Le libéré
Max Beckmann , 1937
Huile sur toile. 60 x 40 cm
Collection particulière

Amsterdam, 1937. Le premier tableau peint en exil s’intitule Le Libéré, titre empreint d’une ironie tragique. Dans cet autoportrait, l’artiste se montre tenant une serrure dans les mains tandis que derrière lui sont peints des barreaux. Beckmann n’a pas échappé à ses chaînes. L’exil n’est pas une libération mais isolement et prison. Pendant ces dix années d’exil, Amsterdam lui restera étrangère.


On lit sur son épaule l’inscription AMERICA. Aux Etas-Unis, une chaire lui a été proposée. Beckmann attend en vain son visa, toujours refusé. La guerre en Europe anéantit ses projets de départ vers le nouveau monde.

 

Retour à la page d'accueil de la section Beaux-Arts

 

1937
Le libéré