Metropolis   George Grosz 1917
 
 
Metropolis
George Grosz, 1916-1917,
huile sur toile, 100 x 102 cm
Museo Thyssen-Bornemisza, Madrid
   

George Grosz a dû interrompre son tableau Metropolis quand il a été enrôlé pour la Première Guerre mondiale. Il a commencé à le peindre de Décembre 1916 et le 4 Janvier il est retourné à l'armée. Interné ensuite dans un asile et définitivement libéré de l'armée, il est en mesure de prendre ses pinceaux et terminer cette vision apocalyptique de la ville en août. Son expérience personnelle et de son évolution stylistique sont contenues dans ce tableau qui est la pièce maîtresse de sa production. Cubiste dans l'exécution des personnages, futuristes dans les lignes de force et expressionniste, avec la vision négative et agressive de la société.

Il y a une forme de dadaisme a associer une vsion bizarre et surprenant entre le rejet de l'irrationalité de la guerre et une vision négative de la ville, qui absorbe et détruit tout le monde. Ce tableau, qui a été saisi par les nazis comme «art dégénéré», reproduit une ville non identifiée. Certains y ont vu un quartier de Berlin, celle de la station de Friedrichsstrasse, mais il n'y avait pas d'hôtel Atlantique, et certainement pas de drapeau des États-Unis, dans quel pays Grosz n'avait pas encore visité. . Peut-être que ce n'est pas une ville de béton, mais seulement «la ville», la grande dévorante, zone urbaine agressive, représentée par le grand Nord-métropole américaine.

 

 

Retour à la page d'accueil de la section Beaux -Arts