né en 1933
22 films
   
2
14
histoire du cinéma : Pointes de présent

Né le 16 Fevrier 1933 à Fukui, Kijû Yoshida (également connu sous le nom de Yoshishige Yoshida) est un artiste japonais prolixe qui a construit en cinquante ans une œuvre exigeante, sensible et érudite, dont on mesure depuis dix ans l'importance dans l'histoire du cinéma.

Dix-neuf films de fiction et une centaine de documentaires, soutenus par une importante production critique, manifestent l'originalité d'un auteur rétif à toute classification, même s'il a souvent été comparé à des cinéastes européens comme Antonioni, Godard ou Bergman.

1- Mise en scène

Yoshida fait de le rencontre entre le présent et le passé la matière de son cinéma. Ces rencontres peuvent être à distance réduite ainsi ces mots de "loup" et de "bon à rien" jetés à la figure de Toshio et Jun dans Bon à rien et qui résonneront dans leur tête jusqu'au dénouement final.

Mais c'est plus souvent le lien familial qui est tendu par Yoshida entre le présent et le passé. Celui du fils et sa mère dans Histoire écrite sur l'eau ou de mère à fille dans Passion ardente. Le lien amoureux, celui qui se défait dans Passion ardente celui qui subsiste par les retours à Akitsu dans le film éponyme ou qui ne prend pas entre Eiko et le jeune nihiliste de Héros+massacre est aussi toujours l'occasion de se demander ce qui, à un moment, a pu justifier telle attitude ou faire rater la rencontre.

Presque toujours cette remontée vers le passé oppose des hommes représentant un vieux Japon archaïque avec ses valeurs familiales patriarcales usées et des femmes modernes, libres et lucides qui doivent se conformer aux usages anciens. La remontée dans le passé est l'occasion pour eux de mieux comprendre leur situation et peut les aider à se libérer.

Cette action salvatrice du passé, Yoshida la formalise par des flash-back qui ne sont jamais objectifs mais toujours vus par une conscience qui les rêve d'où ces écrans éblouissants de blancheur.

La recherche incessante de la vérité de soi dans ces films où les dialogues ne sont jamais anodins conduit Yoshida à multiplier les angles de prises de vues, à composer chacun de ses plans comme une pensée ou une émotion du personnage. Cette invention toujours renouvelée autour d'une pensée en mouvement le fait échapper au soupçon de formalisme pour en faire un cinéaste à la rage contenue mais violente pour abattre les structures usuelles du pouvoir.

 

2-Biographie

Après des études à l'université de Tokyo, où il approfondit son intérêt pour la pensée française et les théories existentialistes, Kijû Yoshida entre en 1955 au studio Shôchiku. Il y est repéré par Kinoshita, dont il est l'assistant jusqu'en 1960. La même année, il devient avec Bon à rien l'un des hérauts de la modernité cinématographique japonaise, aux côtés d'Oshima et de Shinoda, avec lesquels il forme la "Nouvelle Vague Shôchiku", à l'instar du mouvement qui bouleverse le cinéma en Europe au même moment.

Tout en livrant de bouleversants portraits de femmes (Histoire écrite sur l'eau, Le Lac des femmes, Flamme et femme) grâce à son épouse et égérie, la célèbre actrice Mariko Okada, il renouvelle les possibilités narratives et plastiques du cinéma (Eros + Massacre, Purgatoire eroica). Cette "éthique de la métamorphose", selon le théoricien Shiguéhiko Hasumi, le poussera à s'exiler pendant treize ans loin du Japon et du cinéma, pour visiter l'histoire de l'art mondial au fil d'une série documentaire produite par la télévision (Beauté de la beauté).

source : le site Yoshida

 

3 - Filmographie :

1960 Bon à rien

(Rokudenashi). Avec : Masahiko Tsugawa , Hizuru Takachiho , Yûsuke Kawazu , Junichiro Yamashita (Morishita), Masao Mishima (Kensaku Kitajima) 1h28.

