Accueil Partie beaux-arts Histoire de l'art Les peintres Les musées Les expositions Thèmes picturaux

L'esprit des morts veille

1892
L'esprit des morts veille (Manaò tupapau)
Paul Gauguin, fin 1892
Huile sur toile, 73 x 92 cm
Buffalo, Albright-Knox Art Gallery

Manao Tupapau (1892) est un des tableaux que Paul Gauguin a peint lors de son premier voyage à Tahiti. Il y représente au premier plan sa compagne polynésienne Téha'amana (appelée aussi Tehura) nue et allongée. Elle est couchée à plat ventre, sur des draps blanc cassé recouvrant eux-mêmes un paréo bleu aux motifs floraux jaunes. Au second plan, l'étrange personnage habillé de noir est le tūpāpa’u (revenant, fantôme). Il est de profil et semble entrer dans cette chambre. Le fond du tableau est composé de diverses taches aux coloris violacés.

La jeune Tahitienne nue, érotique est l'Ève que Gauguin tente de découvrir au travers des corps des tahitiennes qu'il voit comme très différent de celui des européennes. Inspiré de La Vénus d'Urbino de Titien et de l'Olympia d'Édouard Manet, les attributs de la féminité (seins et pubis) ne sont pas montrés comme pour oréserver le mystère féminin. Tout pareillement, une atmosphère magique se propage dans cette chambre. Le peintre fait allusion à la croyance mā’ohi concernant les tūpāpa’u qui hantent l'obscurité. Pour les faire partir, les Tahitiens ont gardé la coutume de toujours s'endormir avec une lampe allumée.

Entre le premier plan bien distinct et le second plan flou et ancré dans l'imaginaire, Gauguin nous fait voir le point de rencontre entre ces deux mondes, qui ici, se confondent. Le titre du tableau Manao Tupapau, écrit en tahitien, peut être traduit d'ailleurs par « Elle pense au revenant » ou par « Le revenant pense à elle »

Retour à la page d'accueil de la section Beaux -Arts