Saint Matthieu et l'Ange

1602

 
L'Inspiration de saint Matthieu
Le Caravage , 1602
Huile sur toile, 292 x 186 cm
Chapelle Contarelli, Eglise saint Louis des Français, Rome

La première version de saint Matthieu avec l'Ange (à droite : 232 x 183 cm, Autrefois Kaiser-Friedrich-Museum, Berlin) a été achetée par le Marquis Vincenzo Giustiniani. Le tableau a ensuité été emporté à Berlin, où il a été détruit durant la Deuxième Guerre mondiale ; aucune reproduction colorée n'existe.

La première version était un chef-d'oeuvre. L'ange guidant avec une douce indulgence la main incertaine du saint pour écrire est l'une des figures les plus charmantes jamais peinte par l'artiste. La figure lourdaude de saint Matthieu, parée dans un capuchon ordinaire et avec les coudes et les genoux à nu, n'acquiert aucune dignité réelle malgré la cape dépliée sur la chaise. De ses yeux grands ouverts et de ses mains lourdes, il regarde fixement le livre épais sur son genou. Il n'est pas facile de croire qu'il peut écrire. Son ange a la difficulté la plus grande à guider sa main épaisse pour écrire les lettres du mot Dieu. L'ange incline sa figure charmante, dont on voit clairement les formes au-dessous de son vêtement léger. Son visage androgyne et ses cheveux bouclés contrastent avec le crâne chauve de saint Matthieu. Contre le fond presque noir, se détache le blanc exquis des énormes ailes.

La première peinture a été critiquée pour son manque de bienséance et a été été rejetée par ses commanditaires. La seconde version reprend le même thème mais de façon bien moins fascinante. L'ange, beaucoup plus correctement, compte sur ses doigts, de la façon scolastique traditionnelle, les arguments dont le saint doit tenir compte et développer. Un tourbillon de draperie enveloppe l'ange. Le saint sur son banc, dans un équilibre précaire, est comme un écolier moderne. Mais cette fois cet élément peu orthodoxe ne semble pas avoir levé d'objections particulières.

Retour à la page d'accueil de la section Beaux -Arts