Le fils du directeur des entreprises Akiyama, Toshio, et ses amis Jun, Morishita et Fujieda, passent malgré eux leurs journées dans un profond ennui. Sachant que le 28 de chaque mois, Ikuko, la secrétaire du père de Toshio, se rend à la banque pour faire un retrait important, ils décident de la menacer pour simuler un vol. Ikuko réagit vivement, et traite Jun de “bon à rien”…

   
1960 Le sang séché

(Chi wa kawaiteru).avec : Keiji Sada (Takashi Kiguchi), Kaneko Iwasaki (Ikuyo), Shinichirô Mikami (Harada), Mari Yoshimura (Yuki Nonaka), Yuuko Kashiwagi (Yoko) 1h27.

Pour protester contre le plan de licenciement de son entreprise, Takashi Kiguchi tente de se suicider à l’aide d’un pistolet. Largement relayée par la presse, la nouvelle du sacrifice de Kiguchi, qui a échappé de peu à la mort, se répand dans tout le pays. Yuki, qui travaille au service de communication des assurances Shôwa Seimei, a alors l’idée d’utiliser le désormais célèbre Kiguchi pour une campagne publicitaire…

   
1961 La fin d'une douce nuit

(Amai yoru no hate). Avec : Masahiko Tsugawa (Jiro Tezuka), Michiko Saga (Soko Mishima), Teruyo Yamagami (Harumi Nishimoto), Hiroko Sugita (Masae Oka), Osamu Takizawa (Hondo). 1h25

Yokkaichi, ville industrielle en plein essor. Employé d’un grand magasin, Jirô Tezuka fait la rencontre de Harumi dans un restoroute. Il décide de la placer dans un bar de la ville, le « Sawa », dont la patronne, Sawako, n’est autre que la fille du directeur du grand magasin où il travaille. Parallèlement, il fait la connaissance de Masae, veuve de l’ancien directeur des fonderies Oka, dont le père est lui aussi un client du « Sawa »…

   
1962 La source thermale d'Akitsu

(Akitsu onsen). Avec : Mariko Okada (Shinko), Hiroyuki Nagato (Shusaku Kawamoto), Sumiko Hidaka (Otami), Jukichi Uno (Kenkichi Matsumiya), Shigeru Kôyama (Tsuda). 1h52.

Japon, 1945. Le pays est près de la défaite. Shusaku Kawamoto est accablé par une pneumonie. Il rencontre une femme qui lui conseille de se rendre dans une « Onsen », une source thermale traditionnelle, située dans les montagnes. Il s’y rend et loge à l’hôtel d’Akitsu. Là, il tombe sur Shinko, une jeune fille jolie et joyeuse. C’est elle, qui, bien que les médecins laissent Shusaku à son sort et à sa maladie, va décider de veiller sur lui…

   
1963 18 jeunes gens à l'appel de l'orage

(Arashi o yobu juhachi-nin). Avec : Tamotsu Hayakawa (Shimazaki), Yoshiko Kayama , Gannosuke Ashiya (Moriyama).1h48.

Le chantier naval Y, à Kure, ancien port militaire, face à la mer intérieure de Seto. Shimazaki y travaille pour une entreprise sous-traitante. On lui propose un jour de prendre la direction d’une pension, aménagée dans une ancienne caserne sous concession de l’armée américaine. Les conditions financières sont attractives, aucun loyer n’est exigé. Mais les pensionnaires, embauchés à Osaka par un recruteur, Moriyama, sont 18 voyous notoires…

   
1964 Evasion du Japon

(Nihon dasshutsu). Avec : Yasushi Suzuki (Tatsuo), Miyuki Kuwano (Yasue), Kyôsuke Mashida (Yasue). 1h33.

