Les mangeurs de ricotta 1580 Lyon, Musée des Beaux Arts
     

Vincenzo Campi naît à Crémone (Lombardie). Comme son père Galeazzo et ses frères Antonio et Giulio, Vincenzo se fait d’abord connaître en tant que peintre d’histoire. Il participe notamment à la décoration de la cathédrale de Crémone et l’on peut encore voir certaines de ses œuvres dans les églises de Milan, Pavie ou Busseto.

Années 1570 Vincenzo Campi constitue son propre atelier à Crémone et répond à des commandes à Mantoue, Milan, Parme et Plaisance. Il découvre alors la peinture de l’artiste flamand Joachim Beuckelaer dans la collection des Farnèse, l’une des familles les plus puissantes d’Italie. Vincenzo Campi, Autoportrait, huile sur toile, Paris, collection particulière Vincenzo Campi, L’Annonciation, 1581, huile sur toile, Busseto, Oratorio di santa Maria Annunziata Années 1580 Vincenzo Campi s’adonne à un genre inédit en Italie en peignant des scènes de marché monumentales particulièrement appréciées des collectionneurs italiens. Il y figure des poissonniers, des paysannes, des volaillers ou des fruitières entourées de toutes sortes de victuailles. Le succès est tel que Campi réalise un ensemble de cinq toiles pour le château du banquier allemand Hans Fugger, à Kircheim, et qu’il honore des commandes pour la cour de l’empereur Rodolphe II à Prague

Le réalisme lombard. Au 16e siècle, les œuvres de plusieurs peintres de Milan et de Bologne se distinguent de celles du reste de la péninsule par le choix de leur sujet et le réalisme de leur traitement. À l’instar de Vincenzo Campi, Bartolomeo Passerotti et Annibal Carrache peignent des scènes de marché représentant des poissonniers, des volaillers et des bouchers dont les traits, sans concession, confinent à la caricature. La position géographique de villes telles que Crémone ou Parme induit de nombreux échanges commerciaux avec des marchands d’Europe du Nord. De la même manière, de nombreuses œuvres flamandes ont été acquises dans la région. On peut ainsi penser que les scènes de marché du peintre Joachim Beuckelaer, réunies à Parme par les Farnèse, ont servi de ferment à l’art de ces Italiens du nord.

 

Retour à la page d'accueil de la section Beaux-Arts

 

(1536 - 1591)
 
   
Baroque