Triptyque du calvaire

1468
Calvary Triptych
Hugo van der Goes, 1465-68
Huile sur bois, 250 x 432 cm
Gand, Cathédrale Saint-Bavon

Bien que sa vie professionnelle ait été très courte, à peine quatorze ans, Hugo van der Goes s'impose comme un grand innovateur doté d'une puissante imagination créatrice. Quinze retables et peintures de sa main sont aujourd'hui documentés. Parmi eux se trouve, le Triptyque du Calvaire longtemps attribué à Justus de Gand (Joos van Wassenhove).

Le panneau central du triptyque représente le Christ cloué sur une grande croix, avec les deux voleurs de chaque côté de lui, attachés à leurs gibets. Ils sont entourés par une foule de personnage et de cavaliers. La ville de Jérusalem est visible en arrière-plan.

Les deux panneaux de chaque côté, illustrent deux épisodes de l'Exode. Sur l'aile gauche, Moïse, à côté d'une grande roche, marque les limites du premier plan. Il plonge une branche dans les eaux amères de Mara pour les adoucir, pour que les Israélites puissent se désaltérer (Exode 15, 22-27). Les mères donnent à boire à leurs enfants ; un vieil homme tend un bol à son petit-fils, et un autre homme s'abreuve du précieux liquide du creux de sa main.

L'aile droite représente l'épisode du serpent d'airain (Nombres 21, 6-9). Les Israëlites marchent à travers une vallée escarpée. Moïse est monté sur un promontoire rocheux au-dessus d'eux, son bâton dans une main. Là, il se plaint à l'Éternel que le peuple ne lui obéira plus. Sur quoi, l'Éternel transforme son bâton en serpent devant les yeux de la foule médusé. Le peuple d'Israël, sauvé par Moïse, préfigure la destinée de l'Église chrétienne dont le peuple a été sauvé par le Christ.

Au fond, les nuages ​​qui dérivent à travers le ciel lient le vaste  paysage s'étendant  de façon continue à travers les trois panneaux. Les ombres sont suggérées par des zones de couleur saturée. Le dessin de Van der Goes est précis, tendu et incisif. Sa palette est lumineuse et vibrante, donnant une impression de véracité à la lumière du plein air. Pour les tons plus francs, il se contente de mélanger des couleurs délicates comme le vert mousse et le vert olive, le rouge vin, les différentes nuances de bleu et le rose tendre