1964, année de l’ouverture des Jeux olympiques de Tokyo. Tatsuo est un roadie ambitieux. Il voudrait devenir chanteur et rêve d’aller aux États-Unis. Takashi Asakawa, qui l’a pris sous son aile, propose à Isamu Kôda de cambrioler les bains turcs où travaille Yasue, sa maîtresse. Anxieux, Tatsuo ne tient pas à participer au casse, mais n’a pas les moyens de refuser la proposition de Takashi…

   
1965 Histoire écrite sur l'eau

(Mizu de kakareta monogatari). Avec : Mariko Okada (Shizuka Matsutani), Ruriko Asaoka (Yumiko Hashimoto). 2h00.

A 27 ans, Shizuo Matsutani vit toujours avec sa mère, Shizuka, encore jeune et belle. Il se souvient de sa triste enfance. Alors que son père se mourait lentement, Shizuka avait dû enseigner l'art du Koto, pour gagner sa vie...

   
1966 Le lac des femmes

(Onna no mizuumi). Avec : Mariko Okada (Miyako Mizuki), Shigeru Tsuyuguchi (Ginpei Momoi), Tamotsu Hayakawa (Kitano), Shinsuke Ashida (Yuzo), Keiko Natsu (Machie) 1h42.

Dégoutée par son mari, Miyako entretient une relation adultère avec le jeune Kitano. Un soir, celui-ci demande à la photographier nue. Elle accepte, mais les négatifs lui sont dérobés. Soumise au chantage d’un inconnu, Miyako n’a alors d’autre choix pour les récupérer que d’obtempérer, et prend le train pour Katayamazu Onsen...

   
1967 Passion ardente
 

(Joen). Avec : Mariko Okada (Oriko), Yoshie Minami (La mère d'Oriko), Tadahiko Sugano (Furuhata), Shigako Shimegi (La soeur de Furuhata), Isao Kimura (Mitsuhuru). 1h37.

Oriko souffre de la froideur qui règne dans son couple. Son mari, Takashi, se console de son côté avec d’autres femmes. À l’occasion d’une rencontre de poésie au temple de Kitakamakura, elle retrouve Nôtô, sculpteur et ancien amant de sa mère, aujourd’hui décédée. Enfant, elle a toujours considéré avec dégoût la vie dissolue que menait sa mère, jusqu’à avoir honte d’être du même sang. Mais elle se surprend à éprouver de la sympathie pour Nôtô…

   
1967 Flamme et femme
 

(Honô to onna). Avec : Mariko Okada (Tatsuko Ibuki), Isao Kimura (Shingo Ibuki), Mayumi Ogawa (Shina Sakaguchi), Takeshi Kusaka (Ken Sakaguchi), Kazuo Kitamura (Fujikida). 1h41.

Shingo et Ritsuko ont un enfant, Takashi, âgé de 19 mois. Ils passent pour un couple heureux. Mais bientôt Ritsuko cherche à savoir qui est le vrai père de Takashi, né par insémination artificielle

   
1968 Amours dans la neige

(Juhyo no yoromeki). Avec : Mariko Okada (Yuriko Anzai), Isao Kimura (Kazuo Imai), Yukio Ninagawa (Akira Sugino). 1h37.

Gérante d’un salon de coiffure à Sapporo, Yuriko part en voyage avec Sugino, son amant. Alors qu’ils roulent dans le froid et la neige, Yuriko lui avoue qu’elle est venue avec l’intention de rompre avec lui. Persuadé qu’il y a un autre homme, rongé par la jalousie, Sugino décide de la tuer au lac de Shikotsuko. Mais Yuriko lui apprend qu’elle est enceinte…

   
1968 Adieu, clareté d'été

(Saraba natsu no hikari). Avec : Mariko Okada (Naoko Toba), Tadashi Yokouchi (Makoto Kawamura). 1h36.

Juste avant d'embrasser une carrière universitaire, Kawamura passe ses dernières vacances en Europe. À Lisbonne, il fait la rencontre de Naoko, importatrice de meubles et d'objets d'art. Kawamura est obsédé par un croquis qu'il a vu à Nagasaki plusieurs années auparavant...

