Jeune fille à la perle Jan Vermeer 1665
 
 
Jeune fille à la perle
Jan Vermeer, 1665
Huile sur toile, 46.5 x 40 centimètres
Mauritshuis, La Haye
   

Signature dans le coin supérieur gauche. La trace de l'origine de cette œuvre se perd assez rapidement. Tous les documents ou catalogues plus anciens que celui de Blankert sont peu sûrs. Vermeer semble avoir peint un certain nombre de "têtes," et le divers "troncs", cités comme tels, et ne pouvant pas encore aujourd'hui être identifiés avec leurs modèles. Nous savons seulement de façon certaine que l'œuvre a été achetée au début de 1882 pour la collection A. A. des Tombe of The Hague pour 230 florins dans la salle des ventes de Braam. La collection de des Tombe était une collection publique et a légué en 1903 au Mauritshuis.

Ce portrait d'une charmante jeune fille est devenu célèbre dès sa redécouverte et a souvent été qualifié de Joconde du Nord par beaucoup de critiques enthousiastes. Il est malheureusement dans un très mauvais état de conservation et a souffert de nombreuses restaurations trop sévères. Il est, de plus, obscurci par de très laides fissures. Néanmoins, il reste suffisamment du travail original pour apprécier le métier véritablement exceptionnel …et partiellement exotique de Vermeer.

La jeune fille est vue sur un fond neutre et foncé, presque parfaitement noir, qui établit un puissant effet de relief et augmente la plasticité du modèle. Vu de profil, la jeune fille se tourne pour fixer son regard sur nous, et ses lèvres sont légèrement entrouvertes, comme si elle allait nous parler. C'est une approche illusionniste souvent adoptée dans l'art hollandais. Elle incline légèrement sa tête d'un côté comme si elle était perdue dans ses pensées. Pourtant son regard fixe est vif.

La jeune fille est habillée avec une veste jaune-marron, et le col blanc brillant contraste violemment sur lui. Le turban bleu représente un autre contraste par rapport au voile de tissu jaune citron, qui descend depuis sa nuque jusque sur ses épaules. Vermeer a employé simplement, des couleurs pures dans cette peinture, limitant la gamme des tonalités. En conséquence, le nombre des couleurs est réduit, et la profondeur et l'ombre de celles-ci est accentué par l'utilisation de vernis de la même couleur. On ne peut qu'admirer la technique de l'artiste, qui application les juxtapose les tonalités en les fondant les unes aux autres, en évitant les lignes précises pour brouiller les découpes de différentes couleurs afin d'obtenir les effets qui annoncent ceux des impressionnistes.

La coiffure de la jeune fille lui donne un effet exotique. Les turbans étaient un accessoire populaire à la mode populaire Europe dès le 15ème siècle, comme le montre l'autoportrait de Jan van Eyck actuellement à la National Gallery de Londres. Pendant les guerres contre les Turcs, ces turbans et cette robe étrange s'avèrent plus étranges. Un élément particulièrement frappant de la peinture de Vermeer est la grande perle pendant à l'oreille de la jeune fille ; la partie qui est en dehors de l'ombre cou possède un reflet d'or.

Dans son Introduction à la vie dévote (1608), éditée dans une traduction hollandaise en 1616, le mystique St François de Sales (1567-1622) écrivait :

"maintenant et dans le passé, les femmes, souvent, accrochent des perles à leurs oreilles ; comme Pline l'a observé, elles aiment la sensation que provoque l'oscillation des perles qui les touchent. Mais je connais l'ami de Dieu, Isaac, qui a envoyé des boucles d'oreille à la chaste Rebecca comme première marque de son amour. Ceci me mène à penser que ce bijou a une signification spirituelle, à savoir que la première partie du corps qu'un homme veut, et qu'une femme fidèle se doit de protéger, est l'oreille ; aucun mot ou bruit ne devrait y entrer que le doux bruit de chastes mots, que sont les perles orientales de l'Evangile."

On peut déduire de ceci que la perle, dans la peinture de Vermeer, est un symbole de chasteté. L'aspect oriental, qui est mentionné dans l'extrait ci-dessus, est encore souligné par le turban. La référence à Isaac et à Rebecca suggère que ce tableau pourrait avoir été peint à l'occasion du mariage de cette jeune femme. Il s'agirait ainsi bien d'un portrait. La jeune fille habillée dans une robe grise (musée métropolitain d'art, New York) dont le motif est assez semblable se rapproche probablement davantage d'une étude de caractère que d'un portrait.

 

Retour à la page d'accueil de la section Beaux -Arts