(1879-1940)
Abstraction géométrique
Aux portes de Kairouan 1914 Berne, Centre Paul Klee
Kairouan 1914 Wutterpal
Avec le delta brun 1915 Berne, Kunstmuseum
Dans le style de Bach 1919 Collection privée
Autour du poisson 1926 New York, MoMA
Ad Parnassum 1932 Berne, Centre Paul Klee
Légende du Nil 1937 Berne, Kunstmuseum
Insula Dulcamara 1938 Berne, Centre Paul Klee
Le brutal timide 1938 New York, collection privée
Timbalier 1940 Berne, Centre Paul Klee
     

"Notre monde confus a travaillé l'artiste, et celui-ci, nous l'admettrons, s'y est plus ou moins frayé sa voie secrète. De toute façon, il s'y repère jusqu'à pouvoir ordonner la fuite des événements et des expériences. Cette orientation au sein de la nature et de la vie, cette ordonnance de la multiplicité, je les comparerai au système des racines de l'arbre. Voilà où afflue la sève qui nourrit la personnalité de l'artiste et son regard. Il se sent debout à la place du tronc. La circulation de la sève l'oppresse, le remue, et il lui faut exprimer au moyen de l'oeuvre ce qu'il a nouvellement perçu. Et il en va de l'oeuvre comme de l'arbre, dont la tête prend de partout, dans le temps et l'espace, une extension visible. Nul ne s'aviserait d'exiger que l'arbre fasse de sa ramure un double exacte du système de ses racines. Chacun accepte que le bas et le haut soit dépourvus d'une symétrie absolue. Il tombe sous le sens que la diversité des organes élémentaires et des fonctions qui leur incombent doit susciter des formes dissemblables. Mais quand il s'agit de l'artiste, on lui défendrait volontiers, quoique son rôle déjà le veuille, de s'écarter du modèle. Pour comble, des fanatiques ne l'ont-ils pas taxé d'impuissance et traité de falsificateur résolu? Et cependant, au poste qui lui est assigné, celui de substitut du tronc, il se borne simplement à recueillir les sucs montés des profondeurs et à les transmettre: ni serviteur, ni maître, pur intermédiaire. Il occupe donc une position vraiment modeste; la beauté de la cime ne procède pas de lui, elle l'a seulement traversé."

L'art primitif, le surréalisme, le cubisme se mélangent dans l'art de Paul Klee. Klee a grandi dans une famille de musicien, violoniste il abandonne l'étude de la musique après beaucoup d'hésitation pour étudier les beaux-arts. Il entre à l'Académie de Munich en 1900. Il y suit l'enseignement du peintre symbolyste, popoulaire et mondain Franz von Collé. Klee viste l'Italie en 1901-02 et s'enthousiasme pour l'art Byzantin et celui des premiers chrétiens.

Les premiers travaux de Klee sont surtout des gravures et des dessins à la plume. Ceux-ci se combinent des éléments satiriques, grotesques et surréalistes qui révèlent des influences de Francisco de Goya et James Ensor, que Klee a admiré. Deux de ses gravures sues de mieux, datant de 1903, sont Vierges dans un Arbre et Deux Hommes Se rencontrent, Chaque Croyance l'Autre pour Être de Rang Plus haut. Des titres si particuliers, évocateurs sont caractéristiques de Klee et donnent à ses travaux une signification supplémentaire.

Après son mariage en 1906 avec la pianiste Lili Stumpf, Klee a arrangé à Munich, ensuite un centre important pour l'art d'avant-garde. L même année il expose ses gravures pour la première fois. Son amitié avec les peintres Wassily Kandinsky et August Macke l'a incité à rejoindre Der Blaue Reiter (le Cavalier Bleu), un groupe expressionniste qui a beaucoup contribué au développement d'art abstrait.

Un tournant dans la carrière de Klee était sa visite en Tunisie avec Macke et Louis Molliet en 1914. Il a été si écrasé par la lumière intense là qu'il a écrit :

"La Couleur a pris possession de moi; je ne dois plus poursuivre après que cela, je sais qu'elle m'apprtient pour toujours. C'est la signification de ce moment béni. La Couleur et moi sommes unis. Je suis un peintre."

Il créé alors des compositions qu'il nomme "places colorées" qui ont l'éclat des mosaïques qu'il a vues sur son séjour italien. L'aquarelle Dômes Rouges et Blancs (1914; collection Clifford Odets, New York) est caractéristique de cette période.

Klee incorpore souvent des lettres et des chiffres dans ses peintures, comme dans Une fois Apparu du Gris de Nuit (1917-18; fondationlee, Berlin). Ceux-ci, la partie de la langue complexe de Klee de symboles et des signes, sont tirés de l'inconscient et employés pour obtenir un amalgame poétique d'abstraction et de réalité. Il a écrit que "l'Art ne se reproduit pas le visible, il rend visible," et il a poursuivi ce but dans un grand choix de médias employant une batterie étonnamment inventive de techniques. La ligne et la couleur prédominent avec Klee, mais il a aussi produit la série des travaux qui explorent la mosaïque et d'autres effets.

Klee a enseigné à l'école BAUHAUS après la Première guerre mondiale, où son ami Kandinsky était aussi un membre du corps enseignant. Dans le Carnet à croquis Pédagogique (1925), un de ses plusieurs essais importants sur la théorie d'art, Klee a essayé de définir et analyser les éléments visuels primaires et les voies dans lesquelles ils pourraient être appliqués. En 1931 il a commencé à enseigner à l'Académie de Dusseldorf, mais il a été licencié par les Nazis, qui ont nommé son travail "dégénéré". En 1933, Klee est allé en Suisse. Là la maladie l'a forcé à développer un style plus simple. Les derniers travaux, caractérisés par des lignes noires lourdes, sont souvent des réflexions sur la mort et la guerre, mais sa dernière peinture, Nature morte (1940; collection Felix Klee, Berne), est une somme assez sereine de ses préoccupations d'artiste.

Ressources :