   
1969 Eros + Massacre

(Erosu purasu Gyakusatsu). Avec : Mariko Okada (Noe Ito), Toshiyuki Hosokawa (Sakae Osugi). 3h46

C’est en faisant l’amour avec le réalisateur de pubs Unema, qu'une jeune étudiante de 20 ans, réalise sa propre froideur. Auparavant, elle avait rencontré Wada, qui n’a pas répondu à ses avances. Déçue de ces expériences et bien décidée à comprendre qui elle est, elle étudie Sakae Osugi, un anarchiste de l’ère Taisho, qui fut le premier chantre et théoricien de l’amour libre

   
1970 Purgatoire eroica
(Rengoku eroika). Avec : Mariko Okada (Nanako), Naho Kimura (Jyoko), Yoshiaki Makita (Shu), Kaneko Iwasaki (Atsuko), Toru Takeuchi (Kiyoshi), Kazumi Tsutsui (Ayu). 1h58.
   
1971 Aveux, théories, actrices

(Kokuhakuteki joyûron). Avec : Mariko Okada (Kyoko Ichimori), Ruriko Asaoka (Aki Kaido), Ineko Arima (Makiko Isaku). 2h04
   
1973 Coup d'état

(Kaigen rei). Avec Rentaro Mikuni (Kazuki Kitamura / Ikki Kita), Yasuyo Matsumura (Suzu, sa femme). 1h50.

Un jour de l'été 1935, une femme apporte à Ikki Kita, révolutionnaire japonais des années 1910-1930, un paquet contenant les vêtements tachés de sang de son frère Asahi. Ce dernier, influencé par les idées de Kita, s'est donné la mort après avoir assassiné le président du groupe financier Yasuda...

   
1978 Beauté de la beauté

 

(Bi no bi), 94 x 0h24
   
1986 Promesse

(Ningen no Yakusoko). Avec : Rentaro Mikuni (Ryosaku Morimoto), Sachiko Murase (Tatsu Morimoto). 2h04.

Dans la nouvelle ville de Tama, à la périphérie de Tokyo, vit la famille Morimoto. Un matin, on découvre la vieille Tatsu morte, avec des traces de congestion. La police arrive, menée par l'inspecteur Tagami. Ryosaku, le mari de Tatsu, commence par déclarer que l'assassin est sa belle-Fille, Ritsuko. Mais, le soir, revenant sur cette déclaration, il affirme que c'est lui qui a étranglé sa femme...

   
1988 Les Hauts de Hurlevent

 

(Arashigaoka). Avec : Yusaku Matsuda (Onimaru), Yûko Tanaka (Kinu), Rentaro Mikuni (Takamaru). 2h11.

Dans le Japon troublé du Moyen Age, Onimaru, un jeune vagabond, est adopté par la famille des Yamabe, prêtres chargés depuis toujours d'apaiser les colères de la Montagne de feu. Mais Onimaru, sauvage et incontrôlable, bouleversera les hiérarchies et les rites séculaires, en s'éprenant de Kinu, la fille des Yamabe...

   
1993 Le monde cinématographique de Y. Ozu selon Kijû Yoshida
  (Yoshida Kijû ga kataru Ozu Yasujirô no eiga sekai). 4 x 0h45
   
1995 Rêve de cinéma, rêve de Tokyo

 

(Yume no shinema tokyo no yume - Meiji no nihon o eizô ni kiroku shita etoranje Gabriel Veyre). 0h51.
   
2002 Femmes en miroir

(Kagami no onnatachi). Avec : Mariko Okada (Ai Kawase), Yoshiko Tanaka (Masako), Sae Isshiki (Natsuki), Hideo Murota (Goda). 2h09.

Ai, veuve d’un certain âge, vit à Tokyo avec sa petite-fille Natsuki. Un jour, on lui annonce que sa fille Masako, disparue vingt-quatre ans auparavant, juste après son accouchement, a été retrouvée sous une autre identité...

   
   
   
Retour à la page d'accueil