La fuite en Egypte Anibal Carrache   1603
 
 
The Flight into Egypt
Anibal Carrache, vers 1602-1604
Huile sur toile, 122 x 230 cm
Rome, Galleria Doria Pamhilie
 

L'une des œuvres les plus importantes qui aient été peintes à Rome au XVIIe siècle, ce tableau consacre la naissance du paysage comme genre autonome dans la peinture européenne. Il appartient à une série de six lunettes illustrant des épisodes de la vie de la Vierge exécutés par Annibal Carrache et ses disciples à Rome, pour la chapelle du palais du cardinal Pietro Aldobrandini, neveu du pape clément VII. On a généralement considéré qu'il en aurait reçu la commande vers 1603-1604, mais, le cardinal Aldobrandini ayant fait l'acquisition de son palais en octobre 1961, il est possible qu'il ait commencé à y travailler un peu plus tôt.

Toutes les peintures de la chapelle Aldobrandini semblent avoir été conçues par Annibal Carrache mais celle-ci, la plus grande de toutes, est la seule qu'il ait peinte en totalité, aucune autre en présentant une relation aussi aboutie entre els figures et els paysages

A ses premiers tableaux de paysages émiliens, à la fois très simples et librement traités, Annibal substitue, après son arrivée à Rome en 1595n, des vues panoramiques soigneusement construites. la vision lyrique d'une nature vierge est remplacée par la poésie plus solennelle d'un paysage rigoureusement construit, ordonné par la présence et les évènements humains. moins nombreux, les éléments composant le paysage ont été simplifiés, et la représentation de la nature s'inscrit dans le développement général de son art vers une formalisation croissante.

D'une ampleur et d'une profondeur inédites, la vue est organisée autour de la masse compacte d'une ville fortifiée, qui domine l'ensemble en s'adaptant au format cintré. le paysage imprime à la composition une direction ascendante, de la gauche vers la droite, depuis les arbres du premier plan dont les troncs se détachent sur une grande baie, puis, au-delà de la rivière, jusqu'à la colline où apparait un arbre isolé, pour guider le regard vers la montagne visible ans le lointain.

Mais une direction opposée est donnée par le mouvement de la sainte famille remontant sur la berge opposée au cours de son voyage vers l'Egypte. Relativement petites, mais immédiatement perceptible par leur position centrée, les figures complètent l'axe vertical défini par les bâtiments et la chute d'eau, à l'endroit où se rencontrent les deux diagonales formées par la rivière et le troupeau de moutons descendant de la colline. le groupe de personnages constitue ainsi le pivot émotionnel de la composition et la scène religieuse, solennisée par les masses nettement définies de l'architecture, des collines et des arbres, semble saisie en un instant d'éternité.

Avec la fuite en Egypte, la conception du paysage idéal au XVIIe a trouvé sa forme essentielle. Définissant un mode de représentation héroïque de la nature, domptée et ennoblie par l'homme, Annibal Carrache a renouvelé une conception du paysage issu de la renaissance classique et proprement romaine. destinée à être développée par le Dominiquin et l'Albane, Nicolas Poussin et Claude Lorrain, elle ouvrait la voie à trois siècles de représentation de la nature dans la peinture européenne

 

Retour à la page d'accueil de la section Beaux-Arts