Adieu, clareté d'été
1968

Juste avant d'embrasser une carrière universitaire, Kawamura passe ses dernières vacances en Europe. À Lisbonne, il fait la rencontre de Naoko, importatrice de meubles et d'objets d'art.

Kawamura est obsédé par un croquis qu'il a vu à Nagasaki plusieurs années auparavant. Il est de fait venu jusqu'en Europe pour voir de ses propres yeux la cathédrale que ce croquis représentait. Naoko, elle, a perdu ses parents lors du bombardement de Nagasaki, et mène depuis une vie d'apatride, après avoir volontairement tout oublié du Japon.

Ce road-movie a été tourné dans sept pays d’Europe. Un architecte à la recherche du modèle d’une cathédrale disparue et une femme ayant quitté le Japon pour vivre à l’étranger se rencontrent et voyagent ensemble. Quand les rêves chimériques de cet homme et le passé secret de cette femme s’entrechoquent, le nom d’une terre oubliée leur apparaît : Nagasaki. Kiju Yoshida


critique du DVD
Editeur : Carlotta, mars 2009. Nouveaux masters restaurés. Langue : japonais. Sous-titres : français. Prix public conseillé : 25 €

Adieu clarté d'été et Femmes en miroir.

Suppléments: Préfaces de Kijû Yoshida et Bandes-annonces

Retour à la page d'accueil

(Saraba natsu no hikari). Avec : Mariko Okada (Naoko Toba), Tadashi Yokouchi (Makoto Kawamura), Hélène Soubielle (Mary Fitzgerald), Paul Beauvais (Robert Fitsgerald). 1h36.

dvd chez Carlotta Films