueux, la Renaissance de Harlem marque un tournant majeur dans la littérature noire américaine qui connaît une certaine reconnaissance et une plus grande diffusion en dehors de l’élite noire américaine. La littérature et la culture noires atteignent de tels sommets durant cette période que certains désignent Harlem comme la « capitale mondiale de la culture noire

A l'âge de vingt-trois ans, Lawrence réalise sa série de soixante oeuvres sur la Grande migration. Il dépeint le mouvement de masse des Afro-Américains du Sud rural vers le Nord urbain entre la Première Guerre mondiale et la Seconde Guerre mondiale - un développement qui avait reçu peu d'attention auparavant.

Lawrence passe des mois à combiner sujets, légendes et dessins préliminaires et à préparer 60 planches avec l'aide de son épouse, l'artiste Gwendolyn Knight. Il réalise des peintures à la détrempe, une peinture à base d'eau qui sèche rapidement. Pour garder les couleurs cohérentes, Lawrence appliqu la m^me teinte en une seule fois sur chacune pdeseinture, ce qui demande de planifier les 60 tableaux en détail. La série a fait l'objet d'une exposition solo à la galerie Downtown de Manhattan en 1941, faisant de Lawrence le premier artiste noir représenté par une galerie new-yorkaise. L'intérêt pour la série était intense. En fin de compte, The Phillips Collection et le Museum of Modern Art de New York ont accepté de la diviser, The Phillips Collection achetant les tableaux impairs.

Lawrence a également réalisé une série de 60 planches sur Toussaint l'Ouverture, documentant chronologiquement l'histoire de la Révolution haïtienne depuis la découverte de Haïti par Christophe Colomb le 6 décembre 1492 jusqu'à la victoire de Toussaint sur les Français avec la signature de la Déclaration d'Indépendance le 1er janvier 1804. Entre 1986 et 1997, Lawrence reprend ce thème avec une série de 15 sérigraphies.

Lawrence a ausi décrit d'autres périodes importantes de l'histoire afro-américaine. Parmi ses œuvres figurent une série de tableaux sur l'abolitionniste John Brown ainsi que de nombreuses représentations de Harriet Tubman. Il a reçu la médaille nationale des arts des États-Unis en 1990. Le but général de ses peintures était de donner aux Noirs une raison d'avoir de la fierté, un sentiment d'accomplissement et de l'espoir pour leur avenir.