(1887-1985)
Symbolisme
Moi et le village 1911 New York, MOMA
La mariée 1950 Japon,Collection privée
Le mythe d'Orphée 1977  

Marc Chagall, né Moïshe Zakharovitch Chagalov le 7 juillet 1887 à Liozno, près de Vitebsk, en Biélorussie (alors intégrée à la Russie tsariste) est naturalisé français en 1937.

Son œuvre, sans se rattacher à aucune école, présente des caractéristiques du surréalisme et du néo-primitivisme. Inspirée par la tradition juive, la vie du shtetl (village juif en Europe de l'Est) et le folklore russe, elle élabore sa propre symbolique, autour de la vie intime de l'artiste. C'est pourquoi, nous ratacherons Chagall au symbolisme tardif. Chagall s'est essayé, outre la peinture sur toile, à la poésie, à la peinture sur vitrail et sur émail.

Aîné d'une famille de 9 enfants, il commence à travailler dans des ateliers à la fin de ses études à l’école des beaux-arts de Saint-Pétersbourg. En 1910 il part étudier à Paris auprès de Léon Bakst grâce à une bourse, et expose ses travaux pour la première fois en 1914. Il y est témoin de mouvements picturaux tels que le fauvisme finissant et le cubisme naissant. Le premier lui inspire la couleur pure, gaie et claire, le second une certaine déconstruction de l’objet. Néanmoins jamais Chagall n’adhèrera pleinement à un mouvement ou à une école. Tout en adoptant Paris comme sa deuxième ville natale, il n’oublie pas ses origines russes, pour preuve même lorsqu’il peint les ponts de la Seine ou la tour Eiffel, on peut reconnaître des éléments de décor inspirés de ses souvenirs d’enfance qui ne le quitteront jamais.

En 1914, il est de retour à Vitebsk pour une courte durée pense-t-il, mais le premier conflit mondial empêche tout retour à Paris. Pendant cette période Chagall peint surtout la vie de la communauté juive Kasimir Malevitch en 1919. Il part alors pour Moscou où il fait les décors pour le Théâtre d'art juif. Il retourne en 1922 à Berlin puis à Paris. Ses œuvres sont connues aux États-Unis, où des expositions sont organisées.

En 1923, Chagall fait la connaissance de Ambroise Vollard, marchand et éditeur de livres qui lui commandera notamment trente gouaches et cent eaux-fortes illustrant les Fables de La Fontaine (1924-1925), 118 eaux-fortes pour les Âmes Mortes de Nicolas Gogol (1925-1931) mais aussi et surtout des illustrations pour la Bible (1930). Au début des années 1930 il voyage beaucoup avec sa famille.

À partir du 7 juillet 1937, il prend la nationalité française pour fuir l'antisémitisme de l'Europe centrale. À la fin du printemps 1941, il est arrêté, et doit son salut au journaliste américain Varian Fry qui lui permet de rejoindre les États-Unis. Sa femme, Bella, meurt en 1944 ; cet événement marque le choix de ses sujets à cette époque. Après la guerre, les œuvres de Chagall sont à nouveau exposées en Europe. Il retraverse l'Atlantique en 1948, pour s'installer à Vence, en France. Il se remarie en 1952 avec Valentina Brodsky (1905-1993).

Après son voyage en Israël, Chagall décrit la Bible « comme la plus grande source de poésie de tous les temps » et dès lors il dit avoir « cherché ce reflet dans la vie et dans l’art ». Commence alors pour Chagall une nouvelle ère de création artistique. Dorénavant, il consacre son travail à la thématique biblique traduisant l’Écriture Sainte d’abord en gouaches puis en gravures. Ce travail monumental est à l’origine du Message biblique qui propose un cycle décoratif relatant l’histoire biblique, terminé en 1966. Chagall en fait don à l’État français, qui, au grand bonheur de Chagall, l’expose au Louvre avant d’inaugurer en 1973 le Musée national du message biblique à Nice, en présence d’André Malraux.

Maeght vend ses œuvres à travers le monde entier. Ses techniques se diversifient : gravures, mosaïques, vitraux… Il continue de peindre des décors, conçoit des costumes pour l'opéra de la Flûte enchantée.

Il finit sa vie à Saint-Paul de Vence où il meurt le 28 mars 1985 célèbre et reconnu dans le monde entier. Un musée lui est consacré à Nice et un autre à Vitebsk.