La sirène du Mississippi

1968

D’après le roman “Waltz into Darkness” de William Irish. Musique : Antoine Duhamel. Avec : Jean-Paul Belmondo (Louis Mahe), Catherine Deneuve (Julie Roussel/Marion), Nelly Borgeaud (Berthe), Roland Thénot (Richard), Marcel Berbert (Jardine). 2h03.

Louis Mahé, un Français installé à La Réunion, attend le "Mississippi" et accueille sa fiancée Julie Roussel dont il a fait la connaissance grâce à une petite annonce. La jeune fille qui arrive ne ressemble pas à celle qu'il attendait mais Louis n'est pas déçu car elle est ravissante. Le mariage a lieu mais Julie disparaît avec tout l'argent de Louis. Berthe Roussel, la sœur de Julie, survient et voyant la photo de l'épouse de Louis lui révèle qu'il ne s'agit pas de sa sœur. Louis soupçonne alors sa femme d'être une aventurière et d'avoir supprimé la vraie Julie. Il charge un détective privé, Comolli, d'enquêter sur cette ténébreuse affaire.

De retour en France, Louis retrouve la trace de sa femme qui s'appelle en réalité Marion et qui travaille dans une boîte de nuit. Il n'a pas le courage de la tuer et Marion l'apitoie en lui parlant de son enfance malheureuse et en lui apprenant que c'est son amant Richard qui a tué Julie et l'a forcée à prendre sa place. Éperdument épris de Marion, Louis lui fait confiance et ils s'installent dans une petite maison près d'Aix-en-Provence. Mais Comolli a retrouvé lui aussi la trace de Marion et pour l'empêcher de livrer à la police celle qu'il aime, Louis le tue.

Marion et Louis s'enfuient à Lyon où ils se cachent, puis dans un chalet de montagne. Louis empêche Marion de partir et elle tente de l'empoisonner avec de la mort-aux-rats. Il lui avoue alors qu'il est prêt à mourir tant il est éperdu d'amour pour elle. Réconciliés, les deux amants vont à nouveau affronter leur destin.

Riche propriétaire d'une usine de cigarettes située sur l'île de la Réunion, Louis Mahé abandonnera par amour sa maison, sa situation, ses biens pour se retrouver vagabond démuni, meurtrier et fugitif. Prisonnier d'une passion sourde et aveugle, il s'expose, vulnérable, aux blessures infligées par l'autre. Ce parti pris insensé fait la beauté du film et lui confère sa puissance lyrique. L'inversion des rôles, la femme fatale prend des initiatives et l'histoire est ressentie par le héros masculin, indique aussi, dès la dédicace à Jean Renoir, l'espoir secret du film, le chemin vers l'amour adulte.

La réunion de l'homme et de la femme

La sirène est dédiée à Renoir et présente un passage de La Marseillaise où les troupes révolutionnaires et royalistes fraternisent au lieu de se battre. Le nom de l'île de la réunion commémore cet événement. Probablement Truffaut pensait-il au combat des sexes en choisissant cette séquence de Renoir puisque le sujet profond du film est, dans l'optique renoirienne où chacun a ses raisons, la fin du combat de l'homme et de la femme pour une réunion du masculin et du féminin, dans une sorte de grande illusion de l'amour adulte qui résorberait la solitude irrémédiable de chaque être humain. Ce retour à l'unité mythique est pénible conflictuel, douloureux : "Je viens à l'amour, Louis, ça fait mal. Est-ce que l'amour fait mal ?" demande Marion à la fin du film. Le couple part alors vers l'inconnu dans la neige comme à la fin de La grande illusion.

Cette réunion n'a été possible qu'à la chaleur d'une passion ardente. Truffaut déclarait " La Sirène c'est finalement l'histoire d'un type qui épouse une femme qui est exactement le contraire de ce qu'il voulait. Mais l'amour est apparu et il l'accepte tel qu'elle est". Passion amoureuse incontestable : "Je ne sais pas si je suis heureux avoue Louis à Jardine, mais je ne peux pas vivre sans elle". Durant le seul moment où il est séparé de Marion, il fit d'ailleurs une dépression nerveuse.

Cet amour avait débuté par des images élégiaques à la descente du bateau, Marion tient une cage où chante un canari. Il mourra bientôt. L'image de l'oiseau emprisonné évoque autant le rêve de Louis que la jeune femme. Louis est lucide sur cette passion qui échappe aux critères qu'il s'était fixés. Lorsque, traqué par la police et sans argent, Louis retourne à la Réunion pour proposer à son fondé de pouvoir, Jardine de racheter sa fabrique, un plan le montre, contemplant de l'extérieur par la fenêtre. Il voit la famille Jardine en train de dîner : La mère sert à manger, on entend le rire des deux enfants. Telle est l'image impossible qu'il poursuivait

Au coin du feu, Louis décrit le visage de Marion avec les mots de l'amour fou. Ebloui par son éclat il devra fermer les yeux : " Non, c'est trop…Ca me fait mal au yeux de te regarder (…) J'ai les yeux fermés et pourtant je te vois complètement. Je vérifie… Si j'étais aveugle, je passerais mon temps à te caresser le visage. Marion est une vision que Louis brûle de toucher

Quand ils sortent du cinéma où ils ont vu Johnny Guitare, Marion dit à Louis : ce n'est pas seulement un film avec des chevaux ", " Non répond Louis, c'est une histoire d'amour avec des sentiments"

En lisant par hasard une bande dessinée décrivant l'empoisonnement de Blanche-neige par la sorcière, Louis comprend que Marion fait la même chose. Il le lui dit et ajoute qu'il accepte Au lieu de s'enfuir ou de nier, Marion éclate en sanglot en s'écriant : "j'ai honte. Aucune femme en mérite d'être aimée comme cela. Je suis indigne." C'est alors à la fin d'un processus qui la conduit malgré elle à la passion qu'elle entame ce chemin dans la neige, espoir d'un nouveau départ comme celui de La grande illusion ou celui du Crime de monsieur Lange.


La sirène du Mississippi est aussi une histoire d'amour entre un homme et une femme. Pendant son tournage commença entre Truffaut et Catherine Deneuve une relation qui compta beaucoup dans la vie du cinéaste. Lorsque Le dernier métro les réunira en 1980, Truffaut placera dans la pièce que répète Marion Steiner ces dernières répliques de la Sirène :"Je viens à l'amour, Louis, ça fait mal. Est-ce que l'amour fait mal ?"

Source : Anne Gillain : François Truffaut ou le secret perdu.