Rembrandt : les dernières oeuvres
15 octobre 2014 – 18 janvier 2015
The National gallery- Aile Sainsbury

 

Rembrandt: The Late Works est la première exploration approfondie des dernières années de travail de Rembrandt.

Loin d'aller en diminuant avec l'âge, sa créativité connut un regain d’énergie vers la fin de sa vie. Ce sont les œuvres de ces dernières années, mélancoliques, intègres et profondément émouvantes qui forment l’image indélébile que nous avons de l'homme et de l'artiste qu’était Rembrandt. Cette exposition phare rassemble des tableaux provenant du monde entier, qui n'avaient encore jamais été prêtés par leurs propriétaires. Elle donne au visiteur la chance d’être témoin de la passion, de l'émotion et du sens novateur de Rembrandt.

Des années 1650 à sa mort, Rembrandt (1606-1669) n’a cessé de rechercher un nouveau style encore plus expressif, plus intense. Il manipulait librement les techniques, tant en gravure qu’en peinture, pour donner de l’originalité à son interprétation de sujets traditionnels. La diversité de son talent sera mise en lumière par cette exposition qui répartit tableaux, dessins et gravures par thèmes, afin d’examiner les sujets qui le préoccupaient à la fin de sa vie : l’auto-examen, les techniques expérimentales, les jeux de lumière, l’observation de la vie courante, l’inspiration tirée d’autres artistes et de différentes réactions aux conventions artistiques, ainsi que l’expression de l’intimité, de la contemplation, du conflit et de la réconciliation.

Rembrandt: The Late Works comprend environ 40 tableaux, 20 dessins et 30 gravures. Parmi les plus grandes œuvres exposées figurent : La fiancée juive (Rijksmuseum, Amsterdam), Vieille femme lisant (Collection du duc de Buccleuch, Écosse), Homme en armure (Glasgow Museums : Art Gallery, Kelvingrove), Hendrijcke endormie (British Museum, Londres), Junon (Hammer Museum, Los Angeles), Portrait d’un homme aux cheveux blancs (National Gallery of Victoria, Melbourne), Le Suicide de Lucrèce (The Minneapolis Institute of Arts, Minnesota), Bethsabée au bain tenant la lettre de David (Musée du Louvre, Paris), Titus à son pupitre (Musée Boijmans van Beuningen, Rotterdam), Portrait d’une dame au petit chien (Art Gallery of Ontario, Toronto), Lucrèce (National Gallery of Art, Washington DC), et deux tableaux appartenant à la National Gallery, Femme se baignant dans une rivière et Portrait équestre de Frederik Rihel.

Découvrez de nouvelles facettes des œuvres les plus emblématiques de Rembrandt, comme Les Syndics des drapiers (Rijksmuseum, Amsterdam), qui met en évidence son génie du mélange de l’ombre et de la lumière, des couleurs et des textures, pour transformer l'impact visuel d'un portrait classique. De nombreux exemples des plus belles eaux-fortes de Rembrandt illustrent l'évolution de ses compétences techniques, pour arriver à produire des effets originaux qui lui sont propres.

L’un des points forts de l'exposition est une juxtaposition de plusieurs autoportraits, notamment ses Autoportrait en apôtre Paul (Rijksmuseum, Amsterdam), Autoportrait aux deux cercles (Kenwood House, Londres, Autoportrait avec turban (Musée Mauritshuis, La Haye) et Autoportrait à l’âge de 63 ans (National Gallery, Londres). Ces deux derniers tableaux, réalisés à la fin de sa vie, témoignent d'une franchise exceptionnelle dans l’illustration du vieillissement de ses propres traits.

Dans l'une des œuvres les plus émouvantes de l'exposition, La Fiancée juive (Rijksmuseum, Amsterdam), Rembrandt a fait preuve d'une sensibilité exquise pour traduire la tendresse mutuelle qui unit le couple. La première fois qu'il vit ce tableau en 1885, Vincent Van Gogh confia à un ami qu'il donnerait volontiers dix ans de sa vie si cela pouvait lui permettre de rester assis devant cette œuvre pendant 15 jours avec seulement une croûte de pain rassis à manger. Il déclara avec fougue dans une lettre adressée à son frère Théo : « Quelle intimité, quelle extrême compassion dans ce tableau. » C’est par cette créativité acharnée et sans retenue que Rembrandt a influencé plusieurs générations de graveurs, peintres et dessinateurs, et continue à inspirer nos contemporains.

Rembrandt: The Late Works est organisée par la National Gallery de Londres et le Rijksmuseum sous le commissariat de Betsy Wieseman, conservatrice responsable des peintures hollandaises à la National Gallery. Après Londres, l’exposition se rendra au Rijksmuseum (du 12 février au 17 mai 2015).